Leral.net | S'informer en temps réel



Syrie : Revivez les évènements de jeudi

le 19 Juillet 2012 à 20:35 | Lu 549 fois

Les affrontements entre les rebelles et l'armée régulière ont repri. Le Conseil de sécurité de l'ONU n'est pas parvenu à une résolution en raison des vétos chinois et russes. Bashar el Assad est apparu à la télévision pour la première fois depuis l'attentat qui a couté la vie à plusieurs cadres du régime.


Syrie : Revivez les évènements de jeudi
22h25 : Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon est déçu. Il "regrette profondément" l'incapacité du Conseil de sécurité à adopter une résolution sur la "situation qui se dégrade rapidement" en Syrie, a déclaré son porte-parole Martin Nesirky. "Le vote d'aujourd'hui est décevant, au moment précisément où il aurait fallu davantage de détermination et de pression pour réaliser les objectifs soutenus par le Conseil de sécurité", dont une cessation de la violence et une transition politique, ajoute le communiqué.


20h42 : Des milliers de syriens fuient les violences et se réfugient au Liban depuis mercredi, a affirmé jeudi à l'AFP une source sécuritaire libanaise. "Plus de 18.600 Syriens sont venus depuis hier (mercredi) de Syrie par le poste-frontière de Masnaa dans l'est du Liban, parmi eux de nombreux sont originaires de Damas et de sa province", a déclaré à l'AFP cette source qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat. Selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR), plus de 26.900 Syriens sont actuellement officiellement inscrits comme réfugiés au Liban, mais leur nombre serait en fait bien supérieur estiment des militants des droits de l'Homme. De nombreux blessés syriens, arrivant principalement de régions voisines syriennes comme celle de Homs, cherchent par ailleurs à se faire soigner au Liban.

20h04 : Les rebelles syriens ont pris le contrôle du poste-frontière de Boukamal à la frontière avec l'Irak, ont indiqué deux responsables des forces de sécurité, postés du côté irakien de la frontière. "Les combats ont commencé à midi. Dans la soirée, nous avons vu le drapeau syrien être remplacé par celui de l'Armée syrienne libre (ASL, essentiellement composée de déserteurs)", a raconté à l'AFP un colonel de la police irakienne des frontières, sous couvert de l'anonymat.

19h15 : Les rebelles syriens ont pris jeudi le contrôle d'un poste-frontière à la frontière avec la Turquie, une première depuis le début de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad il y a 16 mois, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "Les combattants rebelles ont pris le contrôle du poste-frontière de Bab al-Hawa à la frontière entre la Syrie et la Turquie et ont détruit une photo de Bachar al-Assad et ce après le retrait des troupes régulières. C'est une première", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. Le poste-frontière est situé dans la province syrienne d'Idleb (nord-ouest), théâtre pendant des mois de combats entre armée et rebelles.

18h17 - Le régime syrien "vit ses derniers jours", selon le chef de l'opposition à l'étranger. Le nouveau chef du Conseil national syrien (CNS), Abdel Basset Sayda, s'est adressé à la presse à l'issue d'un entretien avec le chef de la diplomatie italienne, Giulio Terzi. Il a ajouté que le veto russo-chinois au Conseil de sécurité de l'ONU pourrait avoir "des conséquences catastrophiques" pour son pays.

18h06 - Les Etats-Unis vont agir en dehors des Nations-Unies. Considérant que l'ONU a "totalement échoué", dans la crise syrienne, Washington veut travailler "en dehors du Conseil" pour faire plier le régime, a déclaré l'ambassadrice américaine Susan Rice. "Nous allons intensifier nos efforts avec différents partenaires pour faire pression sur le régime Assad et fournir de l'aide à ceux qui en ont besoin", a-t-elle déclaré après le blocage d'une résolution occidentale par Moscou et Pékin.

17h48 - Un quartier de Damas pris d'assaut pour la première fois par des chars. "Plus de 15 chars et des transports de troupes blindés ont investi la principale artère du quartier de Qaboun", a déclaré à l'AFP Rami Abdel Rahmane, chef de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), faisant état de "craintes de massacres" dans ce secteur.

