leral.net | S'informer en temps réel

Sénégal : le mouvement « Y en a marre » fait trembler le pouvoir

Le groupe de rap Keur Gui dénonce errements et défaillances du gouvernement

Le 19 mars prochain, le Sénégal fêtera les onze ans de « l’Alternance ». L’élection d’Abdoulaye Wade, portée par la jeunesse sénégalaise, avait mis fin en 2000 à quarante ans de régime socialiste et suscité un espoir immense dans le pays. Un espoir déçu, ce qui n’empêche pas le Parti démocratique sénégalais (PDS, au pouvoir) de célébrer chaque 19 mars en grandes pompes. Mais voilà, cette année, Keur Gui, une bande de jeunes rappeurs, menace de troubler la fête…
De notre correspondant


Rédigé par leral.net le Mardi 8 Mars 2011 à 13:43 | | 26 commentaire(s)|

Sénégal : le mouvement « Y en a marre » fait trembler le pouvoir
« 50 ans après notre Indépendance, les musiciens changent mais c’est toujours la même musique, constate amer Thiat, l’un des membres du groupe Keur Gui. Les deniers publics sont gaspillés et les populations laissées en rade ». Les promesses de l’Alternance et du candidat Abdoulaye Wade semblent loin. Confrontés au chômage de masse, à l’envolée des prix des denrées de première nécessité et aux innombrables coupures de courant, les « Sénégalériens » déchantent. Faute de canalisations dans de nombreux quartiers, les eaux de pluie envahissent chaque été les maisons dont beaucoup ont fini par être abandonnées par une population livrée à son triste sort. « C’est nous, les jeunes, qui avons changé le régime, se souvient l’artiste. En tant que rappeurs, nous avions poussé les gens à aller voter. Nous avons fait élire Wade ! »

« Wade promettait des emplois pour les jeunes, mais il a transformé le pays en PME », ironisent les Sénégalais. Comprenez Papa, Maman et les Enfants. Plus les années passent, plus l’omniprésence de la famille présidentielle se fait sentir dans les affaires de l’Etat. « Gorgui » (« le vieux » en wolof), 86 ans, a d’ores et déjà annoncé sa candidature à la présidentielle de 2012 mais beaucoup le soupçonne de vouloir laisser le pouvoir à son fils Karim, ministre d’Etat, ministre de la Coopération internationale, des Transports aériens, des Infrastructures et de l’Energie. De son côté, la première dame gère une fondation alors que leur fille Syndiely, conseillère spéciale auprès de son père, était déléguée générale adjointe du troisième Festival mondial des arts nègres (Fesman), qui s’est tenu en décembre à Dakar dans l’opacité financière la plus totale.

Après avoir créé en janvier le mouvement citoyen « Y en a marre », le groupe Keur Gui, originaire de Kaolack, au centre du pays, annonce mercredi lors d’une conférence de presse improvisée dans une librairie son intention d’organiser une manifestation le 19 mars. « Même s’il y a une frange de la population qui veut s’approprier cette date, le 19 mars appartient aux Sénégalais », rappelle Thiat. D’ici là, le mouvement « Y en a marre » entend sillonner Dakar et sa banlieue à travers des concerts mobiles et faire signer un maximum de « plaintes contre le gouvernement du Sénégal » à ses habitants.

« Nous aussi les rappeurs, il fallait qu’on fasse quelque chose »

« On était là, à boire le thé comme d’habitude, raconte Thiat. Ce jour-là, y avait pas eu de courant de toute la journée. On parlait de ces vieillards de Guediawaye qui s’étaient levés (un collectif d’imams avait appelé au boycott des factures de courant). On s’est dit que nous aussi les rappeurs, il fallait qu’on fasse quelque chose. » « Y en a marre » décide alors de profiter du Forum social mondial, qui s’est tenu début février dans la capitale sénégalaise, et de la présence de la presse étrangère pour se faire connaître. « Le Forum nous a permis d’exposer le raz le bol des Sénégalais », raconte Thiat. En une matinée seulement à l’Université Cheikh Anta Diop, lieu de rassemblement des altermondialistes, 5000 personnes adhèrent au mouvement. « Beaucoup de gens nous disaient : on attendait que ça », confie Fadel Barro, l’un des initiateurs.

