leral.net | S'informer en temps réel

Seydi Gassama taille Ouza Diallo : "Il peut continuer à raconter des absurdités, cela n'arrêtera pas la marche du peuple gambien vers la liberté"


Rédigé par leral.net le Vendredi 29 Avril 2016 à 10:12 | | 14 commentaire(s)|

Seydi Gassama taille Ouza Diallo : "Il peut continuer à raconter des absurdités, cela n'arrêtera pas la marche du peuple gambien vers la liberté"
Le directeur exécutif de la Section sénégalaise d'Amnesty international est très remonté contre les Sénégalais demandent la levée du blocus de la transgambienne, au motif que la Casamance souffre. Selon Seydi Gassama, ceux qui agitent cette thèse sont à la solde du Président gambien. "Yahya Jammeh dispose de beaucoup de lobbies au Sénégal, parmi les musiciens, les lutteurs, les anciens footballeurs, les religieux et les activistes de toutes sortes. Ces lobbyistes ne sont pas préoccupés par les intérêts des peuples de la Gambie et du Sénégal", accuse-t-il. Celui qui a le plus agacé Seydi Gassama, c'est le chanteur Ouza Diallo qui a récemment fait une sortie pour fustiger les Organisations africaines des droits de l'homme et dire son admiration pour l'homme fort de Banjul. "Ouza Diallo a insulté les Gambiens. Voila un monsieur qui est connu pour ses diatribes contre les dirigeants sénégalais qui use et abuse de la critique et de la liberté d'opinion et d'expression et qui croit que les Gambiens sont différents de lui, qu'ils sont des sous-hommes qui n'ont pas les mêmes aspirations à la liberté, à la démocratie et au respect de leurs droits humains. Il peut continuer à délirer et à raconter des absurdités, cela n'arrêtera pas la marche du peuple gambien vers la démocratie et, encore moins, le soutien actif du peuple frère de Gambie. Ni le Sénégal ni la Cedeao, l'Union africaine ou les Nations Unies ne peuvent rester silencieux face à la violence, aux meurtres et aux disparitions forcés d'opposants politiques, de journalistes et de défenseurs des droits humains. Les incantations de père Ouza sur la souveraineté des Etats, l'impérialisme et le colonialisme n'y pourront rien. Tous les dictateurs et leurs soutiens ont utilisé ces slogans pour justifier leur oppression contre leur propre peuple et légitimer leur régime aux yeux de l'opinion africaine", a martelé le défenseur de droits de l'homme dont les propos sont rapportés par L'Observateur.






Hebergeur d'image