leral.net | S'informer en temps réel

Séville : Romaric ouvre la porte à un come-back en L1 en grand

Prêté cette saison à l'Espanyol Barcelone, Romaric n'a finalement pas été conservé et est donc reparti au FC Séville. Mais puisque le club andalou ne compte pas sur lui, il ne dirait pas non à un retour en France...


Rédigé par leral.net le Mardi 19 Juin 2012 à 15:32 | | 0 commentaire(s)|

Séville : Romaric ouvre la porte à un come-back en L1 en grand
Malgré une saison plus qu’honorable (28 apparitions en Liga, 3 buts et 1 passe décisive), Romaric (29 ans) n’a pas convaincu l’Espanyol Barcelone, en difficulté financière, de lever l’option d’achat fixée par le FC Séville dans le contrat de prêt. Du coup, le milieu de terrain est revenu en Andalousie, attendant de savoir de quoi son avenir sera fait. A priori, le coach sévillan Michel ne compte en effet pas sur lui et il doit donc se chercher un nouveau point de chute. Il l’a confirmé à demi-mot dans les colonnes du média ivoirien Sport-Ivoire.

« Pour l’instant, il me reste un an de contrat avec Séville et je précise que j’appartiens toujours à ce club qui me satisfait au niveau financier. Sur ce plan, je n’ai pas à me plaindre. Les propositions viennent d’un peu partout. Il y a des clubs en France, il y des propositions en Angleterre, en Grèce, en Turquie et même en Chine. Mais je l’ai dit, nous allons les étudier pour faire le bon choix au moment voulu. Pour l’instant, je profite de mes vacances au pays », a-t-il expliqué avant d’ouvrir en grand la porte à la Ligue 1.

« Pourquoi pas ? Le championnat de France m’a fait connaître, c’est la Ligue 1 qui m’a ouvert les portes du haut niveau. Ce serait un grand plaisir pour moi de retourner dans un championnat que je connais très bien », a-t-il lâché. Ces dernières semaines, l’OM, Lille, l’OL ou encore Rennes ont vu leur nom associé à l’Éléphant dans la presse espagnole. Et ils ont donc toutes leurs chances, à condition de se montrer généreux. « Tout se jouera au niveau financier car plusieurs clubs à la vérité ne peuvent pas payer. Et il faut dire que de ce côté-là je n’ai pas à me plaindre de Séville », a-t-il conclu. À bon entendeur.

Alexis Pereira






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image