Une dizaine de rappeurs interpellés

Samedi matin, à une dizaine, ils prennent la route de Rufisque pour donner le coup d’envoi de la tournée de sensibilisation de « Y en a marre ». La veille, ils ont cotisé pour réunir les 150.000 francs CFA (environ 230 €) nécessaires à la location du camion et du groupe électrogène. La sono est prêtée par un animateur radio. Arrivés devant l’hôtel de ville de Rufisque, ils branchent les enceintes et commencent à distribuer les plaintes aux populations. « Les élèves, les marchands ambulants, les mécaniciens, tout le monde a suivi », sourit Thiat. Les 500 copies prévues pour la journée sont signées en trente minutes...

Tant mieux car la police aussi est au rendez-vous. Les organisateurs acceptent de mettre fin au rassemblement et de suivre le commissaire au poste. Au téléphone ou via les réseaux sociaux, la nouvelle se répand comme une traînée de poudre : Keur Gui et d’autres rappeurs ont été interpellés. Pendant quatre heures, la jeunesse sénégalaise s’indigne. « Les policiers ont eu un discours conciliant, rassure Thiat. Ils font leur boulot, mais on sent que quelque part ils nous soutiennent. » « Le hip-hop galsen fait trembler le pouvoir, commente Amadou Fall Ba, directeur du festival Festa 2H et de l’association Africulturban basée à Pikine en banlieue. Les Sénégalais s’identifient facilement aux artistes engagés alors que le métier d’homme politique se décrédibilise de jour en jour. On mobilise plus que n’importe quel parti et sans payer personne ni distribuer des tee-shirts ou des sandwichs. » À un an des Présidentielles, le mouvement « Y en a marre » n’a sans doute pas fini de faire parler de lui.



Le myspace de Keur Gui



1.Posté par sene le 08/03/2011 14:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci y'en a marre,vraiment le peuple en a marre de vous, et vous le verrez le 19 mars inchallah

2.Posté par Gallas le 08/03/2011 14:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout lepeuple derriere vous pour boutter ces pédés hors du pays comme la polio. Ils sont pires que le sida et le cancer reunis.

Vive le Senegal, Vive la republique

A MORT ABDOULAYE WADE ET SON PEDE DE FILS. Serigne Mbacké Ndiaye sa data ndaye chaque matin. Léche cul.

3.Posté par molla morgan le 08/03/2011 15:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

allez vous faire foutre avec votre sal putin y'en a marre.
les flics sont là kou fi y'en a marre niou marre ko sa leufeul ndaye.surtout yow thiat sa kanam bou oubi leufeul ndéme bii.

4.Posté par jo le 08/03/2011 15:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

GAULOIS dou mala wowé GALLAS yaaw mi di saga serigne mbacke ndiaye . domoram nga tapéte nga .bodoul domou khadji. diokkhél say coordonnées .niou dadié . je te jure que tu le regretteras . so diokhé woul say coordonnées khamal né sa yaye daf lay nakh .khamoul sa baye .je m appelle jo soumaré. josoum@:yahoo.fr.si tu réagis je te fixe rv

5.Posté par gallas le 08/03/2011 15:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

yow sa data yaye.je suis dans le cyber de la medina dans la rue 6x11.faléwou mala.so néké goor nieweul ma katte sa ndaye.yow ak s mbacké ndiaye séen data yaye

6.Posté par Naar le 08/03/2011 16:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

j ai honte pour mon pays.C vilain ce que vous faites;Gardez vos insultes pour vous

7.Posté par jo le 08/03/2011 16:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sagal mané diokhél sa émail mo ngeune ngay sagaa ya ngui tignal sa ndeye khamoul sa baye

8.Posté par niokhor le 08/03/2011 16:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tous pour le 19 mars avec Y A NA MARRE et avec WALF FADJRI pour montrer á LAYE DIOMBOR ET SON GOUVERNEMENT que le PAYS NOUS APPARTIENT. A MORT SERIGNE MBACKE 1 GRAND LECHE CUL...DE LAYE DIOMBOR ET FAMILY . tous pour le 19 mars

9.Posté par Prési 2012, Idrissa SECK notre choix le 08/03/2011 17:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous êtes libéral,

