leral.net | S'informer en temps réel

TABASKI 2010 : la fête prévue le 17 novembre au Senegal , Le ministre de l’Elevage va renforcer la sécurité dans les foirails •

MBIRILANE - Réputé pour son louma international qui reçoit, chaque dimanche, les populations sénégalaises et celles de la sous-région, Birkelane n’en est pas moins aussi un lieu par excellence de vente de moutons de tabaski. L’édition 2010 est marquée par une affluence record de vendeurs de moutons de la Mauritanie et du Mali, venus grossir le rang des producteurs sénégalais.


Rédigé par leral.net le Lundi 8 Novembre 2010 à 03:15 | | 1 commentaire(s)|

TABASKI 2010 : la fête prévue le 17 novembre au Senegal , Le ministre de l’Elevage va renforcer la sécurité dans les foirails •
Accompagnée de ses plus proches collaborateurs dont le directeur de l’élevage, M. Ousseynou Sakho, le Ministre de l’élevage a visité les deux points de vente de Birkelane. Une occasion pour Oumou Khairy Guèye Seck de s’enquérir de la situation à moins de deux semaines de la tabaski, mais également de se rendre compte des difficultés auxquelles les vendeurs sont confrontés en vue d’y apporter les solutions idoines.

La principale doléance posée par les opérateurs et autres vendeurs de moutons a trait à l’insécurité au niveau des points de vente situés de part et d’autres des entrées de la commune. En effet, selon le président national de la maison des éleveurs, Ismaila Sow, les voleurs et autres agresseurs s’acharnent sur les vendeurs qui paient un lourd tribut et cela de façon récurrente. C’est dire qu’il a été enregistré des cas malheureux de vol de moutons et d’agression, principalement au moment où les bergers employés par les vendeurs, conduisent les troupeaux paitre hors de la limite communale. Commerçant mauritanien provenant de Ayoune, Aliou Fall se plaint également de ces forfaits. Certes, dit-il, il y a la présence d’éléments de la gendarmerie, mais les vendeurs de moutons souhaitent grandement l’assainissement des points de vente par l’arrestation des personnes qui n’ont rien à faire sur les lieux et qui, à la moindre occasion, disparaissent avec le bétail.

Un Sénégalais, un mouton

Madame Oumou Khairy Guèye Seck a déclaré qu’un important dispositif sécuritaire est en place au niveau de tous les points de vente du pays et que ce problème sera résolu quand les opérateurs et autres vendeurs accepteront de se regrouper, en évitant de s’isoler derrière les villages. Selon le ministre, la sensibilisation dans ce sens commence à porter ses fruits, sans compter l’engagement des gendarmes qui veillent au grain de jour comme de nuit. Aussi, a-t-elle ajouté, la mairie de Birkelane est à pied d’ouvre pour les accompagner. En tout cas, le ministre de l’élevage a déclaré que la situation se présente sous de bons auspices. Elle a soutenu que son département, s’inspirant de la vision de président de la République, accorde une grande importance au programme vente de moutons de tabaski. « Notre objectifs, ajoute Oumou Khairy Guèye Seck, est de faire en sorte que chaque Sénégalais trouvent un mouton de tabaski en fonction de sa bourse ». Elle trouve d’ailleurs que les prix pratiqués sur le marché de Birkelane qui se situent entre 40 000 francs et 125 000, ne sont pas démesurés, les moutons étant de très bonne qualité. Cela parce que des facilités ont été apportées et des dispositifs sécuritaires et fiscales ont été prises, a fait savoir Oumou Khairy Guèye Seck selon qui, les aliments de bétails sont subventionnés.

Mamadou CISSE
lesoleil




1.Posté par Bozz le 08/11/2010 11:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vivement que les prix ne soient pas exorbitants comme d'habitude.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image