leral.net | S'informer en temps réel

«Simel Faye luttait peu parce que beaucoup de lutteurs de sa génération avaient peur de lui », selon le journaliste Cheikh Mbacké Sène

En rendant hommage au lutteur sénégalais Simel Faye décédé mardi des suites d’une longue maladie, l’ancien journaliste sénégalais et ami du lutteur Cheikh Mbacké Sène est revenu sur la carrière du feu pensionnaire de l’écurie sérère.


Rédigé par leral.net le Jeudi 9 Janvier 2014 à 00:25 | | 0 commentaire(s)|


« En 2000, il était gardien de nuit et passait souvent me voir à la rédaction de Dakar Soir, se plaignant du défaut d’adversaires dont il souffrait cruellement », a révélé Cheikh Mbacké Sène.

«Il était peu connu du grand public et peu de journalistes écrivait sur lui », souligne Cheikh Mbacké Sène. Il révèle également que Simel Faye lui avait confié que « des lutteurs comme Zale Lô, Commando ou Bombardier qu’il réclamait ouvertement refusaient de se battre contre lui sous prétexte qu’il était mystiquement dangereux et pouvait en cas de victoire sur eux sonner la fin de leur carrière ».

«Des lutteurs sont même allés jusqu’à retourner au promoteur Gaston Mbengue des avances déjà reçues pour un combat contre lui», précise Sène.

En véritable combattant, Simel a véritablement souffert, surtout qu’à cela s’est ajouté l’embouteillage observés au sein de sa propre écurie avec Bounama Diop "Rasta", Ibou Ndaffa, Lang Sané, Alioune Diouf "Yerwago" comme dauphins du Chef de file Manga II.

« C’est un combattant d’une abnégation sans faille qui, malheureusement n’a pas eu l’opportunité de s’exprimer comme cela se devait ; et c’est dommage », regrette Cheikh Mbacké Sène.






Hebergeur d'image