leral.net | S'informer en temps réel

Successions « Dynatiques » : Quand des Chefs d’Etat s’y mettent

Le Togolais Gnassingbé Eyadema et le Gabonais El Haj Oumar Bongo Ondimba (rappelés à Dieu depuis) pour l’Afrique Centrale, le Séngalais Abdoulaye Wade, le Burkinabé Blaise Compaoré, et le Nigérien ...Mamadou Tandia (d’ores et déjà “hors circuit”) pour l’Afrique de l’Ouest, le Libyen Mouammar Kadhafi, le Tunisien Zine El Abidine Ben Ali, l’Egyptien Hosni Moubarak et l’Algérien Abdel Aziz Bouteflika. A l’énoncé de ces noms de Chefs d’Etat africains (dont certains ne sont plus de ce monde), une seule idée surgit en tête : ce sont (et c’était) les plus vieux des Présidents, tant par l’âge que par leur durée au pouvoir.


Rédigé par leral.net le Vendredi 26 Février 2010 à 02:43 | | 1 commentaire(s)|

Successions « Dynatiques » : Quand des Chefs d’Etat s’y mettent

Dans le lot, on constate surtout que quatre d’entre eux tiennent à assurer leurs arrières en initiant une de leurs progénitures, un mouvement ou une organisation aux rouages des affaires du pouvoir, afin qu’ils “roulent” pour eux, au cas où ces “Doyens” ne seront plus au pouvoir, ou en cas de décès ou... de destitution : on ne sait jamais... Il s’agit de Kadhafi (Libye), de Moubarak (Egypte), de Ben Ali (Tunisie) et de Bouteflika (Algérie).

En effet, il est possible que le Muatassim, le quatrème fils de Kadhafi, “ravisse la vedette” du pouvoir à son frère, le fameux Saif El Islam, bien que ce dernier soit plus aguerri aux rouages de la gouvernance. Mais ce qui n’est guère possible, c’est que ce dernier accepte qu’on lui “arrache le miel de la bouche”, ce “on” fût-il son propre frère : d’ailleurs, en matière de pouvoir, il n’y a pas de frère qui tienne...

En Tunisie, il y a le clan issu des Trabelsi, la famille de la deuxième épouse de Zine El Abidine Ben Ali : Leïla Trabelsi. Après le Président, ce clan n’hésiterait pas un instant à accaparer les intérêts du pouvoir, et cela, au nez et à la barbe des filles issues du premier mariage du Président de Ben Ali.

En Algérie, Saïd Bouteflika, le frère du Président algérien, s’est payé les services d’un nébuleux mouvement dit “populaire“ en vue de l’utiliser comme “rempart”, dans le jeu de la succession qui ne manquera certainement pas de surgir au moment où Abdelaziz Bouteflika ne sera plus là pour jouer à l’arbitre.

En Egypte, Gamal Moubarack, le fils de son père, n’a guère perdu du temps, car depuis près de six ans maintenant, il est parvenu à se concocter une belle image au sein de la société égyptienne, et même à ravir les premiers rangs au sein des partis politiques les plus influents. Si bien qu’après l’absence de son père, il ne lui restera plus qu’une retouche à la Constitution pour être légalement présidentiable.

Ailleurs, en Afrique Centrale, et particulièrement au Togo, on se rappelle que, durant plus de deux décennies, feu Gnassingbé Eyadéma avait pédagogiquement, psychologiquement et politiquement préparé un de ses fils pour devenir, après sa mort, l’homme fort du pays : Faure Essozimné Eyadéma. Si bien que sauf “catastrophe” (ce dont on doute fort), ce dernier est encore bien parti pour rempiler et remporter la bataille électorale, à l’issue de l’élection présidentielle du 4 Mars prochain.

Sous nos cieux ouest-africains, certains Chefs d’Etat aimeraient bien, dès à présent, avoir sous leur aile un fils ou un “dauphin” déjà entraîné et éduqué aux “armes”, pardon, aux rouages de la gouvernance. Dans ce cas, on cite le plus souvent le Maître et Doyen sénégalais Abdoulaye Wade, avec son fils Karim. Mais il semble que ce dernier ne trouve pas grâce auprès des Sénégalais. Il serait même désapprouvé, sinon décrié par la majorité d’entre eux, pour ce qui est de la succession de son père. Pire, non seulement “il ne fait pas le poids”, trouvent bien des Sénégalais, mais ces derniers préfèrent plutôt qu’il se cantonne tout simplement aux affaires publiques : un point, un trait...

Le cas du Président Blaise Compaoré paraît compliqué, du fait même de cette vieille affaire “Thomas Joseph Sankara“ que les Burkinabé ne parviennent toujours pas à s’ôter de la tête. En plus, Malgé ses différents rôles d’actuel Médiateur attittré de la CEDEAO, dans les crises survenues dans certains pays de la sous-région (et qui continuent : ne suivez surtout pas notre regard...), le Chef de l’Etat du Faso se semble pas avoir trouvé un potentiel “dauphin” ou successeur après lui.

C’est dire enfin que même si (on ne sait jamais, disions-nous) certains de ces Chefs d’Etat parvenaient à placer leur “pions”, pardon, leurs fils ou autres inconditionnels successeurs pour les remplacer au pouvoir, l’on doute fort que ces derniers ne soient plus à la traîne de l’histoire. Aussi craint-on qu’ils aient du mal à assurer la relève.

En effet, non seulement la vogue des successions dynastiques au pouvoir ne sont plus de mise, mais les temps ont changé depuis “ho ! “, comme disait l’autre.

Le VIATOR le soir de bamako



1.Posté par Jaax Ley le 28/02/2010 10:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le plus scandaleux se passe au Sénègal!! Un cancre ( "La foire aux cancres") disait que les Papes sont célibataires de pères en fils. Nos guides religieux eux sont saints de pères en fils jusques aux collatéraux !. C'est un dogme immuable et on peut se faire lyncher, rien que d'en douter. Ivrogne, forniqueur, escroc suicidaire, malade mental, dégénéré par la consanguinité, rien n'y fait le descendant reçoit DIEU en héritage. On s'agenouille et on rammpe devant lui. Le plus probe et le plus érudit des disciples ne sera jamais à la tête de la confrèrie. Pourtant tout, "nous sommes tous des talibés" lui dit- on. Si vous ne passer pas par l'héritier, le grand père fondateur ne vous agréera pas et dieu non plus. Il n'y a aucun obstacle, aucun risque de coup d'état et point de tribunal local ou internationnal pour exploitation et endoctrinement d'enfants. Si seulement c'était aussi facile pour Karim et consorts!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image