leral.net | S'informer en temps réel

Ses deux filles arrêtées pour outrage à agent suite au port de tenues indécentes : L'ex-commandant de la gendarmerie livre sa version des faits


Rédigé par leral.net le Lundi 13 Octobre 2014 à 22:48 | | 11 commentaire(s)|

Ses deux filles arrêtées pour outrage à agent suite au port de tenues indécentes : L'ex-commandant de la gendarmerie livre sa version des faits
« En effet à 23 heures, le 03 Octobre 2014, alors que je me trouvais chez moi, j’ai été alerté de l’interpellation de mes deux filles pour port d’une tenue qualifiée d’indécente (pantalon jean). Quand je suis arrivé, le commandant de brigade en tenue civile, était debout sur le perron en train de parler à haute et intelligible voix .En me voyant, il m’a dit sur un ton qui m’a surpris Pour l’apaiser et éviter de me livrer en spectacle comme il le faisait sur ce perron, je lui ai demandé de me recevoir dans son bureau pour mieux m’informer des faits. Il s’est mis à tourner en rond avec des successions entrées et sorties dans son domicile et d’ajouter. Poursuivant son propos, il s’est levé et m’a laissé seul dans ce bureau. Comprenant que je ne pouvais le calmer, je lui ai confié que ces deux filles étaient effectivement mes enfants. Je lui ai fait savoir que je vais lui déposer, une lettre d’excuses Depuis ce 03 octobre 2014 ; jusqu’à leur transfèrement devant la justice, il m’a refusé tout contact avec mes deux enfants qu’il a gardé à vue durant ce long week-end de tabaski (96heures). Tout cela confondu, je pensais toujours qu’il n’allait pas en arriver à les retenir et déférer pour une affaire qui ne constitue pas un délit ni même une contravention. Il m’a refusé cette faveur avec même des consignes de garde à vue fermes les concernant. J’ai compris alors sa détermination de porter plutôt atteinte à ma famille à travers ces dernières ; sans aucune raison apparente. Plusieurs guides religieux lui ont demandé de surseoir à cette procédure, mais en vain. Toute la ville est sous le choc de cette arrestation voulue pour je ne sais quelle raison Depuis cet incident jusqu’à leur transfèrement, je n’ai pu tenir la version de mes filles sur le sujet. Aussi en ma qualité de père et civilement responsable des mises en cause, je n’ai été en aucun moment entendu. C’est le commandant de brigade en civile qui est à l’origine de cet incident pour avoir d’abord interpellé, giflé et insulté de mère par deux fois la nommée Nd Kh FAYE. Celle-ci lui a retourné ces insanités avant d’être violentée et jetée à l’arrière de la camionnette de la brigade. C’est avec des coups de poings et pieds en public que le commandant de brigade est parvenu à son dessein. Nd A FAYE voyant sa sœur subir ce traitement a ramassé une pierre qu’elle a jeté au commandant de brigade; avant d’être également embarquée avec la même violence.
Évaluant la violence et les dégâts de son intervention musclée, il nous a d’abord refusé tout contact avec les filles afin de dissiper toute trace de son intervention et s’est forgé cette version objet de leur arrestation et déferrement ; ce que l’opinion publique dément avec la dernière énergie
Avec son gabarit, mes filles n’oseraient s’attaquer à lui sans avoir été victimes de sa violence et son incorrection et de surcroît, il était en tenue civile dans une ville où il est encore peu connu. J’ajoute qu’au moment de transférer les deux filles, et pour mieux frustrer les parents, le commandant a ordonné que les menottes leur soient mises. Elles les ont portées jusque devant le secrétaire de Monsieur le Procureur, comme de grandes délinquantes. Par ailleurs, les soi-disant interdits dans cette localité n’ordonnent pas de lever la main sur les personnes interpellées ou de les insulter. Nos guides religieux et même sa hiérarchie ne lui ont jamais demandé cela. Le rédacteur de cet article a été abuse par la façon dont, il a été informe mais voilà la vérité des faits et une enquête à Darou Mouhty vous le prouverait. Mes filles étaient habillées comme elles ont été déférées (pantalon et robe) Aucun événement du genre n’a jamais été traduit en justice. Il avait fait le choix de bafouer l’honneur et la dignité en renversant le déroulement des faits ayant conduit mes filles devant la justice. Si ce grade n’avait pas insulté par deux fois et levé la main sur ces deux filles, il ne serait pas victime de ce qu’il a qualifié sans scrupule d’outrage ; oubliant la provocation dans cette affaire. Je fais confiance à la justice de mon pays et vous demande à vous tous de suivre cette affaire. La lumière ne fera que jaillir. Je ne reproche rien à l''auteur de cet article puisqu''il a été abuse.

Pape Wagane Faye
Gendarme à la retraite
Ancien commandant de brigade de la gendarmerie de Darou Mouthy






Hebergeur d'image