Leral.net | S'informer en temps réel



Shimon Pérès dénonce les dangers de la colonisation

le 12 Juillet 2012 à 10:53 | Lu 484 fois

Le président israélien redoute un déséquilibre démographique et l'isolement international de l'État juif.


Shimon Pérès dénonce les dangers de la colonisation
À Jérusalem

Sortant de son devoir de réserve, Shimon Pérès a dénoncé les dangers d'une colonisation tous azimuts en Cisjordanie. Selon le président israélien, les «implantations dans des zones à forte densité arabe pourraient provoquer un changement démographique dont nous ferions bien de tenir compte.» «Sans une majorité juive, il est douteux qu'un État juif puisse rester juif», a-t-il prévenu. Ces propos ont valu au chef de l'État, détenteur de pouvoirs symboliques et censé incarner un consensus national, de se retrouver dans le collimateur du puissant lobby des colons.

Pérès a pris ce risque parce qu'il craint une accélération de la colonisation en Cisjordanie, où vivent déjà 340 000 Israéliens. Celle-ci pourrait à terme aboutir à une annexion des territoires palestiniens avec tous leurs habitants, entraînant l'émergence d'un État binational, dont Shimon Pérès ne veut à aucun prix. Une telle entité, qui comprendrait Israël, la partie arabe de Jérusalem déjà annexée et la Cisjordanie, est actuellement peuplée de près de 6 millions de Juifs et de 2,6 millions de Palestiniens, auxquels s'ajoutent 1,6 million de citoyens arabes israéliens. L'équilibre des forces entre les communautés serait très sérieusement remis en cause.

Or, ce scénario est dans l'air. Un rapport commandé à trois juristes par le premier ministre, Benyamin Nétanyahou, et présenté au début de la semaine conclut qu'Israël n'est pas une puissance «occupante» de la Cisjordanie, conquise lors de la guerre de juin 1967, et que les Israéliens ont parfaitement le droit de s'y établir.

«Prophéties de malheur»
La création «d'implantations ne peut pas être considérée comme illégale», ajoute ce document, qui préconise la légalisation d'une centaine de colonies sauvages construites sans l'autorisation des autorités israéliennes. Benyamin Nétanyahou, ainsi que les organisations de colons et l'extrême droite, a applaudi à ce rapport, qui offre des bases juridiques à une possible accélération de la colonisation.

Sentant le danger, le département d'État américain a dénoncé les conclusions des trois juristes qui pourraient, si elles étaient appliquées, isoler totalement Israël sur la scène internationale. Une analyse partagée par Shimon Pérès, principal artisan des premiers accords d'autonomie conclus en 1993 avec l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) de Yasser Arafat.

Ce passé lui a d'ailleurs été sur le champ reproché. «Shimon Pérès viole la fonction présidentielle en se livrant à des prophéties politiques de malheur», a lancé Danny Dayan, le dirigeant du conseil des implantations, la principale organisation de colons. Selon lui, il n'y a aucun danger démographique en raison de l'existence d'une «solide majorité juive à l'ouest du Jourdain», qui marque la frontière avec la Jordanie.


Par Marc Henry


Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage