leral.net | S'informer en temps réel

Serigne Moustapha Mbacké Gaindé Fatma, candidat à la Présidentielle de 2012 : «Wade n’a jamais abandonné son projet de dévolution monarchique du pouvoir»

Petit fils de Serigne Serigne Touba, On le connait plus sous le nom de Cheikh Gaindé Fatma. Serigne Moustapha Mbacké compte vendre « produit » sur le marché …électoral sénégalais de 2012. Dans cette interview accordée à Xamle, le Secrétaire Général de la Nouvelle Alternative pour la Solidarité, le Rassemblement et l’Unité( NASRU, en acronyme) ne prend pas de gants avec le Président Wade. «Aujourd’hui, Me Abdoulaye Wade a bien perdu le sens des priorités. Il n’a jamais abandonné son projet de dévolution monarchique du pouvoir », a-t-il insisté, poings fermés.


Rédigé par leral.net le Samedi 3 Décembre 2011 à 06:15 | | 1 commentaire(s)|

Serigne Moustapha Mbacké Gaindé Fatma, candidat à la Présidentielle de 2012 : «Wade n’a jamais  abandonné son projet de dévolution monarchique du pouvoir»
Qui est Serigne Moustapha Mbacké Gaindé Fatma ?

Je suis le fils de Serigne Cheikh Mbacké Gaindé Fatma, fils et premier Khalife de Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké Ibn Serigne Touba Khadimou Rassoul. J’ai vu le jour à Dakar. J’ai fait mon cycle primaire à Taif avant de m’inscrire au lycée Blaise Diagne. Je suis ensuite parti aux Etats-Unis pour y suivre des études universitaires. J’ai mis sur pied « NASRU » en 2007 ; le mouvement a eu son récépissé en 2008 ; nous avons fait notre déclaration liminaire le 23 Juin 2008.Il faut dire que notre congrès d’investiture a eu lieu le 11 Novembre 2010 et notre rentrée politique a eu le 19 Novembre 2011.

Qu’est-ce qui vous pousse à descendre dans l’arène politique ?

C’est parce que la souffrance des sénégalais me préoccupe au plus haut point. Cela m’interpelle à plusieurs niveaux .Je suis de la diaspora. Je vis à l’extérieur depuis environ 28 ans. Tout le monde est au courant de la conjoncture économique internationale très difficile qui ne nous épargne pas ! A nos jours, les occidentaux ont opté pour une immigration très sélective dite intelligente. Seuls les diplômés munis d’un savoir-faire pourront désormais émigrer et y travailler convenablement .Ce qui est difficile pour bien de nos compatriotes. Mais, nous, notre programme entend venir à la rescousse pour trouver une bonne formule.

N’est-ce pas une manière de gagner le vote de la diaspora ?

Mais, des études sérieuses l’ont montré. 3 millions de sénégalais vivent à l’extérieur. Disons que les 2 millions soutiennent au moins 6 millions. Les fonds rapatriés se chiffrent à 700 milliards de f CFA ; ce qui dépassent largement l’aide publique au développement. A cela s’ajoute les autres transactions. Cela montre toute l’utilité de ces citoyens. Ils forment une véritable chaudière électorale à ne pas négliger.

Voulez-vous dire que vous êtes le candidat de la diaspora ?

Serigne Moustapha Mbacké, c’est le candidat du peuple mais aussi et surtout de la rupture. On pensait que ceux qui sont là peuvent changer, voire améliorer le vécu des sénégalais. Aujourd’hui, la réalité est tout autre. L’Afrique a vraiment intérêt à s’appesantir sur une vision géostratégique. On doit cesser de tout attendre de l’extérieur. On doit apprendre à voler de nos propres ailes. L’on doit s’atteler à auto-suffire alimentairement le continent noir. Avec toutes les richesses fabuleuses dont regorge notre sous-sol, c’est même une aberration de parler de pauvreté extrême dans nos murs.

Mais, votre père avait soutenu financièrement Wade à la création de son parti (le PDS) en 1974. On s’attendait plus à vous voir à ses côtés...

Serigne Cheikh tissait des relations particulières avec presque tous les dirigeants de son époque. Il soutenait des mouvements de libération nationale en Afrique (Amil Cabral) et au Moyen Orient (Yasser Arafat). Ses relations avec Cheikh Anta Diop étaient connues de tous. En 1974, le pays était dans une crise profonde et il appelait Cheikh Fall «Air Afrique» pour discuter du désarroi. Il était un partisan zélé de la démocratie. Il payait, pour sa première contribution à l’époque, 35 millions de F CFA pour Wade. Moi-même j’ai soutenu Wade en 2000 et en 2007. Aujourd’hui, Me Abdoulaye Wade a bien perdu le sens des priorités. Force est aussi de reconnaître qu’il n’a jamais abandonné son projet de dévolution monarchique du pouvoir.

Bien de candidats fustigent le train de vie dispendieux de l’Etat. Est ce votre cas ?

Wade, il faut avoir le courage de le dire, a perdu le sens des priorités (comme je le souligne, d’ailleurs en haut).Comment l’on peut construire un monument à 75 milliards de f CFA , un Grand Théâtre à 14 milliards de f CFA tandis que les sénégalais restent empêtrés dans un mal vivre sans précédent ? Citons l’hydre des inondations, le problème du monde rural , la déréliction de nos valeurs cardinales etc. Une fois aux affaires, nous allons opérer des ruptures profondes visant à réoxygéner nos institutions.



1.Posté par souahibou faye le 03/01/2012 18:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sante serigne touba réck tout les comité mouride je sais ils sont avec toi m backé 774651877

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image