leral.net | S'informer en temps réel

Serigne Babacar Sy dans les écrits de Serigne Cheikh Tidiane Sy - Par Cheikh Ahmed Tidiane Ndiaye


Rédigé par leral.net le Vendredi 25 Mars 2016 à 11:09 | | 2 commentaire(s)|

Serigne  Babacar Sy dans les écrits de Serigne Cheikh Tidiane Sy - Par Cheikh Ahmed Tidiane Ndiaye
L’Homme à la djellaba aime à citer son seul maitre et guide dans ses écrits. Une souplesse et une profondeur rares y illustrent les différentes facettes de l’homme au bonnet carré : Homme de Dieu, Scientifique, Théologien, Commandeur des Croyants, Docteur de la foi, Homme de lettres, Tribun, Mufti, Catalyseur, Philosophe, Poète…le legs de Serigne Babacar SY (RTA) est d’une intemporalité et d’une universalité qui surpasse l’égo de tous ses contemporains.

POLE INCONTESTABLE ET INCONTESTE DE SON EPOQUE
Dans une Lettre Ouverte publiée le dimanche 9 janvier 1994, Serigne Cheikh Tidiane SY évoque l’héritage spirituel de l’homme avec une logique que seule une conscience éclairée est à mesure de comprendre. « Il ne m’appartient pas de choisir, c’est un problème qui dépasserait largement mes prérogatives », affirme Seydil Hadj Malick SY (RTA). « Effectivement, d’autres que lui m’ont choisi », confirme Serigne Babacar Sy (RTA). A cela Al Maktoum ajoute : « C’est une question de consensus ou les esprits rachitiques n’ont pas leur place. » Une analyse qui sonne le glas dans la confusion actuellement constatée au Sénégal. On verse assez souvent dans une logique conforme à une « hiérarchisation des héritages des membres des familles religieuses ». Si l’on veut commenter une telle approche comme un journaliste le ferait pour un événement politique ou un combat de lutte, il y’a lieu de noter là les signes inquiétants d’une crise d’interprétation.
UN CHARISME LEGENDAIRE
Dans Jouer avec le Destin, l’auteur du fameux Fa Ileyka revient sur un témoignage de Hadj Saidou Nourou Tall (RTA) à l’égard de son condisciple de compagnon : « Ababacar Sy n’a jamais cessé de plaire, évitant de jouer avec le destin des gens. » Malgré cela, on lui reconnait un charisme légendaire. Un néophyte aurait fait référence là à un paradoxe. Et pourtant, une telle approche demeure conforme aux réalités insondables de l’univers de la Haqiqa. Aujourd’hui, le phénomène de l’obscurantisme religieux fait qu’on séduit plus qu’on instruit, avec un «caricaturisme » et une quête de disciples inquiétants. Quand ceux qui doivent faire de sorte que leur démarche soit conforme à celle évoquée par le ciel agissent de la sorte, n’est-ce pas là l’un des éléments de la crise évoquée par le Prophète (PSL) durant ses derniers jours ? Seydil Hadj Malick Sy (RTA) l’avait bien compris, parce qu’ayant légué aux générations futures cette prophétie: «Il arrivera une époque où la prêche sera l’affaire des illettrés. »
LA VOLONTE COMME FONDEMENT DE L’ŒUVRE DE L’HOMME DE DIEU
La volonté est un mot maitre dans l’œuvre d’Al Khalifa, en atteste sa fameuse invocation : « Seigneur ! Préservez-nous d’une paix superficielle ! Une paix qui tue la volonté d’un homme.» Une suggestion en parfaite harmonie avec la «conception maktoumienne de la valeur », celle que le confort sous toutes ses formes rebute, parce qu’allant à l’encontre de l’élément justificatif de l’existence d’une valeur : la rigueur. « Un champ céleste est un champ de bataille. On y laisse sa vie ou du moins le confort de sa vie », nous confie le pensionnaire de Fann Résidence.

