leral.net | S'informer en temps réel

Succession de la constante du Pds : La guerre des variables

Depuis sa chute vertigineuse du 25 mars 2012, le Pds semble avoir du mal à se relever. Malgré le maintien de la constante à la tête du parti, le Parti démocratique sénégalais est en train de rétrécir comme peau de chagrin, avec les nombreuses défections des variables. Des variables dont la conviction a varié et qui veulent désormais devenir « constante ».


Rédigé par leral.net le Mardi 18 Mars 2014 à 12:01 | | 2 commentaire(s)|

Succession de la constante du Pds : La guerre des variables
Le Parti démocratique sénégalais (Pds) ressemble étrangement au siège de Colobane. Selon nos confrères de La Tribune, il n’y a plus de toit, encore moins de portes et de fenêtres ; et si le bâtiment tient encore, c’est grâce à ses fondations, exactement comme le Pds où les défections ont fini de vider cette formation politique de sa substance et de sa saveur. Aujourd’hui, on assiste à une vague de départs des responsables qui soit créent des partis politiques soit des mouvements citoyens ou des courants politiques pour ramer à contre-courant. Le choix de la constante qui a jeté son dévolu sur Omar Sarr pour coordonner le parti n’agrée pas toutes les variables indépendantes ; et son leadership est fortement contesté par certains. Depuis son exil doré en France, la constante tire les ficelles, mais parfois ses décisions sont fortement contestées par les variables contrôlées qui y voient la volonté de Wade-père de baliser la voie à Wade-fils. D’ailleurs, ils sont nombreux à penser que l’actuel coordonnateur, Omar Sarr, a été désigné dans le fauteuil pour Wade-fils en attendant qu’il sorte de ses déboires judiciaires.






Hebergeur d'image