17h33 - Premières images d'Assad après l'attentat contre son cercle rapproché. La télévision d'Etat syrienne a diffusé ce jeudi les premières images du président Bachar al-Assad après l'attentat qui a tué trois de ses proches collaborateurs la veille à Damas. On le voit recevoir le nouveau ministre de la Défense, le général Daoud Rajha, en uniforme militaire, après la prestation de serment. Ce dernier a succédé au ministre de la Défense tué dans l'attaque de mercredi.

17h04 - La médiation internationale de Kofi Annan "en péril", selon un diplomate français. "Refuser à Kofi Annan les outils de pression qu'il demande, c'est mettre en péril sa mission elle-même", estime l'ambassadeur Gérard Araud. Le veto russo-chinois au Conseil de sécurité "vise à laisser du temps au régime syrien pour écraser" l'opposition, a-t-il ajouté.

16h41 - La résolution menaçant le régime syrien de sanctions rejetée à l'ONU. La Russie et la Chine ont opposé leur veto jeudi au Conseil de sécurité à la proposition de résolution des pays occidentaux. Il s'agit du troisième double blocage russo-chinois aux tentatives de l'ONU pour faire pression sur Damas depuis le début du conflit en Syrie, il y a 16 mois.

16h23 - Bachar al-Assad serait toujours à Damas. Alors que les spéculations vont bon train depuis le début de la journée sur la localisation du président syrien, l'un de ses conseiller dément qu'il ait quitté la capitale. "Il se trouve au palais présidentiel à Damas avec ses collaborateurs et dirige les destinées du pays", a-t-il affirmé à l'AFP sous couvert de l'anonymat.

16h02 - L'Union européenne va renforcer ses sanctions contre la Syrie. Les discussions se poursuivent à Bruxelles pour placer sur la liste noire au moins 26 nouvelles personnes soupçonnées de se livrer à la répression de la révolte, affirment des sources diplomatiques. L'UE devrait aussi autoriser les inspections de navires et avions soupçonnés de violer l'embargo sur les armes. Les mesures devraient être adoptées lundi par les ministres des Affaires étrangères.

15h36 - "Les gens ont peur, ils pensent désormais qu'après l'attentat, tout peut arriver". Un marchand ambulant du quartier autrefois touristique de Bab Touma, dans le centre-ville de Damas, raconte à l'AFP l'ambiance dans la capitale. Mercredi, "un simple accident de circulation a semé l'effroi à Bab Touma. Les gens ont commencé à courir dans tous les sens pour fuir". Des centaines d'habitants ont quitté la ville ce jeudi, tandis que beaucoup de commerces restaient fermés.

15h03 - Un expatrié français en Syrie live-tweete les combats. Jean-Pierre Duthion, consultant actuellement à Damas, partage sur Twitter ce qu'il voit et ce qu'il entend des affrontements. Vous pouvez suivre son compte (@halona) sur le réseau social.

14h47 - Ekmeleddin Ihsanoglu, secrétaire général de l'Organisation de coopération islamique (OCI) a pressé jeudi le président syrien Bachar al-Assad de faire "des sacrifices" pour sauver son pays. Il a invité M. Assad à "tirer les leçons (...) de la poursuite de l'effusion du sang" en Syrie où un attentat a coûté la vie mercredi à trois proches collaborateurs de M. Assad, dont son beau-frère Assef Chawkat. "Pour préserver les intérêts supérieurs de la patrie, la direction doit faire des sacrifices afin d'éviter une guerre civile en Syrie et ses conséquences pour la paix et la sécurité dans la région", a-t-il ajouté.

13h40 - Pour l'opposition, c'est "le début de la fin" du régime. La mort de hauts responsables dans un attentat mercredi à Damas "est un grand coup porté au chef de l'Etat et à l'appareil sécuritaire et répressif ", a affirmé à l'AFP Georges Sabran, porte-parole du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition.

12h43 - Les causes de la mort de Gilles Jacquier restent incertaines. Le journaliste tué en janvier aurait été touché par un obus par des rebelles de Homs visant un quartier pro-régime, avait annoncé mardi le Figaro. Mais porte-parole du ministère de la Défense, Gérard Gachet, a indiqué ce jeudi qu'il n'y avait "pas de confirmation de cette thèse".

