leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

Sidiki Kaba répond Me Ciré Clédor Ly : « Ce n’est pas le député Khalifa Sall qui a été arrêté. C’est là un débat médiatico-politique pernicieux»


Rédigé par leral.net le Mardi 22 Août 2017 à 10:12 | | 0 commentaire(s)|

Suite à la sortie de Me Ciré Clédor Ly, un des avocats de Khalifa Sall, qui soutient que le maire de Dakar, en prison depuis des mois, bénéficie d’une immunité parlementaire après son élection comme député après le scrutin du 30 juillet dernier, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, s’est voulu très clair à ce sujet.
 
En marge de l’Assemblée générale de l’Union des magistrats (Ums), Me Sidiki Kaba a précisé que ce n’est pas le député Khalifa Sall qui a été arrêté. « C’est quelqu’un qui avait maille avec la justice à partir d’un rapport de l’Inspection générale d’État qui a été arrêté. Toutes les voies de recours qu’il a, il est en train de les user », a indiqué le ministre de la Justice.
 
A en croire Me Sidiki Kaba, le dossier de l’édile de Dakar qui a été devant la Cour d’appel est présentement devant la Cour suprême.
 
Pour ce qui est de l’antériorité des faits par rapport à l’élection de Khalifa Sall, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice a estimé que c’est un autre problème. Ainsi, a-t-il fait savoir, la justice répondra lorsque le débat sera posé, tout en tenant compte des éléments que sont l’inviolabilité ou l’immunité d’un député.
 
 Mais, a précisé le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, « ce n’est pas un député qui a été arrêté ». Sidiki Kaba a ainsi déploré le « débat pernicieux et médiatico-politique » qui entoure ce dossier. Selon lui, il y a « un harcèlement tendant à violer l’esprit de l’indépendance et la conscience des magistrats pour faire croire qu’il y a une violation des textes ». De violation de textes, il n’y en a pas eu, selon Sidiki Kaba.
 
« Lorsque le dossier sera devant un magistrat compétent pour le faire, il prendra les décisions qu’il faut. L’État a ses avocats et Khalifa Sall a les siens. Ils vont se battre et à la suite d’un débat contradictoire, une décision sera rendue », a assuré le ministre en rappelant à l’ordre ceux qui sèment la confusion en disant que le Sénégal viole les textes internationaux.
 
 Selon le ministre, le Sénégal respecte aussi bien sa Constitution que ses engagements internationaux. En outre, Sidiki Kaba a laissé entendre qu’un procès ne se gagne pas dans un studio ou dans la rue. « Un procès, il est défendu devant les sachants qui sont qualifiés constitutionnellement pour prendre des décisions », a-t-il conclu.
 
Samba Oumar FALL








Hebergeur d'image