Vous croyez en idrissa SECK,

Vous pensez qu’il faille redresser le Senegal,

Alors, rejoignez nous sur facebook,

Page : Presi 2012 , Idrissa SECK notre choix

10.Posté par jo le 08/03/2011 17:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

GALOIS AU DE GALLAS SOUMALA FEKOON SI CYBER BI SAY MBOOK YI NAKAAL LA LOY DAAW ESPECE DE LACHE KHAM NGA NE SERIGNE MBACKE NDIAYE MOU LA GUEUNE LIGUEY NDEY CHIMMMM TAPETE BOU NIAW LAMEGNE BI
BAYEGOUMALA DINA LA DIAAP . JO

11.Posté par Samia le 08/03/2011 18:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ah! waay adouna moye beugeu touki wala lane??? pourquoi tant d'insultes, de haine envers nous? li bakhoul... ca nous rend les choses difficiles.... SAGA BAKHOUL.. DOMOU NIIT KOU BAKH DOU SAGUEU.. Franchement... wasalam teguene yendou aak diama

12.Posté par MORY le 08/03/2011 17:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LETTRE OUVERTE S TOUS LES JEUNES,
En temps que jeune, soucieux de ce qui ce passe dans mon pays, l’état du Sénégal d’aujourd’hui m’inspire beaucoup d’inquietude.La façon dont on comprend le terme « democratie » nous cause beaucoup de mal et nous causera encore beaucoup de mal.Le problème du Sénégal, c’est vous et moi ou encore c’est les senegalais. L’ONU favorise la démocratie dans le monde. Cette démocratie est accueillie de façon incomprise dans beaucoup d’Etats du monde particulièrement en Afrique(…).Beaucoup de pays utilise la démocratie pour remettre en question les principes républicains or la république, elle est nécessaire si nous voulons bâtir sur la longue durée une démocratie véritable. Il faut un retour à la raison, Nous devrions maintenant prendre conscience de ce qui se passe sur cette terre-mère. Il est temps, nous les jeunes, de voir le monde d’une autre manière, nous devons reconnaitre que c’est nous que les dirigeants du monde utilisaient pour diriger le monde ou une partie du monde. Aujourd’hui nous ne devons plus accepter d’être berner par des discours périodiquement tenus par les hommes politiques qui ne crient que leur intérêt
Aujourd’ hui le sénégalais a métrise comment faire du mal à autrui.Le senegalais a métrise comment déstabiliser le pays. Ainsi, il sait qu’il vit dans un environnement hostile, un pays en danger. Néanmoins toute tentative de le raisonner serait futile. Le problème du Senegal c’est vous et moi, nous n’avons pas la volonté de changer et nous traitons le pays comme nous nous traitons les uns les autres. La Déclaration universelle des droits de l’homme avec son article 19 “tout individu a la liberté d’opinion et d’expression», laquelle utilisent des personnes mal intentionnées pour ternir l’image d’autrui, qui peut même aller jusqu’à ruiner toute une famille. Une démocratie qui donne la chance a tout le monde d’être compètent. Une démocratie qui se traduit par des mouvements de manifestation aboutissant à des affrontements entre forces de l’ordre et civils(…)des saccages des biens publiques qui appartiennent au peuple sénégalais.
Des hommes qui se réclament républicains et hommes d’Etat ,alors qu’un homme d’Etat doit être au-dessus de la mêlée, avoir une main critique et pouvoir observer un recule, comme Ousmane Tanor DIENG,un Abdoulaye Bathily,un Moustapha Niass, se permettent de comparer notre cher pays, un pays républicain, un pays où il y a la démocratie ,même si elle est débridée, un paye de paix, un pays de valeurs, a des pays Arabes comme Egypte,Lybie,Tunisie qui s’entretuent aujourd’hui parce que tout simplement la democratie n’y trouve pas ses lettres de noblesse. Ces leaders rancuniers, mauvais perdants poussent la jeunesse a suivre les Arabe au moment ou aucuns de leurs fils ne mettent leur pied au pays quand l’instabilite s’installe.Nous les jeunes soyons conscients, aimons notre pays et accompagnons toujours le gouvernement qui est en place,que ca soit le parti au pouvoir ou apres l’opposition,peu importe l’essentiel c’est de faire preuve de patriotisme sans reproche. Le Sénégal nous appartient nous tous.Les biens publiques qu’on saccage lors des manifestations, n’appartiennent pas au gouvernement mais plutôt a nous les sénégalais ; ainsi c’est nous qui allons payer les pots casser,comme on dit en wolof : « diaxaan di sawla,sabopp rek ngay saw »et tous ces saccages il y a toujour la main des leaders d’oppositions ce qu’on ne doit pas accepter. Le temps presse pour ouvrir notre cœur et notre conscience, parce que le Senegal n’est plus capable d’absorber la vengeance et la négativité des personnes qui y vivent.
Apres ces hommes, viennent certains journalistes opportunistes payes par l’opposition pour secouer le Senegal.Ces hommes sont Souleymane Jules Diop, Cheikh Yerim SECK , Sidy Lamine NIASSE qui croient tous savoir dans le monde. Tous ces hommes qui poussent les Sénégalais a un soulèvement populaire doivent être traduits a la justice, les juger, les condamner 10ans ferme plus travaux forces et tout patriote qui aime le Sénégal sans tricherie doit penser ainsi. Notre Sénégal socialement et politiquement sain ne doit pas courir le risque de voir perturber cette stabilité sociale et politique que le monde entier nous envie.
Enfin ceux qui se réclament société civile comme Penda Mbow et Amsatou Sow Sidibe.Ces femme également avancent toujours des propos qui peuvent secouer le pays et je pense qu’il y a des choses à ne pas dire pour le bien de la paix sociale.
Il est jamais interdit de critiquer un régime mais cela doit se faire avec beaucoup de lucidité avec patriotisme mais malheureusement tel n’est pas toujours le cas pour ces brebis galeuses. Idrissa Seck,Macky Sall,Cheikh Bamba Dieye, voilà des gens qui critiquent mais n’avancent jamais des idées qui peuvent aboutir aux soulèvement populaires. A celui qui peut comprendre peu de mots suffissent.

