leral.net | S'informer en temps réel

Sécurité des personnes et des biens : La Police et la gendarmerie en phase avec l'ASP

« L’emploi des jeunes mobilise en permanence le Gouvernement. Je sais combien la quête de l’emploi est légitime et pressente. Dix mille emplois seront générés par l’Agence nationale de Sécurité de proximité ». C’est par ces termes que le Chef de l’Etat avait, lors de son message à la nation du 3 avril 2013, à l’occasion de la célébration de la fête de l’indépendance, annoncé la création de l’Agence d’Assistance à la Sécurité de proximité pour à la fois assurer la sécurité des citoyens et donner des opportunités d’emplois aux jeunes sénégalais.


Rédigé par leral.net le Dimanche 25 Octobre 2015 à 20:47 | | 0 commentaire(s)|

Deux ans après sa création et la mise en œuvre de son programme d’action sur toute l’étendue du territoire national, en zone urbaine comme en milieu rural, en ville comme en campagne, l’Agence d’Assistance à la Sécurité de proximité (ASP), en partenariat avec la RTS a réalisé un film documentaire institutionnel sur ses activités. Il retrace le déploiement des dix mille (10.000) assistants à la Sécurité de proximité (ASP) sur toute l’étendue du territoire national et met le focus sur la mise en œuvre opérationnelle des actions sur le terrain, en zone urbaine comme en milieu rural.
Conçu pour une durée de 26 minutes, ce documentaire dont la partie française a été diffusée à la télévision nationale (RTS), le jeudi 22 octobre 2015, fait la synthèse de toutes les actions menées jusque-là et qui portent sur le recrutement, la formation, et l’élaboration de partenariats avec les services utilisateurs.
Il évoque, entre autres, le message du chef de l’Etat Macky Sall qui traduit la vision et les ambitions en matière de sécurité, les avis des partenaires institutionnels, les appréciations des services utilisateurs: Police, Gendarmerie, départements ministériels, collectivités locales, etc…
Le film fait intervenir les acteurs principaux de la sécurité tout en ouvrant des perspectives nouvelles de coopération dans le domaine de la sécurité intérieure. Parmi les appréciations, on relève celle du directeur général de la Police nationale, du Commandant en second de la Gendarmerie nationale et du premier président de la Cour d’Appel.
Ainsi le Commissaire Omar Mal, Directeur Général de la Police Nationale exprime-t-il son sentiment de satisfaction en ces termes : « au niveau de la Police nationale, nous avons reçu environ deux mille ASP. De ces deux mille, la Direction de la sécurité Publique a résorbé dans l’ordre de mille trois cents et au niveau de Dakar, il y a environ sept cents. Le reste est réparti dans les autres services extérieurs de la sécurité publique à travers le pays. »
Pour le Directeur Général de la Police nationale, « globalement, on tire une certaine satisfaction dans la mesure où les ASP sont quotidiennement aux côtés, sur le terrain avec nos éléments, assujettis à des tâches diverses et variées, notamment dans le cadre de l’appui à la régulation de la circulation, pour aider également les piétons à traverser la chaussée, mais aussi dans le cadre des opérations de sécurisation. Même si ce n’est pas leur domaine. Mais compte tenu du fait que ce sont des assistants, on peut les utiliser à chaque fois qu’il y a un concours à apporter. C’est dire donc qu’étant donné qu’ils ne sont pas des agents d’exécution, ils travaillent en étroite collaboration avec les policiers ».
Le Directeur Général de la Police nationale qui lors de son installation à la tête de la Police a beaucoup insisté sur la Gouvernance Sécuritaire de Proximité semble ainsi en phase avec l’ASP qui mise en la sécurité pour tous, par tous et partout. Un concept qui place le citoyen au centre de la production et de la gestion de sa propre sécurité.
