leral.net | S'informer en temps réel

Souleymane Ndéné Ndiaye sur les incidents à l'Ucad : "C'est le résultat d'une crise politique"

Les récents événements de l’université relèvent d’un manque de dialogue politique qui conduit toujours à la confrontation. C’est l’avis de l’ancien Premier ministre du Sénégal, Souleymane Ndéné Ndiaye, qui s’exprimait en marge de la cérémonie de distinction des meilleurs élèves de l’école Sante Yalla des HLM Rufisque. Une manifestation dont il était le parrain de cette édition.


Rédigé par leral.net le Lundi 10 Août 2015 à 12:11 | | 14 commentaire(s)|

« Nous vivons au Sénégal une crise politique et tous les événements qui se produisent sont le résultat de cette crise politique. En l’absence de dialogue politique, il y a nécessairement de la tension et cette tension conduit toujours à l’affrontement », a dit Souleymane Ndéné Ndiaye dans Sud Quotidien. Pour autant, l’ancien Premier ministre a affirmé qu’il est plus que temps pour la classe politique de se mettre autour d’une table et de discuter.

Interpellé sur le caillassage du cortège du Président Macky Sall, Souleymane Ndéné Ndiaye s’en est désolé tout en précisant qu’il est allé répondre à l’invitation des pouvoirs publics, malgré l’opposition des étudiants membres de son parti. « Les événements de l’université sont très regrettables. Moi-même, j’ai été approché par les étudiants du parti qui m’ont demandé de ne pas venir. Je leur ai dit que j’y irai parce que je fais la distinction entre une manifestation politique et une manifestation sociale. Quand le Président va à l’université et qu’il m’invite, je m’y rends malgré que je suis dans l’opposition. Parce que l’objectif de cette manifestation n’était pas politique, même si, bien entendu, quand le Président responsable d’un parti se rend quelque part, ses partisans essayent un peu de faire dans l’activisme », a-t-il dit dans le journal.

Fort de cela, le Président de l’UNP (Union nationale pour le peuple) avait invité ses partisans, à en croire nos confrères, à manifester leur désaccord avec Macky Sall mais en procédant de manière non violente par le truchement de pancartes sur lesquels ils pouvaient exprimer leurs doléances. Car, pour l’ex-Pm, on ne doit pas jeter de pierres sur un président de la République, c’est plutôt une attitude qu’il juge « irresponsable ». Malgré ces condamnations, « l’ami de Macky Sall » l’a invité à faire preuve de magnanimité en prenant en compte son statut de père de la nation pour pardonner aux enfants incriminés et de ne pas suivre ceux qui l’appellent à sévir contre les auteurs de ces actes.






Hebergeur d'image