leral.net | S'informer en temps réel

« Si Karim est emprisonné à 7 ans ferme, son père n’assistera pas à sa libération et lui, n’assistera pas aux funérailles de son père »


iGFM – (Dakar) Invité de l’Emission « Opinion » de Walf Tv, Babacar Justin Ndiaye a été prolixe. Le journaliste-politologue a répondu sans détours, aux questions de Pierre Edouard Faye, non sans donner son opinion sur les questions brûlantes de l’heure.


Rédigé par leral.net le Mardi 17 Mars 2015 à 00:00 | | 12 commentaire(s)|

« Si Karim est emprisonné à 7 ans ferme, son père n’assistera pas à sa libération et lui, n’assistera pas aux funérailles de son père »
« L’ambassadeur de France a bénéficié du feu orange de son pays »
Au même titre que nombre de sénégalais, Babacar Justin Ndiaye en bon analyste politique, a tenu à déplorer cette sortie. « L’ambassadeur de France a été plus rapide que les juges de la Crei, alors qu’un ambassadeur est vacciné contre les propos maladroits. Je déplore cette immixtion brutale qui blesse la dignité du Sénégal, au moment où les autorités étatiques s’en félicitent, évoquant l’appel de Me Wade à la France et aux Etats Unis sur l’emprisonnement de Karim Wade. Il faut dire que l’ambassadeur a bénéficié du feu orange de la France. Car cette sortie n’est pas fortuite », a soutenu l’analyste de la scène politique sénégalaise.
« Si Karim est emprisonné à 7 ans ferme, son père n’assistera pas à sa libération et lui n’assistera pas aux funérailles de son père »
A en croire Babacar Justin Ndiaye, si Karim Wade venait à être condamné, l’après 23 mars-jour du verdict de son procès- sera un moment très dur pour le Sénégal. « Si Karim est emprisonné à 7 ans ferme à l’image de ce qui se susurre, son père n’assistera pas à sa libération et Karim n’assistera pas aux funérailles de son père », a déclaré Babacar Justin Ndiaye, même s’il souhaite longue vie à l’ancien Président.
Toujours, M. Ndiaye dit être contre la traque à géométrie variable. Car aujourd’hui, le car de la Crei qui devrait être plein à son arrivée à bon port, n’a embarqué que le seul ministre Karim Wade. Par rapport à la sortie de Me Wade, l’accusant son successeur à la tête du pays de « sorcellerie », Babacar Justin Ndiaye s’en désole et qualifie « d’hystérique » cette sortie, parce qu’extrême et mal contrôlée.
« Wade choisit Karim son candidat en 2017 et peut confier le parti à un autre »
A propos des primaires au Pds pour le choix du candidat à la présidentielle de 2017, le journaliste Babacar Justin Ndiaye, parle de bluff. Il est d’avis que Me Wade propulse son fils comme candidat du Pds et peut également confier le parti à un autre responsable. L’analyste politique est d’avis que Me Wade n’est pas un amateur en politique plutôt, un grand homme politique le plus en vue au Sénégal. Du fait que les primaires ne sont pas orthodoxes, le journaliste clame que Me Wade les appréhende avec des arrières pensées qui relèvent de la stratégie politique.
« Les stratèges du Palais doit doubler de vigilance »
Avec ce qu’il est convenu d’appeler le cas Khalifa Sall, qui a remporté les locales dans la capitale, M. Ndiaye avertit le palais qui veut réélire Macky Sall en 2017. Parce qu’au-delà de Khalifa Sall, il y a la galaxie socio-démocrate faisant que le parti socialiste n’a pas qu’un seul candidat contre Macky Sall en 2017. Il a évoqué le cas des barrons du parti socialiste qui ont quitté le navire : Robert Sagna, Souty Touré (…) et ceux qui sont restés à l’image de l’ancien premier ministre Mamadou Lamine Loum, dont le nom est souvent évoqué pour porter la candidature du Ps à la prochaine présidentielle.
L’Afp vole en éclat
Babacar Justin Justin Ndiaye est convaincu que l’Alliance des Forces du Progrès (Afp) est volée en éclat. « L’équation Afp est limpide comme l’eau de roche. Elle a volé en éclat et Niasse a tous les colonels, tous les généraux avec lui, mais en matière d’élection, c’est le vote qui compte, quand on sait que Malick Gakou renvoyé du parti est là avec son profil particulier, car bien présent dans la banlieue. L’erreur de plus, notamment la bourde de Moustapha Niasse à Terrou-Bi, est venue sonner le glas à l’Afp, après le fameux congrès où la candidature de Macky Sall a été soutenue contre celle de l’Afp, sur proposition de Moustapha Niasse.
Sékou Dianko Diatta






Hebergeur d'image