leral.net | S'informer en temps réel

Sénégal : Réseaux Mobiles 3G+: Opportunités et Impacts politiques

«Le problème crucial de notre temps est engendré par la stagnation des théories politiques à une époque de progrès technologiques» [Cyril Northcote Parkinson]

Le réseau 3G+ est un réseau mobile de 3ème génération qui offre des services internet à très haut débit depuis un ordinateur ou un téléphone portable : internet, télévision en direct, vidéo à la demande, vidéoconférence, téléchargement de sons et d’images, etc. Sur le plan technique, le réseau mobile 3G+ utilise la technologie de communication W-CDMA(1) qui s’appuie sur le protocole HSDPA(2). Elle offre une capacité théorique de téléchargement qui peut atteindre 14,4 mégabits par seconde (Mbps), même si la plupart des opérateurs proposent à ce jour des solutions bridées avec des débits autour de 3,6 Mbps. Pour l’usager, la technologie 3G+ nécessite de disposer d’un téléphone mobile multimédia compatible 3G+, comme l’iPhone ou les Smartphones. Pour éviter des surprises dans ses factures, l’usager devra lire attentivement les clauses du contrat qui le lie à son opérateur préféré, notamment les clauses d’exclusion : temps de connexion, appels à l’étranger, nombre ou taille des fichiers téléchargés, appels spéciaux vers les annuaires ou les serveurs bancaires, appels vers des opérateurs concurrents, SMS illimités, etc.


Rédigé par leral.net le Lundi 21 Juin 2010 à 16:16 | | 4 commentaire(s)|

Sénégal : Réseaux Mobiles 3G+: Opportunités et Impacts politiques
Pour le citoyen, le réseau mobile 3G+ permet l’accès à une large offre informationnelle publique et privée avec les bouquets pluri-médias payants ou gratuits. Il devient un citoyen mieux informé, donc plus exigent quant au contenu et à la qualité des services qu’il attend de ses gouvernants. Pour les entreprises, les solutions qu’apporte la technologie 3G+ présentent de réelles opportunités pour optimiser leurs processus et accroître leurs performances et leur profitabilité en investissant dans des secteurs nouveaux sur des marchés globaux.

A vrai dire, l’avènement des réseaux mobiles 3G+, offre d’immenses opportunités économiques. En raison des mutations sociales induites, ils auront des impacts politiques considérables. Pour l’Etat, sa nécessité de s’adapter en permanence aux évolutions de la société et du monde, le mènera de manière inéluctable, à moderniser son organisation et son fonctionnement et à améliorer les services rendus aux citoyens, grâce à un ensemble de services et de solutions cohérents et intégrés dans un réseau mobile 3G+ accessible et qui connectera toutes les administrations centrales et décentralisées ainsi que les collectivités locales : e-gouvernement, e-justice, e-culture, e-douane, etc. Cependant, ces nouveaux services publics, ne doivent pas être de simples mises en ligne d’informations sur les sites Web des administrations publiques, mais impliqueront une profonde réforme de la structure et de l’organisation de l’administration sénégalaise qui devra se muter en fournisseur de services publics répondant aux besoins des citoyens et des entreprises. D’autre part, les réseaux mobiles 3G+ constituent des autoroutes vers les immenses opportunités offertes par le marché mondial de l’économie du savoir, qui assure une croissance durable et permet la création de nombreux emplois dans les services. Dans ce nouveau contexte, pour que notre pays puisse devenir un acteur majeur dans ce marché à haute valeur ajoutée, il faudra qu’il démarre une véritable stratégie nationale dans les nouvelles technologies, qui passe par l’assainissement du climat politique et économique, et axée sur des politiques publiques qui font de l’innovation et de la qualité un axe politique majeur. Outre la modernisation de l’administration, le développement des infrastructures et le renforcement du tissu industriel des Pme innovatrices, notre système éducatif, haut lieu de structuration de nos élites, devra être évolué vers une logique des compétences qui offre une véritable culture numérique, en raison des gigantesques possibilités apportées par les nouveaux réseaux. Dans le cadre d’une politique concertée d’aménagement numérique du territoire, des pôles d’excellence économique, dédiés aux technologies de l’information et de la communication devront être créés.

