leral.net | S'informer en temps réel

Sos Consommateurs s'oppose à l'injonction de la CEDEAO : "Ce serait une folie criminelle d'ouvrir nos frontières"

A ce rythme, la CEDEAO devrait revoir sa copie. C'est, en effet, la levée de boucliers contre la décision visant à procéder à la réouverture des frontières avec les pays touchés par Ebola. Après le Bloc des centristes gaïndé, Sos Consommateurs a dit son opposition contre une telle mesure.


Rédigé par leral.net le Mardi 18 Novembre 2014 à 09:55 | | 4 commentaire(s)|

Sos Consommateurs s'oppose à l'injonction de la CEDEAO : "Ce serait une folie criminelle d'ouvrir nos frontières"
"Après une appréciation souveraine et objective de la situation, le Sénégal avait fermé ses frontières avec la République sœur de Guinée. Ce fut une sage décision politique sanitaire qui a rassuré nos populations malgré quelques récriminations compréhensibles des autorités guinéennes et de quelques ressortissants guinéens préoccupés par leur commerce", écrit Sos Consommateurs dans un communiqué reçu par Libération. Me Massokhna Kane d'ajouter : "D'autres pays, dont certains n'ont même pas de frontières avec la Guinée, la Sierra Léone et le Liberia, en ont fait de même, devant l'ampleur des victimes et l'aveu d'impuissance de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Comment le Sénégal peut-il, aujourd'hui, alors que le Mali commence à enregistrer des décès, ouvrir ses frontières, sans aucun moyen conséquent alors que les grandes puissances comme les USA, l'Espagne et autres, ne peuvent pas défendre leurs populations contre Ebola ? Comment nos autorités ont pu céder à une injonction (ou recommandation) de la CEDEAO qui n'a ni envoyé une mission d'enquête ni fourni des moyens de prévention au Sénégal avant de prendre une position ?".

Sos Consommateurs estime que "lorsqu'on connaît le fonctionnement de cette institution, on sait que la décision émane d'un groupuscule de fonctionnaires gracieusement payés à ne rien faire. C'est pourquoi, depuis 40 ans d'existence, elle n'a jamais atteint ses objectifs d'intégration économique de la sous-région. Le Sénégal doit, seul, souverainement, par ses experts et ses dirigeants, apprécier objectivement sa situation et ses moyens par rapport à Ebola". Me Massokhna Kane considère donc, qu'"il serait extrêmement grave et impardonnable d'exposer nos populations indigentes, analphabètes et sans défense, à un tueur invisible et redoutable comme Ebola. Ce serait une folie criminelle d'ouvrir nos frontières et faire entrer des cas Ebola qui pensent qu'au Sénégal, on pourra les guérir". Aussi, Sos Consommateurs exhorte-il "les hautes autorités du Sénégal à maintenir la fermeture des frontières et conserver le couloir humanitaire jusqu'à ce qu'Ebola soit maîtrisé".






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image