leral.net | S'informer en temps réel

Supposée plainte contre le Président tchadien: Clément Abaifouta précise qu’ « il n’y a pas de plainte des victimes tchadiennes contre Deby »

Le président de l’Association des victimes de crimes du régime de Hissène Habré (Avcrhh), Clément Abaifouta, a tenu, ce jeudi, à apporter des précisions sur cette supposée plainte contre Idriss Deby Itno évoquée par la presse de ce jour. Pour lui, les victimes n’ont pas porté plainte contre l’actuel président du Tchad.


Rédigé par leral.net le Jeudi 3 Septembre 2015 à 22:44 | | 1 commentaire(s)|

« A ce que je sache, nous n’avons rien contre Idiss Dedy Itno. Nous avons appris comme vous qu’une plainte aurait été déposée contre Idriss Deby Itno », a précisé, Clément Abaifouta, président de l’Association des victimes de crimes du régime de Hissène Habré (Avcrhh). M. Abaifouta se veut clair sur cette supposée plainte en évoquant l’Article 17 alinéa 3 du statut des Chambres africaines extraordinaires qui stipule: « L’action publique ne peut être mise en mouvement que par le ministère public près les Chambres extraordinaires ». Poursuivant son allocution, Clément Abaifouta indique que : « La phase d’instruction est clôturée. La chambre d’instruction a été dissoute ». Donc, dit-il, les informations selon lesquelles cette plainte déclencherait des enquêtes nouvelles sont fausses.

À en croire, M. Abaifouta, c’est au juge de dire qui est responsable dans la gestion de cette période et la gestion de ces dossiers, sans pour autant dédouaner l’actuel Président du Tchad Idriss Deby Itno. « Il rendra compte de la gestion de son pays quand le moment sera venu. Mais, pour l’heure, nous n’avons aucune plainte contre lui », soutient-il. Ainsi, dit-il, le seul responsable de ces exactions de 1982 à 1990, est Hissène Habré. « Je sais que c’est Hissène Habré qui a créé la Direction de la Documentation et de la Sécurité (Dds). Il a mis ses parents proches à la direction de la Dds en l’occurrence son neveu Guihini Korei. Sa redoutable police politique Dds, dont les directeurs rendaient compte exclusivement à Habré », renseigne-t-il. Pour M. Abaifouta, les membres de cette police appartenaient au cercle étroit des proches de Habré et certains étaient issus de la même ethnie (Gorane anakaza), voire de la même famille.

Pour rappel, le procès de l’ancien chef d’Etat tchadien, Hissène Habré, poursuivi pour crimes contre l’humanité, va reprendre ce lundi 07 Septembre. Le procès avait été ajourné par les juges des Chambres africaines extraordinaires (Cae), afin de permettre aux avocats commis d’office de prendre connaissance du dossier, après le refus des avocats d’Hissène Habré de se présenter pour défendre leur client.

Fara Mendy






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image