leral.net | S'informer en temps réel

TAMBA - Un malade mental sauvagement égorgé et jeté dans la brousse du quartier Saré Guilél


Rédigé par leral.net le Mardi 4 Février 2014 à 22:59 | | 0 commentaire(s)|

TAMBA - Un malade mental sauvagement égorgé et jeté dans la brousse du quartier Saré Guilél
L'OBS - L’insécurité gagne du terrain dans la capitale orientale. En l’espace de dix jours, deux malades mentaux ont été sauvagement tués. La dernière en date s’est produite hier lundi 3 février 2014. La victime est présentée comme étant un déficient mental non encore identifié, égorgé puis abandonné au quartier Saré Guilél, sise à la périphérie de la commune de Tambacounda.



Une scène d’horreur défraie une nouvelle fois la chronique dans la capitale orientale. Il s’agit d’un drame qui s’est produit dans la nuit d’hier lundi 3 février 2014, à la périphérie de la commune. La victime est dépeinte comme étant un déficient mental, non encore identifié. Son corps sans vie a été découvert, abandonné dans la forêt touffue du quartier périphérique de Saré Guilèl. Le défunt qui a été retrouvé couché sur le dos, était vêtu d’une chemise et d’un pantalon. Sur la scène du drame, les limiers du commissariat urbain de Tamba ont relevé «des traces de sang, ainsi que des objets contondants». Poursuivant leur diagnostic, les limiers ont découvert sur le corps de la victime «une plaie profonde au niveau de la tête et il avait la gorge tranchée». En sus des constats d’usage, le corps sans vie du défunt non identifié a été enlevé par les éléments de la caserne des sapeurs-pompiers qui l’ont acheminé à la morgue de l’hôpital régional.

Selon le Procureur Demba Traoré, trouvé sur les lieux en compagnie de son substitut Mamadou Diao, c’est aux environs de 21 heures qu’il a été informé par les hommes du commissaire Bassamba Camara de la police de Tambacounda.

Au regard du caractère cruel de ce drame, il a tenu à se présenter sur les lieux. Visiblement irrité par les faits, le représentant du ministère public a, sur un ton grave, assuré que toutes les dispositions seront prises pour démasquer le ou les auteurs de ce crime qui seront punis à la hauteur de leur acte odieux.

A noter que le 23 janvier dernier, un autre crime similaire s’était produit dans la commune de Tamba. La victime, identifiée sous le nom d’Abasse Sané, était également présenté comme étant un malade mental errant. Il avait été sauvagement assassiné au quartier Médina Coura. La victime, âgée de 45 ans, présentait sept plaies pénétrantes de l’abdomen et le sexe avait été sectionné.

Pape Ousseynou DIALLO






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image