leral.net | S'informer en temps réel

Sénégal / Casamance - Affrontements entre armée et rebelles après un braquage

Des militaires sénégalais et des rebelles présumés du Mfdc se sont accrochés hier dans la région de Casamance. On ne dispose d’aucune précision sur le bilan des affrontements.


Rédigé par leral.net le Vendredi 11 Juin 2010 à 15:38 | | 0 commentaire(s)|

Sénégal / Casamance - Affrontements entre armée et rebelles après un braquage
Les démons de la violence n’ont pas encore disparu en Casamance. Hier, ils ont fait leur apparition dans le département de Bouliking, en Casamance où des affrontements ont opposé hier après-midi des militaires sénégalais et des rebelles présumés à la suite d’un braquage de véhicules dans la matinée.

“Un nombre impressionnant d’hommes armés s’est attaqué à nos positions, sur la route nationale 4” reliant Ziguinchor à la Gambie, dans la zone du village de Maniora (650 km au sud de Dakar), a indiqué un responsable militaire joint par téléphone à Kolda par l’Afp.

“Il y a des affrontements en cours entre nos hommes et les rebelles” du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC, indépendantiste), a indiqué cet officier peu après 15H30 (locales et GMT). “Nous avons envoyé des renforts militaires sur le terrain, accompagnés de l’avion de reconnaissance de l’armée”, a-t-il dit. Dans la matinée, un braquage avait eu lieu à hauteur du village de Maniora, vers 09H00 (locales et GMT). Selon la même source militaire, des “rebelles” ont attaqué quatre véhicules (un bus, deux taxis sept places et un camion citerne). Selon des témoignages de passagers, les voyageurs se sont fait voler de grosses sommes d’argent, leurs bijoux et téléphones portables.

L’armée est intervenue peu après, poursuivant les assaillants se repliant du côté de la frontière avec la Gambie. Des échanges de tirs avaient alors eu lieu entre l’armée et les combattants d’Atika, la branche armée du Mfdc. La “verte Casamance” est une région enclavée dont le développement est entravé depuis 1982 par une situation de “ni guerre ni paix”.

En dépit de l’accord de 2004, les accrochages entre l’armée et la rébellion n’ont jamais cessé et se sont même multipliés depuis un an, faisant de nombreux morts, civils et militaires.

Bakayoko Youssouf

Source : Nord-Sud






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image