Papa Mory GUEYE, étudiant sénégalais en Russie
Papizo85@yahoo.fr

13.Posté par gallas le 08/03/2011 18:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

jo sa diobou ndaye mane faléwou mala.ma ngi si cyber bi do nieuw.yow féék nga

14.Posté par chiko le 08/03/2011 19:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

va faculooooooooooooooooooooo avec votre y en a parre

15.Posté par CE QUE WADE CACHE AUX SENEGALAIS: CRISE EN COTE D'IVOIRE le 09/03/2011 13:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Affrontements entre Fds-Ci et rebelles / Dix soldats sénégalais perdent la vie : Wade attribue les morts à la rébellion casamançaise
Source : Le Temps : Dernière Mise à jour : 04/03/2011 (Auteur : )

La rébellion casamançaise n’aurait pas fait de morts dans l’armée régulière sénégalaise. Les 6 morts de décembre 2010, puis les 3 de la nuit de 26 à 27 février 2011, annoncés comme des victimes de la rébellion casamançaise, sont en réalité des soldats du contingent sénégalais de l’Onuci tués lors des affrontements entre Fds-Ci et mercenaires d’Alassane Dramane Ouattara.

C’est un gros mensonge présidentiel. La crise ivoirienne aura servi de toutes sortes de prétextes aux acteurs proches ou lointains, pour justifier l’injustifiable. Ce qui se passe entre le Sénégal d’Abdoulaye Wade et l’Onuci de Yong Ji-Choï en Côte d’Ivoire est la preuve si besoin en est, qu’à beau mentir qui vient de loin. Il n’y aurait pas eu de morts de soldats sénégalais et la rébellion casamançaise n’aurait fait, récemment, aucune victime dans les rangs de l’armée régulière sénégalaise lors des derniers affrontements, contrairement à ce que les officiels de ce pays ont laissé croire à l’opinion. Mais d’où viennent alors les morts brandis par les médias sénégalais? A la vérité, cette belle escroquerie morale a été montée de toute pièce pour berner l’opinion publique sénégalaise. De quoi s’agit-il ? C’est que le 16 décembre 2010, les Forces de défense et de sécurité de Côte d’Ivoire (Fds-Ci) lancent une offensive sur le Golf Hôtel, pour déloger les rebelles et les mercenaires d’Alassane Dramane Ouattara. Ce 16 décembre 2010, l’opération fait plusieurs dizaines de morts. Dans le décompte macabre, l’on notera que six (6) soldats du contingent sénégalais ont été envoyés en enfer par les forces loyalistes ivoiriennes. Mais cette information restera confidentielle. L’Onuci a toujours laissé croire que les victimes n’étaient que des rebelles et mercenaires d’Alassane Dramane Ouattara. Le lendemain de cet affrontement du Golf Hôtel entre Fds et mercenaires, l’opinion africaine apprenait que la rébellion casamançaise, au Sénégal faisait des victimes dans les rangs de l’armée régulière sénégalaise. Le même nombre de morts que lors des affrontements en Côte d’Ivoire entre forces régulières rebelles et mercenaires d’Alassane Dramane Ouattara. Dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 février 2011, des violents affrontements opposent les Fds-Ci et les rebelles infiltrés, dans la commune d’Abobo. L’Onuci dont la complicité avec les rebelles n’est plus un fait nouveau, a tenté d’apporter comme à ses habitudes, un appui humain et logistique. Mais manque de pot pour les hommes du Coréen Young Ji-Choï le représentant du Sg de l’Onu, les redoutables forces ivoiriennes n’ont fait aucun quartier.

