leral.net | S'informer en temps réel

Seydou Sy, gardieng de but (Fc Monaco) «JE NE REVE QUE DE LA TANIERE»


Rédigé par leral.net le Samedi 20 Septembre 2014 à 08:14 | | 0 commentaire(s)|

Seydou Sy, gardieng de but (Fc Monaco) «JE NE REVE QUE DE LA TANIERE»
Après le centre de formation du Milan AC, Seydou Sy qui s’est engagé avec l’AS Monaco rêve de l’équipe du Sénégal. Le jeune portier originaire de Ziguinchor veut se défoncer en club pour mériter la confiance d’Alain Giresse. Entretien

Seydou, pourquoi avez-vous choisi l’AS Monaco ?

Si j’ai choisi l’AS Monaco c’est parce que j’ai toujours voulu débuter ma carrière dans le championnat français. J’étais au centre de formation de l’AS Milan. C’est lors des derniers Jeux de la Francophonie que des équipes se sont intéressées à moi. Il y avait le Torino qui a insisté pour me faire signer. J’ai beaucoup hésité. Mais cela n’est pas le cas quand les dirigeants de Monaco sont venus aux nouvelles. Je n’ai pas calculé parce que la Principauté est une bonne destination.

Est-ce à dire qu’à Milan vous n’êtes pas sûr d’intégrer l’équipe première ?

Au Milan, je savais que ce serait très difficile pour moi d’intégrer l’équipe première parce que là-bas, on ne privilégie pas les gardiens de but africains. On met souvent en avant l’idée qu’ils peuvent à tout moment quitter le club pour les compétitions africaines avec leurs sélections, alors que c’est un poste névralgique. Cela est un facteur bloquant.

Comment se passe la cohabitation avec les autres portiers de Monaco ?

Pour l’instant, ça va très bien. Il y a certes la concurrence, mais elle est saine. À Monaco, nous sommes quatre portiers. Il y a Subasic, qui est le titulaire… Dieu merci depuis le début de la saison, je fais toujours partie du groupe. Parce que le coach a choisi de faire appel à trois gardiens pour pallier une éventuelle blessure.

Quel objectif vous êtes vous fixé personnellement ?

Je continue toujours l’apprentissage à Monaco. Vous savez, ne serait-ce qu’en jetant un coup d’oeil sur les portiers qui se sont succédé au club, on est dans l’obligation de travailler. Des gardiens comme Fabien Barthez, Flavio Roma et Tony Sylva ont laissé une bonne impression dans ce club. C’est pour cela qu’on se défonce toujours. Il y a cette tradition de bons gardiens à Monaco.

Vous avez connu les sélections de petites catégories, pensez-vous à l’équipe nationale ?

Absolument. Mon souhait est de montrer au peuple sénégalais que je peux défendre les couleurs de mon pays. C’est mon seul rêve. Mais je suis conscient que cela doit commencer par mon club. Rien n’est impossible. À moi de me battre pour atteindre l’objectif que je me suis fixé. La balle est dans mon camp.

Qu’est-ce qui peut favoriser votre convocation en équipe du Sénégal ?

Certes les gardiens de but actuellement en équipe nationale ont de grandes qualités. Moi aussi j’en ai et je travaille avec des gardiens de renommée internationale en club. Danijel Subasic est le portier n°1 de la Croatie, Marteen Stekelengburg est un grand gardien aussi. Je côtoie des joueurs comme Berbatov, Moutinho, etc. Je suis persuadé que le sélectionneur national Alain Giresse suit tous les portiers susceptibles d’être convoqués. Moi, je continue à travailler dans mon coin et peut-être qu’un jour, ma chance se présentera.

Quelle appréciation faites-vous des prestations de Bouna Coundoul ?

Ce n’est qu’en équipe nationale que je le suis. C’est un très bon gardien. Il a de l’expérience parce qu’il est en sélection depuis 2007. Aujourd’hui, il est clair que c’est incontestablement lui le n°1. D’ailleurs, lors des deux derniers matchs du Sénégal contre l’Egypte et le Botswana, il a été au top.

Avez-vous déjà été contacté par le staff technique des Lions ?

Non, je n’ai jamais parlé avec qui que ce soit. Seul Aliou Cissé (coach des Lions Olympiques, ndlr) m’appelle pour m’encourager et me pousser à travailler davantage.

Et Sidate Sarr, l’entraîneur des gardiens de buts, qui vous a encadré dans d’autres sélections ?

J’ai eu effectivement à travailler sous les ordres de Sidate Sarr, en cadet en 2010. J’étais alors très peu expérimenté, je n’avais d’ailleurs jamais quitté le Sénégal à cette époque. Sidate c’est quelqu’un qui aime travailler avec les jeunes. J’ai beaucoup appris avec lui.

Pensez-vous avoir votre place dans l’équipe A du Sénégal ?

Vous savez, il y a des gardiens qui sont là et qui font bien le boulot. Moi, je n’ai qu’un rêve, c’est d’intégrer ce groupe. Maintenant, pour la place, la dernière décision revient au coach. Mais, comme je vous l’ai dit tantôt, Bouna Coundoul est le n°1 des portiers sénégalais. Ça personne ne peut le nier.

Qu’est-ce que ça vous fait de voir votre nom figurer sur la liste des joueurs engagés dans la Ligue des champions avec Monaco ?

Ça fait plaisir de savoir qu’au-delà de l’AS Monaco, je dois représenter aussi le Sénégal dans la plus prestigieuse des compétitions européennes des clubs. Mes anciens dirigeants du Milan AC étaient tellement contents quand ils ont vu mon nom sur la liste des joueurs de Monaco qu’ils m’ont appelé pour m’encourager.

Stades






Hebergeur d'image