leral.net | S'informer en temps réel

Serigne Mamadou Bousso Lèye décline les ‘’retombées’’ du Festival mondial des arts nègres

Le ministre de la Culture, Serigne Mamadou Bousso Lèye, a assuré mercredi que la troisième édition du Festival mondial des arts nègres, organisée du 10 au 31 décembre dernier, a eu des retombées ‘’directes’’ et ‘’indirectes’’ sur le secteur de la culture et l’image du Sénégal.


Rédigé par leral.net le Jeudi 21 Avril 2011 à 04:07 | | 0 commentaire(s)|

Serigne Mamadou Bousso Lèye décline les ‘’retombées’’ du Festival mondial des arts nègres
‘’Tous les secteurs de la culture ont bénéficié de retombées directes avec les infrastructures rénovées et indirectes avec l’enrichissement résultant des contacts avec la crème des créateurs du monde’’, a notamment déclaré M. Lèye lors de la présentation d’un rapport de la Commission ‘’Culture, tourisme, artisanat et sport’’, du Conseil économique et social.

Au plan économique, ‘’il ne fait pas de doute que les fonds importants qui ont été investis bénéficient d’abord à l’économie nationale’’, a-t-il expliqué, estimant que le festival a ‘’impacté sur le tourisme, le transport, la communication, l’hôtellerie, la restauration, les services, etc.’’

Serigne Mamadou Bousso Lèye a affirmé que ‘’des centaines de jeunes du Sénégal, garçons et filles, ont été recrutés pour cet événement et ont bénéficié à cet effet de formations pratiques’’.

Selon lui, la manifestation a aussi accueilli ‘’des décideurs économiques et des chefs d’entreprises, ainsi que des maires et parlementaires (…) 200 élus et responsables d’universités et de centres de recherches africains-américains’’.

Il a résulté de ces rencontres, a dit M. Lèye, ‘’des projets de coopération avec leurs homologues sénégalais, avec la conclusion en perspective de conventions entre maires sénégalais et africains-américains, d’une part, et universités sénégalaises et africaines-américaines, d’autre part’’.

‘’Le Festival a ainsi permis de raffermir les liens entre le Sénégal, l’Afrique et la diaspora’’, a insisté le ministre de la Culture, ajoutant que les retombées en termes d’image du Sénégal sont ‘’peut-être les plus importantes’’.

A ce propos, il a déclaré : ‘’Pendant trois semaines, notre pays a été le centre de la vibration culturelle et intellectuelle du monde. Cela c’est inestimable à l’heure de la mondialisation. Les économistes pourront, avec des indicateurs appropriés, en faire l’évaluation avec exactitude’’.

Le ministre de la Culture a indiqué que le chef de l’Etat a pris ‘’d’importantes décisions’’, citant : la création d’un département de la Diaspora à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, le souhait de création d’une Maison d’édition spécialisée dans les publications de l’Afrique et de la Diaspora.

Il a également mentionné ’’la création d’une Revue africaine pour la science et la recherche, le souhait de création d’une Revue africaine des arts nègres et la mise en place d’un siège du Festival pour en assurer le suivi’’.

APS






Hebergeur d'image