La puissance de feu des Fds-Ci a fait plusieurs morts parmi les rebelles et mercenaires et leurs soutiens de l’Onuci. L’armée de Choï a perdu ici encore, plusieurs hommes dont trois (3) soldats sénégalais. Le lendemain de cette bataille dans la commune d’Abobo, des articles de presse sénégalaise annoncent un (autre) affrontement entre les forces régulières et les rebelles de la Casamance. Curieusement, c’est le même nombre de victimes en Côte d’Ivoire à Abobo, que l’on retrouve à l’issue des affrontements entre rebelles casamançais et armée loyaliste sénégalaise.

Ce gros mensonge serait passé inaperçu malgré la troublante similitude des nombres des victimes dans les affrontements, dans les deux pays, si la rébellion casamançaise n’avait pas pondu un démenti face à ces allégations. Un démenti bien tardif mais qui vient rétablir la vérité. Encore une fois, la vérité éclate au grand jour grâce, cette fois-ci, à une source diplomatique ouest-africaine proche du dossier casamançais qui a contacté, hier, la rédaction de votre journal préféré. « Vous les Ivoiriens faites bien attention, la rébellion casamançaise n’a jamais fait, ces dernières semaines, des morts au sein de l’armée sénégalaise. Ce sont des affabulations inventées par le président Wade. C’est une trouvaille d’Abdoulaye Wade, pour braquer l’opinion sénégalaise contre le président ivoirien Laurent Gbagbo. Quand Wade est acculé et n’a plus rien à proposer aux Sénégalais, il invente quelque chose pour distraire son opinion publique. » Mais pourquoi le président Wade trouverait-il nécessaire de mentir à l’opinion publique de son pays ? La réponse pourrait être ceci. Officiellement les casques bleus des Nations unies en Côte d’Ivoire n’ont pas mandat pour prendre part aux combats sur le théâtre ivoirien. Comment donc le président Wade pourrait-il expliquer la mort de soldats de son armée à ses compatriotes ? Voilà tout le sens de ce gros mensonge cousu de fil blanc par le président Abdoulaye Wade et le Représentant du Secrétaire général de l’Onu. Il faut bien trouver une explication à cette situation d’autant que l’Onuci qui est une force dite impartiale, pourrait être amenée à répondre à la question de savoir à quelle occasion a-t-elle perdu ses hommes.

Bertina Soro

16.Posté par Dioufa68 le 17/03/2011 14:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A lire stp!

Le défi de ma jeunesse : sauver le peuple de la tyrannie des WADE

Thomas Jefferson n’a pas tout à fait tort : « Se révolter contre la tyrannie, c’est obéir à Dieu ». On n’arrête pas les sévices de son bourreau avec ses larmes ; si on n’organise pas sa riposte, on périt. Notre jeunesse trinque depuis 11 ans. Ça suffit ! « Toute génération est une génération de mise au défit » disait le poète, celui de notre génération est à la fois complexe et urgent : sauver notre peuple de la tyrannie des WADE. Ils ont tellement cherché hors d’eux-mêmes les réponses à leurs propres insuffisances au point de porter préjudice à notre patrimoine commun : la République. Elle souffre de leurs coups tordus guidés par leur mégalomanie. Elle en bave atrocement.

