leral.net | S'informer en temps réel

Situation de l’année scolaire selon l’IA de Dakar: Seules 200 heures perdues sur les 900

L’inspecteur d’académie de Dakar annonce que l’année scolaire n’est pas encore perdue. Selon lui, sur les 900 heures que compte le quantum horaire, seules 200 ont été perdues. C’est lors d’une rencontre de partage et de revue décentralisée sur la situation de l’éducation et de la formation dans la région de Dakar qu’il l’a fait savoir.


Rédigé par leral.net le Jeudi 30 Avril 2015 à 15:14 | | 1 commentaire(s)|

Situation de l’année scolaire selon l’IA de Dakar: Seules 200 heures perdues sur les 900
« Ce n’est pas dramatique, l’année peut bien être sauvée », ces allégations sont de l’inspecteur d’académie de Dakar, Ngary Faye, dans les colonnes du Quotidien. Pour lui, si les enseignants avaient repris le chemin de l’école, ils auraient le temps de terminer le programme scolaire. C’était en marge d’une rencontre de partage et de revue décentralisée sur la situation de l’éducation et de la formation dans la région de Dakar. Mais, pour ce faire, il interpelle tous les acteurs à mettre en avant l’intérêt des apprenants : « Je lance un appel aux syndicalistes de l’éducation, autant qu’ils sont, de faire preuve de dépassement et de comprendre que le plus important c’est l’école ». Le gouvernement aussi a été interpellé. M. Faye demande au gouvernement de privilégier le dialogue : « Je demande au gouvernement de faire preuve de dépassement et de compréhension, mais surtout du sens du dialogue. Le dialogue n’a pas été rompu, mais il faut aller plus en profondeur afin que le mois de mai puisse être celui d’un retour en classe pour tous », poursuit-il.

Pour conclure, l’inspecteur d’académie de Dakar rappelle que le quantum horaire normal est de 900 heures et que les élèves n’ont perdu que 200 heures. Lui emboitant le pas, le patron de l’IA de Pikine fait savoir : « Même s’il y a aujourd’hui un déficit important dans la livraison du programme, il faut noter que, dans l’écrasante majorité des écoles, la tendance est encore bonne. Nous ne sommes pas encore entrés dans un seuil critique qui hypothèque l’année scolaire. Dans la plupart des établissements, les classes d’examens travaillent », renseigne M. Wade.

Mariama Kobar Saleh






Hebergeur d'image