leral.net | S'informer en temps réel

Soldats de la Cedeao pour le Mali: Attention à l’effet-boomerang des primes !

Rédigé le Mercredi 6 Février 2013 à 15:00 | | 2 commentaire(s)

En s’engageant dans une guerre-éclair et expéditive pour chasser les groupes islamistes du nord du Mali, l’armée française veut embarquer presque toutes les forces armées africaines dans son aventure. En effet, c’est la bousculade car, des armées misérables aux armées fantômes en passant par des armées de paille ou de milices, tout le monde veut y aller ! Par orgueil ou par devoir ? L’essentiel, c’est de s’inviter dans l’histoire du Mali pour la gloire et histoire de pouvoir crâner plus tard : « Cette année-là, nous avons marché sur Gao aux cotés des Français pour libérer le Mali ». Mais nous n’en sommes pas encore là !



Soldats de la Cedeao pour le Mali: Attention à l’effet-boomerang des primes !
Seulement, à l’analyse des toutes dernières informations, il ne fait l’ombre d’aucun doute que la France est en passe de réussir sa mission au Mali. Et ce bien que l’Afrique commence à devenir un « Dodji » (le champ de tir de nos troupes dans le département de Linguère) pour les forces françaises qui viennent sur notre continent tester leurs équipements avec au premier rang les aéronefs. Toujours est-il que les soldats français ont non seulement stoppé la progression des islamistes, mais encore elles ont reconquis les villes de Gao et de Tombouctou. Nous entendons d’ici certains détracteurs dire que ces soldats français ont vaincu l’ennemi sans combattre. Mais bon, le plus important est qu’ils ont fait le boulot à la place de la force africaine de la Cedeao qui n’était pas préparée à un déploiement aussi rapide et précipité. Mieux, le Conseil de Sécurité de l’Onu avait validé le déploiement d’une force internationale au Mali pour… août 2013 c’est-à-dire dans six mois. Et encore, en prenant cette résolution, l’Onu restait floue sur la composition et l’effectif des troupes pour le Mali. Et surtout sur le financement de l’opération. Retenons que le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine a annoncé l’envoi de 6.000 soldats africains. Un effectif demandé par les chefs d’état-major des armées de la Cedeao dans le cadre de la Force d’intervention au Mali (Misma) et auquel viendront s’ajouter les 2.000 hommes promis par le Tchad. Au total, il y aura sur le terrain un peu plus de 8.000 soldats africains. Plus de 8.000 soldats dont la plupart appartiennent à des armées où ils sont mal payés et mal équipés. Des soldats donc qui, pour la plupart, ne vivent que de primes pour refaire leur santé financière. C’est ce qui explique que, bien que prises au dépourvu par l’opération « Serval », toutes les forces armées africaines sollicitées ont dit leur intention d’envoyer des troupes au Mali. Pour le moment, c’est l’Union Africaine qui va avancer les fonds — enfin, si les bailleurs répondent favorablement à sa demande de 460 millions de dollars pour financer la MISMA. Déjà, le Japon, dont une dizaine de ressortissants ont été tués au cours de la prise d’otages d’In Amenas, en Algérie, a promis de signer un chèque de 100 millions de dollars tandis que l’Union européenne, elle, va contribuer à hauteur de 50 millions d’euros. Quant à l’Union Africaine, elle a mis sur la table le dixième de la somme demandée aux partenaires, soit 46 millions de dollars. Plus, cerise sur le gâteau, cinq millions de dollars pour contribuer à la formation de l’armée malienne. L’Onu, elle, devrait rembourser le coût de la MISMA sur son budget de maintien de la paix.
Bref, autant dire qu’il y a beaucoup d’argent qui va être débloqué dans le cadre de cette reconquête militaire du Nord-Mali. D’où, donc, la bousculade au niveau des armées africaines pour y aller. D’ailleurs, au Sénégal, on connaît des soldats qui multiplient les interventions dans l’espoir de faire partie du contingent pour le Mali. Et c’est sans doute la même chose dans toutes les armées africaines où la chasse aux primes onusiennes est un sport non seulement national, mais encore continental. Car, encore une fois, qui dit Onu, dit primes de guerre ou de campagne. D’où le formidable lobbying auquel doit faire face la haute hiérarchie de l’Armée nationale pour faire partir tel cousin de tel colonel, tel beau-frère de tel commandant, tel frère de tel ministre, tel neveu de tel député etc. Car ce qu’il faut savoir c’est que depuis 2008, l’armée sénégalaise applique le même tarif pour toutes ses forces intervenant sur les théâtres extérieurs, qu’il s’agisse de missions de l’Onu, de l’Union africaine ou de la Cedeao. Tous les participants à ces différentes missions touchent exactement les mêmes montants en termes de primes, les seules différences se situant au niveau des grades puisque les officiers touchent plus que les hommes de troupes. Tout cela pour dire quoi ? Que si c’était les anciennes primes Union africaine qui étaient payées, aucun soldat sénégalais ne se serait bousculé pour aller se battre au Mali !
Pape NDIAYE
« Le Témoin » N° 1112 –Hebdomadaire Sénégalais ( FEVRIER 2013)








1.Posté par kanilai le 06/02/2013 15:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pape Ndiaye ce vous dites est tellement vrai, ces soldats minables ne se sont bousculer pour aller en Afganistan en Somalie au Soudan etc, tout simplement parceque la mort est presente a 90% dans ces pays donc la, c'est non non non trop risquer. Pour le Mali chacun sait que la guerre est presceque TERMINEE, il y a eu tres peu de combats, jusqu'a l'heure actuel aucun soldat n'est mort au combat sauf le Pilote Francais aux premieres heures. Des lors que font faire ces soldats africains au Mali? maintien de la paix, la bamboula avec les filles maliennes et recolter des primes INDUES.
Ah! L'Afrique a quand le SERIEUX, l'HONNETETE et l'ETIQUE dans nos comportements?
Le medecin apres la mort.

2.Posté par BOUNKATAB le 06/02/2013 16:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai remarque qu'au temoin, on traite le plus souvent les choses militaires.Malheureusement c'est pour critiquer nos militaires et leur donner toujours le mauvais role.C'est un manque de patriotisme patent et une mesquinerie qui ne s'explique pas.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site

Dans la même rubrique »
< >



TELEVISIONS & RADIO SENEGAL