Nous entendons souvent dire que la jeunesse est l’avenir. Ce leitmotiv de certains adeptes de la « monotonie ensommeillée » semble exclure la jeunesse du présent. Nous refusons de vivre seulement entre nos souvenirs moroses et nos rêves d’un lendemain meilleur. Nous ne voulons pas être une jeunesse rêveuse mais une jeunesse responsable qui agit pour participer à la construction de sa nation, de sa République. Ce n’est point mettre en doute les vertus du rêve ; c’est seulement une façon de refuser d’être victime de ce genre d’anesthésie et de tout autre moyen utilisé par nos gouvernants pour nous endormir. Un Guide religieux le disait un jour, Serigne Moustapha SY si nos souvenirs sont bons : « Au Sénégal, la jeunesse a le droit de chanter, de danser, de jouer mais elle n’a pas le droit de réussir professionnellement sa vie. » Et portant, la jeunesse aspire à un niveau d’équilibre appelé développement, c'est-à-dire un système dans lequel, les structures économiques, politiques, culturelles et sociales… permettent de satisfaire les besoins fondamentaux des populations.

Chère jeunesse, Martin Luther King (1929-1968) prononça son célèbre discours « I have a dream » à Washington le 28 août 1963 devant des milliers de militants de l’égalité raciale alors qu’il n’avait que 34 ans. La réalisation de son rêve fut symbolisée le 04 novembre 2008 par l’élection de Bracke Obama à la tête des Etats-Unis d’Amérique. Stephen Biko (1946-1977), l’auteur de la fameuse citation « l'arme la plus efficace dont puisse disposer l'oppresseur est l'esprit de l'opprimé », fut nommé président honoraire de la coalition de plus de 70 organisations noires en Afrique du sud dénommée la Black People's Convention (Convention du peuple noir) alors qu’il n’avait que 26 ans.

26 ans, c’est l’âge qu’avait aussi Nelson Mandela au moment de créer la ligue de la jeunesse de l’ANC en 1944 en compagnie de Walter Sisulu et Olivier Tambo. Son combat contre l’Apartheid sera à l’origine de sa condamnation à perpétuité en 1964 ; il recouvre sa totale liberté en février 1990 et devient le premier Président noir de son pays après la victoire de l’ANC aux législatives de 1994. Patrice Lumumba (1925-1961) fonda, en 1958, le Mouvement national congolais (MNC), mouvement indépendantiste le plus radical de son pays qui remporte les premières élections en mai 1960. Il devint le premier ministre du Congo indépendant à l’âge de 35 ans. Thomas Sankara (1949-1987) impulsa la révolution Sankara. L’homme le plus populaire au Burkina Faso le fut à partir de 1983 à l’âge de 34 ans. Kwame Nkrumah débuta son action politique au Ghana en 1947 en devenant le secrétaire général du parti indépendantiste - la Convention unie de la Côte-de-l'Or (United Gold Coast Convention) à l’âge de 38. Les exemples de ce genre sont nombreux. Alors quel sens devons nous accorder à la notion d’âge dans la marche des nations et des hommes?

Nous voulons que la jeunesse soit déterminée à faire bouger les choses dans le sens de la conservation de nos acquis démocratiques car, il existe de plus en plus, et c’est regrettable, l’irresponsabilité à « cheveux blancs ». Notre jeunesse n’est pas à l’origine de l’endettement indécent de notre pays, des détournements de deniers publics à coup de milliards, du bradage injuste de nos ressources maritimes, de nos terres, de nos forêts et minerais. Elle n’a pas saccagé nos valeurs politiques par des pratiques comme la transhumance. Ce n’est pas la jeunesse qui a plongé le monde paysan dans le chaos à force de mauvaise politique agricole. Elle n’est pas responsable de la déconfiture de notre tissu industriel ni des pénuries à la pelle.

Chaque jeune est libre de faire de la politique ou pas. Cependant, aucun citoyen responsable, qu’il soit jeune, adulte ou du troisième âge, n’a le droit de croiser les bras devant la décadence de son Etat de droit, devant le sabotage orchestré contre les leviers qui fondent sa République. Ce combat citoyen est la première marche vers le développement. C’est pourquoi, nous saluons l’appel lancé par le Mouvement « Y’en a marre ».