11h11 - Où est Bachar al-Assad ? Des informations contradictoires circulent sur la localisation du président syrien. Alors que l'agence Reuters cite des insurgés affirmant qu'il a quitté Damas pour rejoindre la ville côtière de Lattaquié, le Figaro.fr dément et indique qu'il serait toujours dans la capitale.

11h02- Des centaines d'habitants fuient Damas. D'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), un mouvement d'exode de "centaines de personnes" a été observé dans plusieurs quartiers de la capitale, par peur d'une opération d'envergure de l'armée régulière.

Jeudi, 10h56 - La Syrie n'est "pas sur la voie de la paix". Le chef des observateurs de l'ONU, le général Robert Mood, a livré ce matin à la presse dans la capitale syrienne un diagnostic pessimiste. "L'escalade qu'a connu Damas au cours des derniers jours en est témoin", a-t-il ajouté.

18h41 - "Il est évident que le régime Assad est en train de perdre le contrôle de la Syrie", estime la Maison-Blanche. Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain (NSC), Tommy Vietor, a souligné dans un communiqué l'urgence d'une transition politique pour "éviter une guerre civile longue et sanglante".

18h24 - Le vote à l'ONU reporté. Le conseil de sécurité se prononcera ce jeudi sur la résolution menaçant la Syrie de sanctions, a annoncé l'ambassadeur russe.

18h13 - L'attentat contre le pouvoir syrien aurait fait une quatrième victime. Le ministre de l'Intérieur, Mohammad Ibrahim al-Chaar, a succombé à ses blessures, selon la chaîne de télévision Al-Jazeera. Les autorités avaient auparavant affirmé qu'il était hospitalisé dans un état stable.

17h43 - Les Etats-Unis renforcent leur sanctions. Le pays a placé 29 nouveaux dirigeants syriens et 5 sociétés sur leur liste noire, dont plusieurs ministres et le président de la banque centrale. Des décrets imposent notamment le gel des avoirs que les personnes visées pourraient détenir aux Etats-Unis.

17h16 - Un reporter du magazine américain Time rapporte des scènes de joie après la mort de hauts responsables du régime syrien. Dans la province d'Idlib, un des centres névralgiques de la révolte, des groupes ont défilé, et des coups de feu en été tirés en l'air en signe de victoire. Le reporter affirme également que la province aurait envoyé 1500 combattants en renfort des forces rebelles à Damas.

17h01 - La Russie condamne un attentat "odieux". "Nous souhaitons que les organisateurs de l'attentat de Damas soient identifiés et punis comme il se doit", déclare dans un communiqué le ministère des Affaires étrangères russes. Il dénonce "une nouvelle tentative de déstabilisation de la situation en Syrie".

16h56 - Kofi Annan veut un report du vote à l'ONU. Le médiateur des Nations unies et de la Ligue arabe dans le conflit syrien a demandé à ce que la délibération sur une résolution menaçant le régime de sanctions soit repoussée. Les pays occidentaux qui ont déposé cette proposition de résolution (France, Etats-Unis, Allemagne, Portugal, Royaume-uni) "examinent cette requête", a précisé un diplomate britannique

16h45 - La télévision d'Etat confirme la mort du chef de la cellule de crise. Le général Hassan Turkmani, qui dirigeait les opérations pour mater la révolte en Syrie, a été blessé mortellement dans l'attentat qui a également coûté la vie au beau-frère du président et au ministre de la Défense.

16h39 - L'armée régulière syrienne pilonne plusieurs quartiers de Damas. "Qaboune est encerclé par les chars", rapportent les militants de l'Union des coordinateurs de la Révolution syrienne (UCRS) sur leur page Facebook. Le quartier, ainsi que celui, de Barzé est également bombardé par hélicoptères.

16h16 - Le vote d'une résolution aux Nations-unies retardé. Dans l'attente des résultats de contacts entre capitales, la délibération prévue cet après-midi au conseil de sécurité de l'ONU pourrait être repoussée, peut-être de 24 heures, ont indiqué des diplomates. Les Occidentaux, à l'origine de ce projet de résolution, s'attendent à un double veto russe et chinois quand il sera mis au vote.

