leral.net | S'informer en temps réel

Sols contaminés au plomb de Ngagne Diaw : Malgré les promesses de Djibo Kâ, les déchets toujours à Mont Rolland

Les risques de contamination du lac Tanma et du bassin de rétention par voie de ruissellement et de la nappe phréatique par infiltration se précisent de plus en plus pour les populations de Mont Rolland après que les promesses du ministre de l’Environnement eurent été vaines.


Rédigé par leral.net le Mercredi 4 Août 2010 à 19:34 | | 3 commentaire(s)|

Sols contaminés au plomb de Ngagne Diaw : Malgré les promesses de Djibo Kâ, les déchets toujours à Mont Rolland
Les sols contaminés au plomb n’ont pas encore quitté le centre d’enfouissement technique de Mont Rolland, malgré les promesses fermes du ministre de l’Environnement et de la Protection de la nature. Djibo Kâ avait d’ailleurs instruit son directeur de l’Environnement d’enlever dans les vingt-quatre heures les déchets contaminés pour les entreposer en sécurité à l’usine Pagri de Tivaouane. Aussi les risques de contamination, par voie de ruissellement du lac Tanma et du bassin de rétention et par infiltration de la nappe phréatique se précisent de plus en plus. Surtout que depuis le début du mois de juin, Thiès et ses environs enregistrent de très fortes pluies.
Cette situation fera dire au président de la communauté rurale de Mont Rolland, Yves Lamine Ciss, qu’il ne devrait plus s’agir uniquement, avec les fortes pluies qui se sont abattues sur la localité, d’enlever les déchets contaminés, mais aussi de décaper le sol comme ce fut le cas à Ngagne Diaw où il avait fallu creuser jusqu’à une profondeur de 1 mètre 50. Car, précise-t-il, le processus d’infiltration a déjà commencé. ‘Si le ministre avait respecté son engagement, on n’en serait pas arrivé là. Mais comme il a plu et qu’il continue de pleuvoir, le plomb va s’infiltrer dans le sol. Alors, ce que nous demandons au ministre de l’Environnement, c’est non seulement d’enlever les déchets contaminés, mais aussi de décaper. C’est ce qu’ils ont fait à Ngagne Diaw’. Et le président de la communauté rurale prévenir que si cela n’est pas fait dans une semaine, les populations se verront dans l’obligation d’aller jusqu’au fond de leur logique, en enlevant elles-mêmes les déchets toxiques qu’elles déposeront, comme elles en avaient proféré la menace, au niveau de la voie de contournement nord de Thiès.

L’occasion sera saisie par le président de la communauté rurale pour mettre en doute la déclaration du ministre de l’Environnement quand il disait, lors de sa visite au centre d’enfouissement technique, que les sols ont été traités avant d’être acheminés à Mont Rolland. Des doutes fondés, dit-il, sur les contradictions contenues dans ladite déclaration. En effet, souligne-t-il, Djibo Kâ a bien dit que les sols ne sont pas aussi dangereux qu’on veut le faire croire puisqu’ils ont été traités et ne contiennent plus que 1% de plomb. Et plus loin, il dit que ces sols seront enlevés et entreposés en toute sécurité à l’usine Pagri spécialisée en la matière, en attendant d’être traités, scientifiquement parlant. Alors, Yves Lamine Ciss de se demander pourquoi ce second traitement scientifique et toutes les mesures sécuritaires annoncées s’il est vrai que les sols sont déjà traités et qu’ils ne représentent plus un danger.

Une autre question soulevée par le Pcr est de savoir ce qui peut expliquer le transfert de ces déchets de Ngagne Diaw à Mont Rolland s’il s’avère qu’ils ne sont plus dangereux. En tous les cas, dit-il, l’évidence est que les gens Ngagne Diaw ont dit qu’il y avait chez eux une zone rouge où il y avait plus de 10 % de taux de contamination en plomb et que c’est cette zone rouge qui a été décapée. Par conséquent, poursuit-il, rien ne peut laisser croire que les dépôts à l’air libre sur le site de Mont Rolland sont inoffensifs, comme le soutient le ministre de l’Environnement. ‘Nous ne disposons pas de moyens nous permettant de mesurer la teneur en plomb des sols transférés chez nous. Par conséquent, nous ne pouvons croire à ce qui est dit, surtout que certaines contradictions peuvent laisser dubitatif sur la question’.

Aussi Yves Lamine Ciss lancera une fois de plus un appel aux autorités afin d’éviter d’en arriver à des mobilisations de populations et de sauvegarder un climat social apaisé dans la communauté rurale de Mont Rolland.

Sidy DIENG
Source Walfadjri




1.Posté par WA 2SI le 05/08/2010 08:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bjr chers Sébikotanois je voudrais vous donner kelk éclairecissements sur l'usine PAGRIK implanté dans ces environs, l'usine n'est pas en régle et elle ne respecte aucune norme de sécurité. et ceci constitue un impact environnemental.
mais les veritables responsables ce sont l'ancien maire et son sécrétaire municipal qui ont basardé le patrimoine foncier de Sébi à leurs propres fins.
c'est malheureux et c triste de voir les jeunes en quêtent de travail sombrent dans le vent.[SEBIKOTAN] a besoin autre chose que des usines de se genre .

2.Posté par WA 2SI le 05/08/2010 08:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La municipalité ne travail pas , ils sont la k pour partager le domaine foncier et el est temps kon les gifle avec une DELEGATION SPECIALE.

3.Posté par famille de victimes du naufrage du Joola le 05/08/2010 11:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

M. DJIBO LEITA KA, LES FAMILLES DE VICTIMES DU JOOLA S'INTERROGENT SUR VOTRE INTEGRITE DANS L'AFFAIRE DU JOOLA....
POURQUOI AVOIR COMMANDITE UNE PLONGEE SUR LE JOOLA EN 2006 ? DANS LE NON RESPECT DES DROITS DE L'HOMME....
TROP DE ZONES D'OMBRES...

Une honte : NAUFRAGE DU JOOLA survenu le 26 09 2002 - près de 2000 victimes - 13 nationalités. Les familles de victimes du Joola, toutes nationalités, se disent méprisées et bafouées par les autorités sénégalaises. Elles attendent vérité et justice.

LES FAMILLES DE VICTIMES RECLAMENT LE RENFLOUEMENT DU BATEAU (18 m de profondeur et 22 kms des côtes)

DES VICTIMES MORTES DANS D’ATROCES SOUFFRANCES POUR NON ASSISTANCE A PERSONNES EN DANGER- TROP DE ZONES D'OMBRES AUTOUR DE CE DRAME.....

DIEU EST GRAND ET IL SAURA APPORTER VERITE ET JUSTICE

DES TEMOIGNAGES QUI ACCUSENT LE POUVOIR SENEGALAIS

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image