leral.net | S'informer en temps réel

Tambacounda : 15 ans de travaux forcés contre le berger qui voulait tuer l’amant de son ex-épouse

Tambacounda, 11 juin (APS) - La Cour d’assises de Kaolack siégeant à Tambacounda (est) a condamné, mercredi, à 15 ans de travaux forcés, le berger Hamidou Dème, pour tentative de meurtre sur la personne de Samba Sow à qui il avait asséné quatre coups de machette, après avoir appris que celui-ci voulait épouser son ex-femme, Aminata Sow, alors qu’il était en prison.


Rédigé par leral.net le Mercredi 11 Juin 2014 à 21:40 | | 0 commentaire(s)|

Tambacounda : 15 ans de travaux forcés contre le berger qui voulait tuer l’amant de son ex-épouse
L’auteur du crime a été aussi condamné à verser 3 millions de francs CFA à sa victime Samba Sow, à titre de dommages et intérêt.

Le 1-er mars 2010, Samba Sow avait déposé auprès du procureur de la République contre Hamidou Dème alias Demba, une plainte dans laquelle il avait indiqué que Hamidou Dème l’avait agressé avec une machette, après avoir appris qu’il envisageait de se marier avec son ex-épouse Aminata Sow dite Aldiouma.

Le plaignant, qui soulignait que Hamidou avait vraiment voulu le tuer, relevait qu’il craignait de succomber à ses blessures. Il avait joint une incapacité de travail (ITT) de 120 jours à sa plainte.

L’ordonnance de renvoi indique que Samba Sow, durant l’enquête de gendarmerie, a raconté qu’au mois de mars 2010, alors qu’il rentrait du marché, il avait fait un crochet chez Aminata Sow qu’il avait aperçue avec une amie devant chez elle. C’est alors qu’il était en conversation avec les deux femmes qu’ils ont aperçu un homme franchir une haie et se diriger avec hargne vers eux.

Avant qu’il n’ait eu le temps de réagir l’assaillant lui avait infligé un coup de coupe-coupe à la nuque. Quand il est tombé, il lui en a donné d’autres à l’épaule droite, au coude du bras gauche lui faisant perdre connaissance.

Devant la barre, Hamidou a tenté de faire croire qu’il était, au moment des faits, dans une posture de légitime défense. Il a reconnu tout de même avoir porté plusieurs coups de machette à Samba Sow, mais seulement après avoir été blessé par ce dernier avec une arme similaire, lors d’une bagarre.

A la question du président du tribunal Pape Ibrahima Ndiaye de savoir s’il détenait un billet d’hôpital ou un quelconque document pouvant attester de cette blessure, Hamidou a dit l’avoir laissé à Dakar où il s’était rendu après le combat, dans un premier temps, avant de continuer son chemin jusqu’à Ogo, village situé dans la région de Matam.

Très versatile, il déclare s’être rendu, après en avoir décousu avec Samba, à Dakar où il a passé 13 jours pour se soigner. Il s'est ensuite rétracté pour dire qu’en réalité il a été conduit à l’hôpital dans la même ambulance que Samba Sow, et que c’est là-bas qu’il avait passé la durée susmentionnée.

Dans son réquisitoire, l’avocat général, évoquant le caractère disproportionné entre l’attaque et la défense, a estimé que les conditions d’une légitime défense n’étaient pas réunies dans ce cas d’espèce. Les photos des blessures fraîches ‘’montrent la violence avec laquelle les coups ont été donnés’’.

‘’Quand tu touches le bras, le dos, la nuque, une partie névralgique, c’est pour empêcher (à ton adversaire) de se défendre et donner la mort’’, a-t-il déduit, convaincu que le chef d’accusation de tentative d’assassinat est établi. ‘’L’assassinat n’est pas seulement le meurtre, a-t-il noté, c’est aussi un homicide commis avec préméditation et guet-apens’’.

Condamné pour vol de bétail, Hamidou s’était évadé et avait été retrouvé 9 ans plus tard, à Ogo (Matam). Retourné à la prison de Tambacounda pour deux ans, il en était ressorti en 2008. C’est aussitôt qu’il s’est rendu chez ses beaux parents à Koussanar, où il a encore commis ce crime.

L’avocat général Soyibou Sy a demandé à la Cour de condamner l’accusé aux travaux forcés à perpétuité.

L’avocat de la défense Me Lady Bâ, quant à lui, a invoqué des circonstances atténuantes pour son client qui a dû faire face à l’ ‘’esprit de provocation’’ de Samba Sow. Considérant que le mariage entre Aminata Sow et Hamidou Dème est toujours valide, il a estimé qu’il faut voir cette affaire comme un ‘’crime passionnel’’.

Il a dit ne pas comprendre que l’avocat général ait donné plus de crédit aux déclarations des ‘’amants adultérins’’ - aussi contradictoires soient-elles, au détriment de celles de l’ ‘’époux légitime’’.

Hamidou a affirmé n’avoir jamais divorcé d’avec Aminata, contrairement à ce qu’a soutenu cette dernière. Quant à Samba Sow, il dit avoir eu l’intention de la prendre pour deuxième épouse, après que celle-ci lui a dit n’être pas mariée. Ce qui lui a été confirmé par des proches de la dame.

Demandant à la cour disqualifier les fait en coups et blessures volontaires, la défense a imploré qu’il soit pris en compte l’ ‘’esprit de provocation’’, ainsi que l’ ‘’honneur bafoué d’un mari ‘’ dans cette affaire qui ne méritait pas selon lui, d’atterrir aux assises.

Après délibération, la Cour a disqualifié le chef d’accusation de tentative d’assassinat en tentative de meurtre, condamnant son auteur à 15 ans de travaux forcés, et à payer à sa victime les trois millions qu’elle avait réclmé à titre de dommages et intérêt.


Quant à Aminata Sow, elle n’a rien reçu, car n’ayant rien demandé. ‘’Je demande la paix, et rien d’autre’’, avait-elle dit.
ADI/AD






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image