UNE POSITION DE NON INDEPENDANTISTE
Il faut être le digne successeur de Seydil Hadj Malick Sy (RTA) pour oser, dans un contexte aussi complexe que celui marquant le règne du colonisateur, dénoncer le manque d’ambition des français, mais aussi et surtout la conscience des chefs politiques sénégalais, inspirée par la politique politicienne. L’homme au bonnet carré soutenait que de l’envoi de grands missionnaires, la France est passée à l’expédition de simples salariés au Sénégal. Aussi Serigne Cheikh Tidiane Sy nous confie ces propos de l’homme de Dieu : « Je suis français aujourd’hui. Je le serai encore demain. Pourquoi ne pas accorder une double nationalité à un homme doublement colonisé ? ». Les impénitents prirent le chemin inverse. La rupture brutale avec la France fut à l’origine d’un déséquilibre total en matière politique. Le temps a fini par donner raison à sa position de non indépendantiste, avec les vicissitudes constatées dans la gestion des institutions depuis l’indépendance. Pire, aujourd’hui, la colonisation n’est plus une question d’occupation de terres, mais plutôt une façon «d’occuper les consciences». Un complexe qui demeure comme figé dans le moi profond de la plupart des fils de l’Afrique. Demba n’a pas cessé de voir en Dupont un « autre », originaire d’une «race supérieure ».

COMPORTEMENT SOCIAL ET VALEURS TRADITIONNELLES
L’enseignement du fils de Seydil Hadj Malick Sy (RTA), homme de Dieu sans conteste et catalyseur de nature, n’épargne nullement les aspects négatifs du comportement social du musulman. La quête du savoir étant un impératif, il précise que ce que l’on peut appeler la santé intellectuelle a ceci de particulier : qu’elle peut être ruinée par le soleil (chaleur), la graisse (repas de prestige) et le thé (consommation abusive), qui peut provoquer chez l’individu un éternel étourdissement. Il s’y ajoute une remarquable appréhension des attitudes nourries à la sève des valeurs traditionnelles, et qui font qu’un wolof soit philosophe pour les autres, un sérère digne de confiance, un lébou membre d’une société secrète,…

UN DIGNE REPRESENTANT DE DIEU SUR TERRE
La religion est perçue par Serigne Cheikh Tidiane Sy comme une tension perpétuelle qui n’a d’yeux que pour le maintien d’un équilibre parfait pour la bonne grâce de tout ce qui existe. Les trois dimensions auxquelles on lui assigne, comparées à l’œuvre de Serigne Babacar Sy(RTA), font de lui le grand père spirituel de plusieurs générations :
-Elle est source de grâce, et le Khalif affirme avoir accompli tous ses devoirs religieux sans défaillance aucune vis-à-vis de son créateur ;
-Elle est attitude raisonnable et raisonnée de la créature à l’égard de son créateur, et l’homme au bonnet carré prône le fait qu’il ait respecté toutes les recommandations divines ;
-Elle est comportement social, et le digne héritier de Seydil Hadj Malick Sy (RTA) déclare avoir appris à ses disciples à connaitre et à suivre l’éternel.



59 ans après sa disparition, le Patriarche de Tivaouane demeure un symbole que des âmes honnêtes revendiquent comme chef spirituel. Son œuvre ne cesse d’inspirer les jeunes générations, et sa présence se ressent toujours de façon intuitive. A l’origine, par une requête spirituelle, de la fin de la seconde guerre mondiale qui fit qu’Hitler et le nazisme connurent une défaite historique, promu au rang de commandeur de la légion d'honneur, Il précisa à l’égard de la conscience collective : "Cette nomination n’est que superficielle, puisque j’ai reçu des héros du ciel d’autres médailles. Mais je l’accepte quand même, vu qu’elle a éveillé de façon considérable la compassion des disciples», (en wolof : « li ko ndiaboot yii bégué rékka takh ma nanguou ko, wayé daf fi fékk yénène médaille »). Et Serigne Cheikh Tidiane Sy de soutenir, dans un discours tenu au CICES de Dakar : « Ababacar Sy git dans notre cœur. Il s’y est trouvé une place de choix quelque part, là où la haine et la colère s’installe chez les esprits butés.»
Cheikh Ahmed Tidiane Ndiaye












Hebergeur d'image