leral.net | S'informer en temps réel

Sentinelles endormies, réveillez-vous !


Rédigé par leral.net le Lundi 9 Mars 2015 à 08:52 | | 3 commentaire(s)|

Sentinelles endormies, réveillez-vous !
Après la défaite du PDS et de ses alliés, le peuple des Assises pensait que la voie était largement ouverte pour la mise en œuvre des réformes institutionnelles. Malheureusement, les approches bureaucratiques d’appareils politiques obsolètes et le manque de fermeté de certaines personnalités de la société civile allaient plomber l’émergence citoyenne en gestation. C’est ainsi que la plupart des sentinelles du renouveau démocratique au sein du M23 allaient plonger dans un profond sommeil, dont elles ne se sont pas encore réveillées.

Or, à quelques encablures des élections présidentielles de 2017, il est plus que temps, de procéder à inventaire minutieux et contradictoire des actes posés par le Président de la République, en dehors du carcan de la propagande d’Etat, cherchant à nous présenter la politique gouvernementale sous son meilleur jour, avec l’objectif inavoué de façonner nos opinions et nos futurs comportements électoraux.

Il ressort de cette évaluation qu’il y a certes des actes forts posés, car il est de plus en plus admis depuis l’alternance historique de 2000, que le vote de l’électeur sénégalais est de plus en plus fonction de sa perception du bilan de l’équipe sortante. Néanmoins, aucune rupture de fond n’est intervenue concernant les principaux griefs nourris à l’encontre du régime de Me Wade.

Refusant de mettre en œuvre aussi bien les conclusions des Assises Nationales que les recommandations de la CNRI, le nouveau pouvoir a concocté de nombreuses réformes superficielles, sectorielles, partielles et parcellaires, tenu plusieurs assises et fora, promettant l’émergence vers l’horizon 2035, au moment où la société sénégalaise souffre de mille maux.

Résultat des courses, notre pays vit, sur fond de réduction des budgets sociaux (Santé, Education), une agitation sociale chronique dans tous les secteurs (collectivités locales, éducation nationale, enseignement supérieur, transport, foncier…). Curieusement, dans certains cas, on a même l’impression que le remède est pire que le mal !

Ce qui manque évidemment c’est une vision d’ensemble cohérente et désintéressée (sans préoccupations politiciennes et électoralistes) telle qu’elle semblait ressortir du large consensus des Assises Nationales !

Que dire du Plan Sénégal Emergent ?

D’abord qu’il s’inscrit dans la continuité des recettes éculées des officines impérialistes que sont la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International, dont la Présidente a même daigné venir nous prodiguer ses conseils maléfiques. Ensuite, qu’il est extraverti et suppose des réformes socialement douloureuses pour les masses populaires, en vue d’une hypothétique hausse du taux de croissance.

N’est-il pas temps pour la classe politique sénégalaise de remettre en cause la domination économique exercée par les puissances occidentales sur nos Nations fortement arrimées au franc CFA, obstacle à notre souveraineté complète ? En tout cas, il est notoire que les entreprises françaises opèrent un retour en force (Bolloré, Necotrans, Total…). Le régime de Benno Bokk Yakaar semble aussi cautionner la promotion du libre-échange telle que préconisée par les accords de partenariat économique qui ressemblent, à s’y méprendre, à une alliance du loup et de la brebis, avec une baisse drastique des recettes fiscales découlant de la levée des barrières tarifaires entre l’UE et les pays ACP.

En l’absence de maîtrise des leviers économiques et face à la misère populaire croissante, il ne reste à nos dirigeants qu’à initier des politiques sociales visant à atténuer la pauvreté, avec de forts relents populistes et électoralistes.

N’y-a-t-il pas quelque chose d’inélégant pour un pouvoir qui rechigne à mettre en œuvre la refondation institutionnelle, de vouloir organiser, en fin de mandat, un référendum, dont l’issue engagera le prochain locataire du palais présidentiel ? A supposer, bien sûr, que les citoyens sénégalais soient appelés à se prononcer sur des questions autres que le raccourcissement du mandat présidentiel de 7 à 5 ans.

C’est ce qui rend d’autant plus incongru le soutien prématuré et inconditionnel de certains dignitaires alliés à la candidature du Président en exercice. Cela montre encore une fois leur désintérêt pour les questions programmatiques et le fait qu’ils semblent plutôt privilégier la reconduction de la philosophie de partage du gâteau, car aujourd’hui comme hier, l’erreur à éviter, c’est de soutenir un candidat sans accords programmatiques.

C’est le lieu d’exhorter les partis de gauche en route vers l’unité, à interpeller au plus vite, le Président de l’APR pour
qu’il soumette au référendum les recommandations de la C.N.R.I, y compris le projet de constitution. Faute de quoi, aussi bien l’entreprise d’unification de la gauche que la poursuite de l’alliance Benno Bokk Yakaar perdraient toute leur pertinence politique.

NIOXOR TINE









Hebergeur d'image



Hebergeur d'image