Nous sommes très à l’aise pour en parler car nous connaissons ce que ces jeunes peuvent apporter en matière de conscientisation au sein de leur génération. De 1998 à 2000, nous avions accompagné les rappeurs à travers le Sénégal par la création d’une structure de sonorisation pour les orchestres, depuis la rue 8 à Bopp dénommée à l’époque NGËM PRODUCTION ; car certaines structures de la place refusaient de courir le risque de sonoriser pour ces rappeurs révoltés qui disaient haut ce que le peuple pensait tout bas. Et, ce que des groupes comme Pee FROISS et tant d’autres ont apporté à l’avènement de l’Alternance, beaucoup de partis politiques de l’époque ne l’ont pas réalisé. Nous en parlons en connaissance de cause parce qu’il nous arrivait très souvent d’accompagner notre équipe sur les lieux. Nous nous souvenons d’ailleurs d’un spectacle du Pee FROISS à Kaolack lors duquel, ce groupe Keurgui était monté sur scène pour tirer à boulet rouge sur le régime de DIOUF. C’est vous dire que ce sont des jeunes qui ont une conscience précoce de leur mission dans leur société.

Au nom de quelle loi, le 19 mars 2011, des farfelus, des fainéants, des fous du roi, des fumistes et autres fritures peuvent manifester allégrement pour soutenir leur mentor qui pille ce pays et que d’autres qui sont d’honnêtes citoyens en soient priver pour dire leur rejet du régime? Qu’elle s’oppose sans réserve, avec tous les moyens légaux à sa disposition dont le Droit à la marche pacifique, à toute forme de confiscation des libertés individuelles et collectives consacrées par la constitution.

Notre jeunesse doit être consciente de sa force numérique et intellectuelle… être consciente de sa mission en tant que jeunesse, responsable du présent et de l’avenir de sa nation. Nous voulons d’une jeunesse qui ne « brûle plus en silence », une jeunesse qui siège dans les instances de prise de décisions et qui jouit de la satisfaction d’être utile à sa société. Une telle jeunesse n’hypothèque pas son présent et son avenir dans l’usage des pirogues de fortune. Qu’elle refuse de s’immoler par le feu.

Une telle jeunesse n’inscrit pas son gagne pain dans la prostitution assumée ou clandestine ni dans l’homosexualité et le mariage mixe téléguidés par le souci du gain facile. Une telle jeunesse fuit la tentation du vol et de l’agression. Une telle jeunesse ne s’adonne pas au trafic illicite de la drogue ni à son usage pour raccourcir le chemin qui mène à un bonheur illusoire et dangereux. Une telle jeunesse n’encourage aucune tendance à la facilité et à la passivité ; elle n’est pas une jeunesse qui vieillit autour de sa tasse de thé en critiquant la gestion de sa cité par les adultes. Elle s’inscrit sur les listes électorales, sensibilise son peuple sur la nécessité de changer le système qui l’étrangle et s’érige en rempart de feu face aux armées d’hyènes ennemies en cas de besoin. Elle ne sert pas de bras armés à des brigands politiques égoïstes qui sèment la violence et la mort dans son pays contre les intérêts de son peuple. Chère jeunesse du Sénégal, l’issue du combat démocratique pour renverser ce régime en février 2012 est entre tes mains. Ce combat commence dès maintenant. C’est un combat utile à la préservation de notre République et c’est ton combat. Vive le Sénégal !

Tafsir Ndické DIEYE

Auteur de polars et de poésie dont :

Odeur de sang (Polar) Silence ! On s’aime (poésie)

Éditions Le Manuscrit Paris mars 2008

Horreur au palais (polar) Coédition Nouvelles éditions ivoiriennes/

Centre d’édition et de Diffusion Africaine Abidjan Novembre 2010

E-mail :ndickedieye@yahoo.fr




17.Posté par ira le 28/06/2011 17:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

gni gno yak senegal xamougnou dara dagnou amoul si rap bi lignou yakarone sene euleuk leudeum xamougnou fougnou dieum gorougnou yatougnou; waye leep nak boy dakar yi la gni dioguer si al ba gneuw dakar di wout tour gnafoulene sene ndeye loudoul di lene diapale boy bo di thios bou fow2 live fam gneuw fi nan thiat na kat ndayam feulé

