leral.net | S'informer en temps réel

Succession de Aïda Mbodj à la présidence du Conseil départemental : Abdou Sène en pole position

Si la Cour suprême donne raison à Abdoulaye Diouf Sarr, le Conseil départemental de Bambey devra élire le successeur de Aïda Mbodj lors de sa prochaine session, rapporte Le Quotidien du jour. Mais, en attendant, Abdou Sène, premier vice-président de l’institution départementale, gère les affaires courantes.


Rédigé par leral.net le Mercredi 4 Mai 2016 à 13:17 | | 2 commentaire(s)|

Succession de Aïda Mbodj à la présidence du Conseil départemental : Abdou Sène en pole position
Abdou Sène remplace provisoirement Aïda Mbodj. Jusqu’ici 1er vice-président du Conseil rural de Ndondol, il va garder la maison en attendant l’élection d’un nouveau président. Le Code général des collectivités locales en ses articles 64 et 65 règle la question : « En cas de décès, de démission acceptée, de révocation, de suspension, d’absence ou de tout autre empêchement dûment constaté par le bureau et sous réserve des dispositions de l’article 65 alinéa 2 du présent code, le président est provisoirement remplacé par un membre du bureau dans l’ordre d’élection et, à défaut, par un conseiller départemental pris dans l’ordre du tableau. A la session ordinaire suivante, il est procédé au remplacement du président définitivement empêché. Le bureau est complété en conséquence s’il y a lieu ». De même, dans un autre cas : « Lorsque le président décède, démissionne, est suspendu ou révoqué, son remplaçant exerce la plénitude de ses fonctions. En cas d’absence ou d’empêchement, le suppléant du président est uniquement chargé de l’expédition des affaires courantes. Il ne peut ni se substituer au président dans la direction des affaires du département ni modifier ses décisions ».

Cependant, la succession de Aïda Mbodj dépend du verdict de la Chambre administrative de la Cour suprême qui doit se pencher sur le recours contre l’arrêté du ministre en charge des Collectivités locales. Joint au téléphone par nos confrères du Quotidien, le premier vice-président du Conseil départemental, Abdou Sène, déclare : « Ce qui est important, c’est qu’au-delà des personnes, il y a les institutions, et nous avons l’obligation de respecter les textes. Nous avons l’obligation de faire fonctionner l’institution. On a du mal à avaler cette forfaiture ». Sur sa candidature probable au poste de président du Conseil départemental, le second de Aïda Mbodj se veut prudent. « Ma candidature n’est pas à l’ordre du jour. Le moment venu, on avisera », a-t-il dit, soulignant que le travail « abattu » par Mme Mbodj à Bambey ne se fait « nulle part » dans les autres Conseils départementaux. « Ils (les gens du pouvoir) ont voulu combattre une personne et ils l’ont fait », dénonce-t-il.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image