Souleymane Téliko, nouveau patron des magistrats du Sénégal


Rédigé par leral.net le Dimanche 20 Août 2017 à 17:01 | | 0 commentaire(s)|

Souleymane Téliko, nouveau patron des magistrats du Sénégal
Le magistrat Souleymane Téliko a été porté, samedi, à la tête de l’Union des magistrats sénégalais (UMS), pour un mandat de deux ans renouvelables une seule fois, en remplacement du juge Magatte Diop, à l’issue d’une Assemblée générale ordinaire qui s’est tenue à Saly-Portudal (Mbour, ouest).


Souleymane Téliko, président de Chambre correctionnelle à la Cour d’appel de Thiès, a remporté l’élection avec 125 voix contre 77 pour le président sortant et 41 pour Marième Diop Guèye, l’autre candidate.

Avant le scrutin, le président sortant Magatte Diop avait relevé que « les rapports entre les pouvoirs exécutif et judiciaire doivent être empreints de cordialité et de respect mutuel ».

« Tout en veillant farouchement et inlassablement à la sauvegarde de l’indépendance de la justice, l’UMS est toujours disposée à préserver ces liens séculaires qui unissent ces deux pouvoirs et qui sont basés sur le respect scrupuleux de part et d’autres », avait-il ajouté lors de la cérémonie d’ouverture de l’Assemblée générale de l’UMS présidée par le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba.

« L’UMS se prévaut toujours d’une indépendance d’esprit et d’une totale liberté d’action pour rappeler vigoureusement, les principes sacro-saints qui fondent la République sénégalaise », avait soutenu M. Diop.

« Nous devons aménager des espaces de discussions et de concertations pour la bonne cohabitation dans l’univers judiciaire. Nous devons engager un dialogue franc et sincère pour un réel sursaut de la justice », avait-il également lancé à l’endroit de tous les membres de la famille judiciaire.

« Chacun d’entre nous doit assumer sa part de responsabilité, afin que cette œuvre commune puisse retrouver une image plus reluisante auprès des justiciables, dont nous sommes les serviteurs et qui doivent être au début et à la fin de nos actes de tous les jours », avait ajouté Magatte Diop.