leral.net | S'informer en temps réel

Sénégal-Gambie - Médiation du Président guinéen : Macky Sall dit niet à Alpha Condé

L’offre de médiation entre le Sénégal et la Gambie du Président guinéen pour mettre fin à la crise entre les deux pays n’emporte pas l’adhésion des autorités de Dakar. Le Président Macky Sall a opposé une fin de non recevoir à la requête de Alpha Condé, en refusant d’envoyer ses ministres à Conakry. Mais aussi en indiquant qu’il appartenait uniquement à la Gambie de revenir sur sa décision de fermer les frontières, si elle décide de se raviser.


Rédigé par leral.net le Lundi 9 Mai 2016 à 13:59 | | 13 commentaire(s)|

Ce n’est toujours pas le grand amour entre Dakar et Banjul. Pour recoller les morceaux entre le Sénégal et la Gambie, le chef de l’Etat guinéen a cru bon de jouer aux bons offices. Mais en vain, pour le moment, puisque l’initiative du Président Alpha Condé bute sur l’intransigeance de la partie sénégalaise. « Le Président Alpha Condé a parlé aux Présidents Macky Sall et Yahya Jammeh. Il leur a demandé d’envoyer leurs ministres respectifs en Guinée pour des discussions en vue de mettre fin aux tensions entre les deux pays », rapporte-t-on. Mais cette requête du chef de l’Etat guinéen va buter sur une fin de non recevoir du Président sénégalais. Macky Sall a, en effet, déclaré, annoncent nos sources, que « c’est la Gambie qui a déclenché les hostilités en décidant de fermer les frontières. Si elle décide de se raviser par rapport à cette décision, elle n’a qu’à rouvrir ses frontières ». Mais, le Président sénégalais ne s’est pas limité à cette déclaration puisqu’il estime qu’il n’a pas à envoyer ses ministres en Guinée dans le cadre d’une médiation. Macky Sall exige par contre que la Gambie envoie ses ministres à Dakar pour des discussions sur la crise qui prévaut entre les deux pays.

Jammeh veut un retour à la normale avant le Ramadan.

Par ailleurs, le blocus de la Transgambienne est loin de faire les affaires du Président gambien et de son régime. N’en pouvant plus de continuer à faire face à cette situation difficile, la « terreur » de Banjul voudrait voir le conflit qui l’oppose à son voisin sénégalais arriver à son terme. Des sources indiquent que Yahya Jammeh a fini de constater que son pays est confronté à de sérieux problèmes d’approvisionnement découlant du blocus de la Transgambienne. Aussi, affiche-t-il sa ferme volonté à tourner cette page noire de l’histoire des relations entre les deux pays avant le début du mois béni du Ramadan.

La décision du gouvernement gambien de procéder à l’augmentation des tarifs de la traversée du fleuve par les camions sénégalais est à l’origine des tensions entre Dakar et Banjul. Ces tarifs sont ainsi passés de 4 000 francs la tonne de marchandises à 400 mille francs. Ce qui avait fini d’irriter les camionneurs sénégalais qui ont décidé de boycotter la Transgambienne et d’opter pour la voie de contournement en passant par Tamba­counda, Vélingara et Kolda pour rallier le reste la Casamance. Une décision qui a eu des conséquences économiques en Gam­bie. Ce voisin du Sénégal peine toujours à sortir de la situation de galère qu’il vit depuis la mesure «malheureuse» qu’il a unilatéralement prise. Souffrant alors du boycott des camionneurs sénégalais, la Gambie a adressé une plainte à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao).

Le Quotidien






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image