leral.net | S'informer en temps réel

Sénégal: "Indignation" après le décès d'un homme dans un commissariat

DAKAR — Un Sénégalais est décédé, après son interpellation et lors de sa garde à vue, dans un commissariat de police de Matam (nord), ont indiqué jeudi à Dakar plusieurs organisations sénégalaises de défense des droits de l'Homme, qui ont fait part de leur "indignation".
"Mercredi 18 novembre 2009, le nommé Abou Dia est décédé dans des circonstances non encore élucidées dans les locaux du Commissariat de police de Matam", indique la Rencontre Africaine pour la Défense des droits de l'Homme (Raddho) dans un communiqué.
Il avait "été appréhendé, la veille, sain et sauf et conduit au commissariat par trois policiers", selon l'ONG basée à Dakar.


Rédigé par leral.net le Jeudi 19 Novembre 2009 à 20:11 | | 1 commentaire(s)|

Sénégal: "Indignation" après le décès d'un homme dans un commissariat

L'organisation exprime "sa vive indignation et sa profonde préoccupation de la récurrence de décès d'individus dans des locaux de la police ou de brigade de gendarmerie et de la politique de pourrissement adoptée dans ces différents cas".
L'Organisation nationale des droits de l'Homme (Ondh) a également indiqué avoir été "saisie du décès d'une personne nommée Abdou Dia dans les locaux du commissariat de Matam dans la nuit de mardi à mercredi".
"Il avait été placé en garde à vue au commissariat de police et on a appelé la famille pour dire qu'il est décédé de mort naturelle", a précisé à l'AFP le président de l'Ondh, Assane Dioma Ndiaye, qui dénonce aussi "une pratique courante de la torture dans les commissariats et brigades de gendarmerie".
Le porte-parole de la police, joint jeudi par l'AFP à Dakar, affirme ne détenir "aucune information officielle" et ne pouvoir "ni confirmer ni infirmer" les faits.
Mardi, "à 23H00 (locales et GMT), les policiers ont procédé à une rafle dans Matam. Ils ont bastonné (Abdou Dia, ndlr) et ont frappé son petit frère. Puis ils l'ont emmené au commissariat où ils l'ont encore maltraité", a expliqué à l'AFP un proche de la victime, sous couvert de l'anonymat.
Mercredi, le corps de la victime avait été acheminé de Matam à Dakar pour une autopsie, selon un membre de la famille.
L'Ondh demande qu'une "enquête indépendante" soit menée car "c'est le septième cas depuis deux ans au moins" enregistré au Sénégal. La Raddho "exige que la lumière soit faite" sur ce décès suspect.



1.Posté par NIOXOR TINE le 23/11/2009 18:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Aboubacry DIA, citoyen de la nouvelle Région de Matam, aurait été interpellé devant un bar et arrêté. Admis sain et sauf à l’intérieur du commissariat, il en est ressorti les pieds devant ! Que s’est-il passé ? Il appartiendra à la Justice de le déterminer et de situer les responsabilités!
Si ce n’est une nouvelle bavure dans la longue liste dont la Police Nationale commence à être coutumière depuis 2000, (hasard du calendrier ?), cela rappelle étrangement les exécutions sommaires en cours dans les dictatures.
De quoi l’accusait-on donc ? De troubles au désordre public ambiant? D’être rebelle, écologiste, militant de Haïdar, ou de s’intéresser à la survie d’espèces menacées comme celle des hommes politiques vertueux ?
Et pourtant, certains dignitaires du pays interpellés sur le saccage de locaux de journaux ou sur la bastonnade de journalistes sportifs ou ceux dont la gestion de deniers publics à hauteur de milliards de francs est mise en cause par des journalistes d’investigation, continuent de vaquer à leurs occupations !
Mais pour Abou DIA de Goudoudé, il s’agissait d’une question capitale de sécurité nationale ! Son cas devait être réglé en procédure d’extrême urgence et de manière radicale, comme ce fut le cas avec Dominique LOPY, Balla GAYE, Adja Camara, Mamadou Bèye et Alioune Badara Diop, tous, des citoyens lambda, ayant subi de plein fouet le manque de discernement d’une Institution censée les protéger, même quand ils sont coupables !
Le pouvoir de plus en plus impopulaire veut-il éviter de frustrer les forces de sécurité, dans l’optique de préserver ses intérêts étroits promis qu’il est, à une lente et inexorable descente aux Enfers ?
Nioxor TINE
misterno98@hotmail.fr
NB : Rejoignez le groupe « Justice pour ABOU DIA de MATAM » sur Facebook !

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image