18.Posté par ira le 28/06/2011 17:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

xam naléne bou bakh thiat ak kanamam bou tothe ndiot ndayame bi doumou biral la xam nagnou leep ki si dése sath lawone xamouma loumou done téye wayé man fouma dadié ak yéne dina dore séne ndéye bal domou thiot ndayam yi je suis en france le 2 07 MA NGUI Sénégal damay liguéye man ak yéne yamougnou déguéni yak sama numéro DIOLOf KOUSI AM LOUMOUY WAKH 776579619

19.Posté par ira le 28/06/2011 23:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

wa mais boy thiat ya kat sa data ndéye sa canamou thiot ndayam bi yow diako diongouwoulo nane da nguay djité mbolo yala na sa wa keur ak gnilay top gneup tak ndieupéte sa data yaye waye thiat toune sap ndéye

20.Posté par Boy bandy le 29/06/2011 05:05 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais yaw ira ya katte sa ndaye ki peuple bi laye wakhal domou biral si yaw la diene diék katale sa ndaye sa yoyéwo sa papa di katekatou gordjiguéne birale sa yaye 3fois ak béne rak yaw khaseté dalla war lila méti kham nakko liséne famille amé diangoro sida ngéni woute koungéne ko wale yéne nga kham ni carthier bi gnew si yéne lanou nék sa papa ak sa yaye domou iblise yi biralaneté rek di dém. Khadie bi Thiat du courage malafi nékale souma nékone senegal na gnew kharafal sa yaye ak lefem Lou nakhari da diom Mak makhala saga dou sama djikko mé yama saga lo pas ce que saga katoul ndayam bakh

21.Posté par Boy bandy le 29/06/2011 05:07 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais yaw ira ya katte sa ndaye ki peuple bi laye wakhal domou biral si yaw la diene diék katale sa ndaye sa yoyéwo sa papa di katekatou gordjiguéne birale sa yaye 3fois ak sa béne rak yaw khaseté dalla war lila méti kham nakko liséne famille amé diangoro sida ngéni woute koungéne ko wale yéne nga kham ni carthier bi gnew si yéne lanou nék sa papa ak sa yaye domou iblise yi biralaneté rek di dém. Khadie bi Thiat du courage malafi nékale souma nékone senegal na gnew kharafal sa yaye ak lefem Lou nakhari da diom Mak makhala saga dou sama djikko mé yama saga lo pas ce que saga katoul ndayam bakh

22.Posté par Boy bandy le 29/06/2011 05:09 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais yaw ira ya katte sa ndaye ki peuple bi laye wakhal domou biral si yaw la diene diék katale sa ndaye sa yoyéwo sa papa di katekatou gordjiguéne birale sa yaye 3fois ak sa béne rak bou djigueneyaw khaseté dalla war lila méti kham nakko liséne famille amé diangoro sida ngéni woute koungéne ko wale yéne nga kham ni carthier bi gnew si yéne lanou nék sa papa ak sa yaye domou iblise yi biralaneté rek di dém. Khadie bi Thiat du courage malafi nékale souma nékone senegal na gnew kharafal sa yaye ak lefem Lou nakhari da diom Mak makhala saga dou sama djikko mé yama saga lo pas ce que saga katoul ndayam bakh

23.Posté par maimouna le 14/07/2011 20:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

nous sommes avec vous car vous voulez que du bien de se pays mais on vous encourage car vous êtes si courageux de votre part pour le peuple mais je voulais aussi après tout ces projets que vous avez tracé d'aidé aux familles à qui on a séquestrés leurs enfants et que l'état n'en parle jamais et la corruption qui envahi les postes de polices merci

24.Posté par thaite le 30/07/2011 15:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

toute larmée sénégalaise en a marre si je vous dit que tout soldat qui meur en brousse au combat sa femmes et c enfants c retrouve avec 0 f le mois qui sui et c pas des blague je sui militaire

25.Posté par thiate le 30/07/2011 15:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

l armée sénégalaise es avec vous sans blague nous somme fatigué

26.Posté par thiate le 30/07/2011 15:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

wade ques ce que les militaire sénégalais t on fait de ma pour quoi tu nous a oublié
ont meur pour le sénégal ont puni nos famille

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image