16h01 - L'auteur de l'attentat-suicide serait le garde du corps d'un participant à la réunion des hauts responsables du régime. Une source de sécurité a affirmé à l'AFP que l'explosion avait été provoquée par un kamikaze qui a actionné sa ceinture d'explosifs dans la salle où de nombreux ministres se réunissaient. Au moins deux hauts responsables ont été tués et plusieurs autres blessés.

15h44 - Le chef de la répression est mort dans l'attentat de Damas. Le général Hassan Turkméni, chef de la cellule de crise mise en place pour mater la révolte en Syrie, a été tué dans l'attaque-suicide à Damas, dans laquelle ont également péri le beau-frère du président syrien et le ministre de la Défense, a affirmé l'Observatoire des droits de l'homme en Syrie. Ce décès n'a pas été confirmé par les autorités syriennes.

15h27 - La situation en Syrie "devient incontrôlable", estiment les ministres américain et britannique de la Défense, Leon Panetta et Philip Hammond, lors d'une conférence de presse au Pentagone. "Il est extrêmement important de travailler avec les autres pays qui partagent cette inquiétude afin de mettre le plus de pression possible sur al-Assad afin qu'il quitte le pouvoir et permette une transition pacifique", a affirmé le ministre américain.

15h14 - "Cela montre qu'il est urgent d'adopter une nouvelle résolution de l'ONU", juge Angela Merkel, commentant l'attentat qui a tué le ministre de la Défense syrien. La Chancielière allemande s'exprimait lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre thaïlandais, Yingluck Shinawatra, à quelques heures d'un vote sur la Syrie au Conseil de sécurité de l'ONU.

15h09 - Le chef d'état-major nommé nouveau ministre de la Défense. Le président syrien Bachar al-Assad a nommé Fahd al-Freij pour remplacer le général Daoud Rajha, tué ce mercredi dans un attentat à Damas, a annoncé la télévision syrienne.

15h00 - L'attentat rend "une transition politique" d'autant plus "urgente" en Syrie, selon le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius. "Compte tenu (du) degré de violence, cela rend d'autant plus nécessaire et urgent le fait de trouver une transition politique qui permette au peuple syrien d'avoir un gouvernement qui exprime ses aspirations profondes", a déclaré Laurent Fabius en séance au Sénat.

14h53 - L'ONU ne peut soutenir une "révolution", estime la Russie. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a prévenu que son pays ne laisserait pas adopter au Conseil de sécurité une résolution qui signifierait le soutien de l'ONU à une "révolution". Il a rappelé que l'opposition avait annoncé des combats "décisifs".

14h51 - L'attentat suicide en Syrie "confirme le besoin urgent d'une résolution" du conseil de sécurité des Nations unies, estime le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague.

14h49 - L'Armée syrienne libre revendique l'attentat de Damas. "Le commandement de l'ASL en Syrie (...) annonce (...) le succès de l'opération remarquable de ce matin qui a visé le siège de la Sécurité nationale à Damas et tué plusieurs piliers de la bande d'Assad qui sont responsables de massacres barbares", a affirmé le communiqué, transmis à l'AFP par courrier électronique.

14h42 - La France estime que la lutte du président syrien Bachar al-Assad pour conserver le pouvoir "est vaine". "Les derniers soutiens du régime doivent comprendre que la répression ne mène nulle part et nous les appelons à se dissocier de la répression sanglante menée depuis seize mois", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero.

14h30 - Un cargo russe transportant des hélicoptères de combat destinés à la Syrie est rentré au port de Baltiïsk, dans l'enclave russe de Kaliningrad, selon l'agence Interfax.

14h19 - Le régime syrien reste déterminé à "nettoyer" le pays des "terroristes", annonce l'armée. L'attentat-suicide qui a tué le ministre de la Défense "renforce la détermination de nos forces armées à nettoyer la patrie des restes des bandes terroristes", affirme t-elle dans un communiqué diffusé par la télévision d'Etat.