De l’avis du Général Cheikh Sène adjoint au Commandant en chef de la Gendarmerie Nationale, « la Gendarmerie a reçu mille agents répartis sur l’ensemble du territoire national. Aujourd’hui le nombre a évolué et ils sont sept cent soixante ASP ». Jugeant le travail des ASP, le Général Sène considère que « les résultats sont globalement positifs. Il y a eu des fautes d’indiscipline qui ont été sanctionnées en accord souvent avec la direction générale de l’ASP qui accepte et favorise même l’application de ces sanctions. Mais, il faut souligner que ces agents ont globalement répondu à l’attente du commandement par leur comportement, leur disponibilité, leur passion dans le travail. Ce qui est intéressant aussi de souligner c’est que ces agents qui travaillent avec la Gendarmerie font preuve de disponibilité. Je voudrais aussi saluer leur esprit patriote ».
Quant au premier président de la Cour d’Appel, Demba Kandji, il déclare avoir accueilli une centaine d’ASP au niveau du Palais de Justice Lat Dior. Ils nous viennent de tous les horizons, de tout le pays. Ils nous viennent, à notre grand bonheur et à notre grande surprise, avec des profils très intéressants. Il y en a qui nous accompagnent dans nos différentes tâches. Certains sont des diplômés de l’Université, d’autres viennent avec leur qualité d’étudiant. C’est pourquoi au niveau des Administrations, de la Justice comme de toute l’Administration en général, on gagnerait à les incruster davantage. Cela ferait du bien pour eux et permettrait de parfaire leur parcours et de les initier à la vie de l’Etat de façon intrinsèque ».
Le Ministre de l’élevage a, de son côté, salué le partenariat dynamique entre l’ASP et le ministère de l’Elevage. « Comme vous le savez, le ministère de l’Elevage a des richesses importantes qui sont gérées au niveau des marchés à bétail, notamment au niveau des marchés hebdomadaires. Si vous prenez par exemple le marché de Daara, il y a beaucoup d’argent qui circule dans la zone. Les ASP sont donc chargés de veiller sur la sécurité des personnes et du bétail. Ce qui constitue un plus pour les éleveurs qui se trouvent ainsi protégés des délinquants.
Même constat de la part du Préfet de Ziguinchor, M. Said Dia pour qui la sécurité n’était pas considérée en milieu rural. « L’avènement des ASP nous a donc permis de faire un maillage territorial plus important et de toucher tout le milieu rural. Ce qui a fait que dans tous les coins, la coordination de l’unité départementale nous a permis de savoir et de prévoir ce qui s’y passe. Ce qui nous permet d’être informés et d’anticiper dans la prise de décisions. Vous savez que les ASP ne sont pas seulement des agents de sécurité, mais ils sont dans certaines administrations, des secrétaires, des chauffeurs, des agents de sécurité. Donc tout ceci combiné nous amène à dire qu’il s’agit là d’une bonne opportunité que cette agence soit mise en place ».
Une appréciation que partage le Maire de grand Dakar, Jean Baptiste Diouf qui estime que ces ASP sont utiles pour la commune car ils sont utilisés dans les différents services comme l’état civil où ils accompagnent les services traditionnels parce qu’il y a beaucoup de monde qui sollicite ce service. Il y a aussi certains ASP que nous avons commis à la sécurité des locaux et des personnes et à l’accompagnement des agents de recouvrements pour les patentes. Vous savez que le recouvrement des taxes est un moment important dans la vie de la commune et les ASP contribuent fortement à l’augmentation des recettes ».
Autre appréciation positive, celle de M. Matar Faye, Directeur de la Nouvelle prévention Routière qui soutient « qu’aujourd’hui la prévention routière fait partie intégrante de la la problématique de la sécurité ; a ce titre l’ASP a jugé nécessaire de collaborer avec notre institution en mettant à notre disposition une centaine d’assistants à la sécurité de proximité. Le rôle de ces ASP est d’aider les usagers vulnérables, c'est-à-dire aider les piétons à traverser la chaussée en empruntant les passages piétons. Mais aussi d’aider les personnes à mobilité réduite et les handicapés. L’autre mission des ASP c’est également d’aider la Police et la gendarmerie à améliorer la fluidité de la circulation ».






Hebergeur d'image