leral.net | S'informer en temps réel

TGP DE WADE, METIER DE LUTTEUR, « APPEL DES ARÈNES » Tyson se lâche

En attendant de retrouver son «Nguimb», «Cheikh» Mohamed Ndaw Tyson renoue avec ses pas de danse et l’ambiance festive des arènes. Le chef de fil de la génération Boule Falé qui entretient le mutisme, depuis la levée de sa suspension, quant à son retour dans l’arène, était samedi au stadium Iba Mar Diop. Pour, d’une part, communier avec son monde et, d’autre part, délivrer des messages.


Rédigé par leral.net le Lundi 5 Janvier 2009 à 12:24 | | 0 commentaire(s)|

TGP DE WADE, METIER DE LUTTEUR, « APPEL DES ARÈNES » Tyson se lâche
Aux lutteurs, Tyson leur a demandé de faire en sorte qu’à la fin de leurs carrières qu’ils ne puissent pas regretter d’avoir choisi la lutte comme métier. Quant au Président Wade, il lui suggère de poser des actes concrets dans la banlieue et de pas se contenter des discours. « L’appel des arènes », un film, a servi de prétexte et de tribune à Mohamed Ndaw Tyson.

Le message : «ne pas regretter d’avoir choisi le métier de lutteur»
Dieu merci, je remercie mes parents ainsi que mon guide spirituel. Je vous remercie et m’excuse de la longue attente. Je profite de cette journée pour m’adresser à vous, la jeunesse. Tyson est un pur produit sénégalais, un jeune de la banlieue qui est parti de rien pour arriver à un certain niveau social. Je n’ai pas de frontière entre les écuries parce que les lutteurs venant d’écuries différentes m’ont accueilli. Ils savent, peut-être que Tyson est leur grand frère, mieux leur modèle. Le pays nous appartient nous les jeunes. Et le combat de Tyson est un combat noble. On ne peut pas vouloir quelque chose et son contraire. Le métier de lutteur est difficile, dans l’arène c’est le lutteur qu’on assène des coups c’est lui que l’on contraint à un rythme infernal à l’entraînement, donc, je ne peux pas comprendre que ces lutteurs se mettent aujourd’hui à mendier. C’est inadmissible. Nous devons tous mener ce combat social. Si nous faisons en sorte que demain nous ne regrettions pas d’avoir été lutteurs, nous pourrions nous estimer heureux d’avoir gagné notre combat. Le véritable combat c’est le combat de la vie. Si demain, on parvenait à ne pas regretter d’avoir choisi le métier de lutteur, on peut dire qu’on a gagné notre combat.

Le film : «c’est pour la postérité»
Jouer ce film était important pour deux monuments de la lutte ; Mohamed Ndaw Tyson et Moustapha Guèye. Un film, c’est pour la postérité. On a voulu marquer ce coût pour l’histoire de la lutte. À travers ce film, nous avons une idée des scénarimais aussi de contribuer à l’exportation de notre discipline qu’est la lutte.

Opinion sur les Tgp de Wade ? «il faut poser des actes forts»
C’est une bonne initiative certes, mais il faut poser des actes forts. Ce n’est pas un discours mais des actes. Aujourd’hui, il y a des gens qui sont issus de la banlieue donc on doit les associer pour qu’ils puissent apporter leurs idées et leurs expériences. La banlieue n’a pas que des lutteurs, des cadres sont issus de là-bas, il faut une large concertation. Je persiste et je répète qu’il faut des actes forts.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image