leral.net | S'informer en temps réel

Serigne Modou Niang traqué de toutes parts

INCAPABLE D’HONORER LES RESTANTS DE SPONSORING DUS AUX LUTTEURS DE SON GALA

Coup de tonnerre dans l’arène ! Les millions ne sont pour certains, que du vent. Serigne Modou Niang, « promoteur de l’alternance », fait jusqu’à présent courir certains lutteurs à qui il doit de l’argent. De sources sûres, le patron de « Mouniang Production » n’a pas encore décaissé le reliquat de sponsoring pour Khadim Ndiaye n° 2, ainsi que pour certains lutteurs qui ont pris part au Gala de Ziguinchor. Si certains ont pu recouvrer leur argent la semaine dernière, ce n’est pas encore le cas pour le lutteur de Thiaroye/mer. Khadim Ndiaye n°2 affirme attendre toujours son restant qui s’élève à 1 million de francs Cfa, que lui doit le promoteur. Et pendant qu’il est traqué de toutes parts, Serigne Modou devra faire face à un autre casse-tête. Le choc Garga Mbossé-Less 2, initialement prévu à Demba Diop ce dimanche, pourrait ne pas s’y tenir. Car le Jaraaf de Dakar va occuper le stade au même moment, pour le compte du tour préliminaire de la Ligue des champions.


Rédigé par leral.net le Jeudi 27 Janvier 2011 à 12:33 | | 2 commentaire(s)|

Serigne Modou Niang traqué de toutes parts
De numéro 1 de l’arène, pour le paraphraser, le promoteur de lutte Serigne Modou Niang est en passe de se muer en as de l’endettement, et pour cause. De sources dignes de foi, le promoteur peine à payer les restants, pour le sponsoring, à certains lutteurs qu’il avait engagés. « Serigne Modou Niang doit des reliquats pour le sponsoring à Khadim Ndiaye n°2 et Cie. Ces derniers n’ont toujours pas reçu leur argent », confient nos sources. Et ce n’est que le début des problèmes pour le patron de « Mouniang Production », car certains lutteurs commencent à s’attaquer ouvertement à lui.

Khadim Ndiaye n°2 : « je suis fatigué de courir derrière lui, Serigne Modou Niang doit me donner mon argent »
Interpellé, Khadim Ndiaye n°2 affirme que Serigne Modou Niang lui doit bel et bien de l’argent. « Il me doit 1 million de F Cfa pour le sponsoring. Il promet de me payer, sans jamais tenir parole. J’ai une famille à nourrir et je veux rentrer dans mes fonds », a pesté le pensionnaire de Thiaroye/mer. Qui ajoute : « je n’en peux plus ! Je suis fatigué de courir derrière lui. Je lui demande de respecter les termes du contrat. J’ai accompli ma part, il doit en faire autant. Qu’il me donne mon argent. C’est tout ce que je veux ». Dans ce sillage, Khadim Ndiaye n°2 soutient qu’il est toujours à l’écoute du promoteur. Et si, dit-il, les choses ne se décantent pas d’ici peu de temps, il verra avec son staff la démarche à suivre pour recouvrer son dû. « Si les choses ne bougent pas dans quelques jours, je verrai la conduite à tenir pour qu’il me paye mon argent », menace-t-il.

Certains lutteurs n’ont reçu leur reliquat que la semaine dernière

Si du côté de Thiaroye/mer on grince les dents, dans d’autres écuries par contre, on a retrouvé le sourire. Car le patron de « Mouniang production » a finalement mis la main à la poche la semaine dernière. Un célèbre lutteur, sous le sceau de l’anonymat, a reconnu que Serigne Modou Niang lui devait de l’argent. Seulement, poursuit-il, le promoteur s’est acquitté de sa dette, il y a quelques semaines. Même si du côté de Fass on refuse d’aborder ce sujet, un membre influent de l’écurie souligne que Serigne Modou Niang est un habitué des faits. « Nous avions eu beaucoup de problèmes à rentrer dans nos fonds lors du combat Papa Sow-Tonnerre. Il a fallu l’intervention de Mbagnick Diop, parrain du drapeau, pour que Papa Sow soit payé ».

Le combat Garga Mbossé-Less 2 délocalisé ?

Et comme si les dieux de l’arène lui en voulaient du fait de son refus d’honorer ses engagements lors des combats, le promoteur vit présentement un dilemme. Car Serigne Modou Niang, qui avait retenu le stade Demba Diop pour abriter le choc Garga Mbossé-Less 2, devra renvoyer l’affiche ou se rabattre sur un autre terrain. La raison : le Jaraaf de Dakar, qui entre en lice pour les préliminaires de la Ligue des champions africains, va y recevoir le Port Authority de la Gambie. Mais des tractations sont en train d’être menées pour trouver une solution.

En tout cas, une suspension de ce combat serait un coup dur pour les deux prochains protagonistes, qui ont tous fait une bonne saison 2009-2010 avec des victoires à la clé. Dans le Championnat de lutte avec frappe (Claf) du promoteur Gaston Mbengue, le frère de Zoss est allé jusqu’en finale. Malheureusement, il a été battu par Super Etoile de Lansar. Malgré cette défaite, la défunte saison fut pour Garga Mbossé la meilleure de toute sa carrière. Au sortir d’une série de défaites face à Falaye 2 et Bébé Saloum en 2009, il s’était rattrapé de fort belle manière, en faisant un très bon parcours lors du Claf. Il avait battu, par Ko, Alioune Mané de Boul Faalé et An 2000 de Jap, avant de prendre le dessus sur Assurance de Mbour.

Arrivé en finale, Garga Mbossé avait perdu devant Super Etoile. Un parcours appréciable qu’il devra néanmoins justifier devant l’autre puncheur qu’est Double Less 2. En effet, celui-ci avait non seulement battu Alioune Mané, mais aussi il sort d’une belle victoire devant Cheikhou Diène de Soumbédioune qui est tout de même détenteur du drapeau du chef de l’Etat. Un gros pari réussi pour le coéquipier de Balla Gaye 2, qui veut aussi se frayer un chemin et une place de choix dans la hiérarchie de l’arène, comme le fils de Double Less. Mais en attendant, ils doivent croiser les bras et prier pour que le choc ait lieu à la date retenue.

M. S l'as quotidien

Le Cng s’en lave les mains

Pour le comité national de gestion de la lutte, cette affaire n’est pas de son ressort. Selon Thierno Ka, le chargé de la communication de ladite structure, le cachet que le promoteur avait déclaré pour ce combat a été remis aux intéressés depuis longtemps. « On n’est pas habilité à gérer cette affaire », a fait savoir Thierno Kâ au téléphone. Ainsi, Kâ demande à ces derniers de régler leur problème entre eux. Car, dit-il, cela ne fait pas partie de leurs responsabilités. « On est en phase avec tous les promoteurs. Si un lutteur a un différend avec son employeur concernant le restant d’un sponsoring, ils n’ont qu’à le gérer entre eux. Mais nous, ce n’est pas dans nos prérogatives », conclut-il.

M. S l'asquotidien



1.Posté par matar mbeur le 27/01/2011 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

oui c vrai mon jeune frere est victime de serigne modou niang il doit 587 500f cfa plus les 200 000f qu'il lui a promis de lui remettre au cas s'il gagner son combat et il a tout fait pour gagner et jusk'à presnt rien meme pas 1franc alors ecrivez svp c un grand anarqueur .........

2.Posté par Bozz le 27/01/2011 16:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Problème typiquement sénégalais.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image