Mais encore, le réseau mobile 3G+ est un formidable levier pour reconstruire notre système démocratique, par la transparence qu’elle favorise, la performance, la fiabilité et la sécurité qu’elle apporte et par le fait qu’il place désormais le citoyen-électeur mieux informé au cœur du processus démocratique de dévolution et de contrôle du pouvoir. A travers l’élargissement de l’offre informationnelle dans tous les domaines (économique, social, sécurité, institutionnel, politique, etc.) et l’émergence de réseaux sociaux actifs, l’opinion publique sera renforcée et le contrôle citoyen mieux organisé et plus effectif. Les partis politiques qui aspirent à gouverner le pays à travers la collecte des suffrages des citoyens-électeurs, devront aussi moderniser et démocratiser leur organisation et leur mode de fonctionnement, dégager de nouveaux leaderships en phase avec la société, mais aussi proposer des offres politiques innovantes et de qualité qui épousent les nouveaux canaux de communication auxquels le citoyen-électeur est maintenant habitué. Par conséquent, leurs militants devront aussi être éduqués et formés pour pouvoir piloter ces projets de réforme interne et être apte à gouverner le pays, dès que les électeurs leur accorderont leur confiance. Si les partis politiques n’engagent pas de tels chantiers, alors les électeurs se détourneront d’eux au profit d’organisations sociales ou citoyennes mieux organisées et davantage à l’écoute de leurs préoccupations sociales.

De la même façon, notre système électoral ne pourra être en marge de cette évolution majeure. Avec l’avènement des réseaux mobiles 3G+ de 14,4 Mbps : qui comprendrait, que le citoyen-électeur en soit encore réduit, à attendre six mois avant de recevoir sa carte d’électeur, alors que la technologie lui permet de la recevoir séance tenante dès la fin de sa transaction d’inscription ? Qui comprendrait encore que les résultats d’une élection soient encore attendus dans une commission de recensement, alors qu’avec la vidéoconférence et les réseaux sociaux, les citoyens peuvent être informés en temps réel de l’issue du scrutin ? De tels scénarios, discréditeraient les institutions et structures en charge d’organiser et de superviser le vote, et avec elles toute la classe politique. C’est pourquoi, il me paraît urgent de réformer en profondeur tout notre système démocratique, pour l’adapter aux mutations technologiques et sociales de notre pays. A titre d’exemple : dans le cadre de la réforme du processus électoral, l’Etat du Sénégal sera en mesure de créer un réseau certifié 3G+ de 14,4 Mbps qui interconnectera le Ministère de l’Intérieur, le Ministère de la Justice, la CENA, les 115 communes et les 370 communautés rurales du Sénégal. Lors du recensement physique des citoyens, qui suivrait l’audit du processus électoral(3), les commissions administratives de recensement ainsi que les agents de l’ANSD(4) pourraient être équipés de portables mobiles intégrant une carte 3G+ et embarquant un logiciel de saisie des fiches-personnes avec un contrôle biométrique, effectué par un serveur sécurisé qui enregistre les inscriptions. Si cinq cent (500) commissions administratives saisissent chacune cent (100) fiches-personnes par jour, cela correspondrait à cinq millions de sénégalais enregistrés en cent jours ouvrables soit, en cinq mois. Ainsi, un nouveau fichier électoral fiable et sécurisé avec un contrôle biométrique pourrait être recréé en cinq mois, à partir d’un rigoureux recensement national des populations. Tous ceux qui ne figureraient pas dans le nouveau fichier, seraient invités à se présenter dans des commissions départementales d’enregistrement, logées dans les préfectures et présidées par des magistrats, pour le contrôle de la nationalité et de la validité des droits civils et politiques de l’électeur. A l’évidence, le peuple sénégalais est tout à fait apte à relever un tel défi, mais c’est sa classe politique dirigeante qui est hésitante et frileuse, manque de volonté politique et d’ambition pour le pays. C’est pourquoi, je fais mien le mot de l’historien anglais Cyril Northcote Parkinson «Le problème crucial de notre temps est engendré par la stagnation des théories politiques à une époque de progrès technologiques».

En définitive, pour réussir une telle mission de transformation de la société et de l’Etat, notre pays aura besoin d’une vision portée par un Président de la République innovant, rassembleur et volontaire, incarnant l’unité nationale, donc équidistant vis-à-vis de toutes les chapelles économiques, politiques et sociales. Pourtant, les sénégalais ont suivi avec étonnement, le vendredi 11 juin 2010, le lancement par le groupe Sudatel, de son réseau mobile 3G+, sous la présidence effective du Président de la République, Me Abdoulaye Wade. A cette occasion, la presse rapporte du chef de l’Etat, une déclaration inédite au regard de sa fonction « … cette technologie avancée (3G+) n’existe pas en Afrique. Elle vient d’être y lancée pour la première fois … la seule façon de soutenir ce projet, c’est d’acheter ce produit bénéfique surtout pour les populations rurales qui peuvent appeler et voir en même temps leurs parents émigrés… ». A la suite de ce lancement, Monsieur Emaddine Ousseyn AHMAD, Président Directeur Général du groupe Sudatel en compagnie d’une délégation, est reçu en audience par le Chef de l’Etat le 18 juin 2010. Ainsi, en une semaine, le groupe Sudatel a eu l’honneur de voir le Président de la République recevoir son PDG et présider le lancement d’un de ses produits phares.

