leral.net | S'informer en temps réel

Succession d'Ousmane Ngom : Ces propos qui écartent Aliou Sow

Aliou Sow a décidé de remplacer Ousmane Ngom à l’Assemblée nationale, après que Mamour Cissé a décliné le siège pour des raisons de morale et d’éthique politiques. Ses aveux selon lesquels on ne peut être membre de deux partis n’autorisent pas son installation, car au moment où il siègera, il sera député Pds et leader du Mpd/Liggey.


Rédigé par leral.net le Mercredi 4 Mai 2016 à 14:22 | | 5 commentaire(s)|

Succession d'Ousmane Ngom : Ces propos qui écartent Aliou Sow
Il faut admettre à Aliou Sow «Le courage d’agir», com­me le titre de son livre édité par L’Harmattan. Sa décision de se faire installer à la prochaine session de l’Assemblée nationale en remplacement de Ousmane Ngo­m o­­béit à cette logique d’exi­ster po­litiquement. De refuser de mourir aussi. Mais «Une nouvelle vision de la politique au Sénégal», comme il appelle de tous ses vœux dans son ouvrage, voudrait un brin d’éthique politique dans sa démarche. L’on peut lui concéder ce «vide» juridique qu’il veut remplir par une revanche sur ses ex-frères de parti. «Ex», c’est bien le préfixe qui vaut puisque son Mou­vement des patriotiques pour le développement (M­p­d/Liggeey) n’en est plus un. C’est un parti politique en bonne et due forme qui figure dans l’annuaire du ministère de l’Intérieur. Sous ce rapport, il n’est plus membre du Pds sous la bannière duquel il a été investi candidat aux Légis­latives de 2012.

«Le jour où le Mpd sera un parti, je serai exclusivement membre du Mpd»

Lors d’une émission au «Grand jury» de la Rfm, M. Sow affirmait : «J’ai un rapport symbolique avec le Pds au nom de la loyauté envers Wade qui est mon guide. En dehors de ce lien, rien ne me lie au Pds.» Là n’est pas le plus grave. Dans un entretien avec L’Observateur, en marge d’un séminaire de formation organisé par la Coordination des élèves et étudiants patriotes (Ceep) à l’Endss, Aliou Sow avait «tué» tout doute sur sa démission du Pds. Alors qu’il indiquait qu’il était «en phase de transformation du Mpd/Ligguey en parti politique», le journaliste introduit une relance : «Donc, c’est la rupture totale avec le Pds ?» Voilà ce que l’ancien ministre des Collectivités locales a répondu, de façon circonstanciée d’ailleurs : «Je ne connais pas dans le monde quelqu’un qui est membre de deux partis politiques. Le jour où le Mpd sera un parti, je serai exclusivement membre du Mpd. C’est clair.» Et son mouvement est devenu parti politique. C’est vrai que cela ne suffirait pas à convaincre le bureau de l’Assemblée que Aliou Sow n’est plus du Pds du seul fait qu’il n’est pas encore député. Mais lorsqu’il sera installé, il va falloir des arguments solides pour justifier sa succession à Me Ngom. Il reste maintenant que la politique est un jeu où tous les coups sont permis. Et le leader du Mpd/Ligeey compte bien, du haut de son siège, prendre sa revanche sur Oumar Sarr et autres, comme il l’a dit dans L’EnQuête, qui lui «donnent le goût du combat et de la gestion de l’adversité».

dakarmatin.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image