Leral.net | S'informer en temps réel

Syrie : Paris prône la force en cas d'échec du plan Annan

le 26 Avril 2012 à 16:15 | Lu 539 fois

«Les choses ne se passent pas bien, le plan est fortement compromis», a déclaré Alain Juppé. De son côté, le médiateur Kofi Annan veut l'envoi de Bérets bleus sur le terrain pour éviter un «gel» de la situation.


Syrie : Paris prône la force en cas d'échec du plan Annan
La diplomatie ou la guerre civile, tel est le message qu'a transmis Kofi Annan au Conseil de sécurité lors de son compte rendu à huis clos, mardi soir à New York, sur la Syrie, pendant lequel le médiateur de l'ONU a décrit une situation «inacceptable». «Notre patience a été testée presque jusqu'à ses limites, a-t-il dit devant un Conseil divisé sur la question, mais nous avons également vu des signes indiquant qu'un arrêt des vio­lences est possible, pouvant mener à un processus politique. » Les forces syriennes n'ont toujours pas retiré leur artillerie lourde des villes, contrairement à ce qu'a affirmé Damas, et au moins douze civils ont été tués à Hama (sur 250 depuis le cessez-le-feu), le lendemain même de la visite des observateurs pendant laquelle la situation était calme. «Kofi Annan est conscient de se faire rouler dans la farine, mais il maintient que la mission d'observateurs est la seule chance car, selon lui, celle-ci réduira les violences », souligne un diplomate présent lors du compte rendu.

«Aller au bout du chemin»
Pour éviter un «gel» de la situation, le médiateur a pressé l'ONU de tout faire pour accélérer l'envoi des Bérets bleus. Le chef français des opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, aurait bon espoir d'avoir les 30 premiers d'ici à dimanche sur le terrain et 100 autres d'ici à la fin mai. Il en resterait ainsi 200 à envoyer d'ici à la fin du mandat deux mois plus tard. «Il travaille jour et nuit pour accélérer le processus, mais il y a beaucoup de complications», souligne un diplomate à New York, notant les difficultés à trouver des véhiculés blindés de protection. La question de la protection aérienne, qui doit être assurée dans un premier temps par la Syrie, est toujours en suspens.

«Les choses ne se passent pas bien, le plan Annan est fortement compromis», a reconnu mercredi soir Alain Juppé. Le ministre français des Affaires étrangères a fixé la date butoir au 5 mai, date du prochain rapport de Kofi Annan, «un moment de vérité». En cas d'échec, il a menacé de faire pression pour l'adoption à l'ONU d'une résolution autorisant le recours à la force en Syrie. «Nous avons déjà commencé à l'évoquer avec nos partenaires», a-t-il confié.

Si Kofi Annan persiste, malgré le pessimisme ambiant, c'est aussi parce qu'il reste hanté par le souvenir de la Bosnie et du Rwanda, où l'ONU avait été incapable d'empêcher les massacres. Il était alors chef des opérations de maintien de la paix. «Il nous a dit dès le début: si on tire sur les observateurs ou s'il y a des mas­sacres, nous ne ferons pas comme si de rien n'était », confie un autre diplomate, notant que l'ancien secrétaire général de l'ONU risque de devenir prisonnier de sa propre médiation. « À un moment, on risque de dire: la mission a échoué, mais on ne peut pas le faire tant qu'on n'est pas allé jusqu'au bout du chemin. Ce sera une décision politique », analyse-t-il. Susan Rice est, elle aussi, hantée par le génocide du Rwanda pendant lequel elle était membre de l'Administration Clinton. Seule à exprimer une vive réticence à l'envoi des 300 observateurs non armés en l'absence évidente de cessez-le-feu, elle milite pour une diplomatie plus vigoureuse. Les États-Unis poussent à des sanctions. Paris et Londres y sont favorables.


Plus de Télé
< >