C’est le groupe Sonatel/Orange où l’Etat du Sénégal détient 27% des actions, qui nous annonce par l’intermédiaire de ses représentants syndicaux, que cette technologie 3G+ a été testée au Sénégal lors du sommet de l’Oci tenu à Dakar au mois de mars 2008. En consultant tout simplement la presse du mois d’août 2008 (SudQuotidien du 6/08/2008), on s’aperçoit que le groupe Sonatel/Orange a lancé officiellement son réseau mobile 3G+ à Dakar depuis le 30 juillet 2008, suite aux tests concluants de l’Oci. Et si on s’intéresse aux nouvelles technologies en Afrique, on apprend qu’Orange/Mali dirigé par le sénégalais Alioune Ndiaye, a lancé son réseau mobile 3G+ le 26 mai 2010 à l’Hôtel Laïco Amitié de Bamako, bien après l’Ouganda et la Tunisie. Au mieux, Sudatel ne serait que le 5ème opérateur connu en Afrique à avoir lancé cette technologie 3G+. Pourquoi tout ce montage médiatique et politique sur une prétendue innovation, alors que le contraire peut être facilement démontré ? Qui a intérêt à entretenir de tels amalgames au plus haut sommet de l’Etat ? Toutefois, il y a un fait incontestable, et qui domine tout le reste, c’est que cette démarche présidentielle, au-delà de sa portée politique évidente, ressemble à un soutien appuyé au groupe privé Sudatel, un des trois opérateurs de télécoms qui opèrent au Sénégal(5). Dans ces conditions, les principes d’une concurrence loyale sont totalement bousculés. En guise de conclusion à cette contribution, je livre à nos gouvernants ces quelques suggestions:

Au nom de l’équité et de la justice, que l’Etat du Sénégal rende aussi un hommage public mérité à tous ces brillants ingénieurs et techniciens sénégalais qui ont réussi l’exploit d’amener le Sénégal et l’Afrique dans l’ère du réseau mobile 3G+, bien avant ceux du groupe Sudatel,
Que l’Etat du Sénégal défende et honore les symboles nationaux qui gagnent, parce qu’un peuple a besoin de s’identifier à ses champions nationaux, jamais à des étrangers ou à des canards boiteux,
Que l’Etat du Sénégal soit équidistant de tous les opérateurs de télécoms et exige d’eux le respect strict de leurs clauses contractuelles : service universel, services obligatoires, missions d’intérêt général, qualité, tarifs compétitifs.
Alioune SARR

Ingénieur Informaticien

Coordonnateur de l’Alliance Nationale des Cadres de l’AFP - aliounesarr99@gmail.com


1 : W-CDMA : Wideband-Code Division Multiple Access

2: HSDPA: High Speed Downlink Packet Access

3 : L’audit du processus électoral est prévu par des experts indépendants, grâce au soutien de l’UE et de l’USAID.

4 : ANSD : Agence Nationale de la Statistique et de la démographie

5 : Les opérateurs de télécommunication au Sénégal sont : Sonatel/Orange, Tigo/Millicom et Sudatel



1.Posté par Abdou le 22/06/2010 00:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mr SARR,
Merci pour les explications. C'est clair.
Preuve que le Sénégal détient des compétences à exploiter.
Salut

2.Posté par Doudou thiam sall le 22/06/2010 18:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voilà au moins quelqu' un très pertinent!.....

3.Posté par ngaary le 24/06/2010 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Excellent article, qui nous sort de la grisaille politique et des élucubrations de Moubarakh Lô!

4.Posté par SENEMOBILE le 27/06/2010 20:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

SENEMOBILE:
toute info sur votre mobile au sénégal.
réseau: GSM - GPRS - 3G - CDMA - GPS
opérateur: Tigo - Expresso - Orange (kirène).
actualité, service, trucs et astuces, décodage,logos et sonnerie,
mise à jour, paramétrage internet
http://www.facebook.com/sènemobile

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image