leral.net | S'informer en temps réel

Tambacounda : Un berger tire sur sa femme enceinte de 8 mois qu'il accuse de l'avoir rendu impuissant

La Chambre criminelle du Tribunal de grande instance (Tgi) de Tambacounda vient d'arrêter le sieur Adama Diallo reconnu coupable du meurtre de son épouse Djiba Diallo enceinte de 8 mois au moment des faits.


Rédigé par leral.net le Jeudi 14 Janvier 2016 à 10:03 | | 0 commentaire(s)|

Les faits pour lesquels Adama Diallo comparaissait devant la Chambre criminelle remontent au soir du 8 juillet 2012. Ce soir-là, vers 20 heures, alors qu'il faisait noir, renseigne Le Populaire, Djiba Diallo, âgée seulement de 16 ans et enceinte de 8 mois, prenait ses comprimés devant la case de sa maman lorsqu'elle fut atteinte de deux coups de feu tirés à bout portant par son époux. Ce dernier, après son forfait a pris la poudre d'escampette. Direction ? Le Mali voisin.

Malgré le mandat d'arrêt lancé contre lui, le berger réussi à traverser la Falémé. Mais, grâce à la collaboration des autorités maliennes, le fugitif a finalement été arrêté à Sibikili. Remis aux gendarmes de la Brigade de Kéniéba, cinq jours après les faits, le mis en cause reconnaissait, dans le procès-verbal d'enquête de la gendarmerie, les faits qui lui étaient reprochés. "Malgré son état de grosses avancé et les recommandations d'interdiction de tout travail par l'infirmier, je tenais à ce que mon épouse reste au domicile conjugal pour les travaux ménagers. Quand elle est partie chez ses parents, je me suis rendu chez elle. C'est au moment où elle était sortie de la chambre de sa maman pour prendre ses médicaments que j'ai tiré deux coups de feu avec mon fusil que j'avais minutieusement planqué dans mon champ de maïs", avouait-il.

Des aveux que le sieur Diallo a nié, hier, devant la Chambre criminelle. Il impute les déclarations aux gendarmes qui, dit-il, l'ont tabassé pour qu'il avoue. Malgré les nombreux interrogatoires et contre-interrogatoires, le journal indique que Adama Diallo a campé sur sa position. Le parquet, dans son réquisitoire, dira que le prévenu a mûri son plan de mettre fin à la vie de son épouse. Il a également rappelé que le mis en cause accusait sa femme de l'avoir rendu impuissant. Sans compter le fait qu'il a essayé de s'échapper en se rendant au Mali où, malheureusement pour lui, il a été reconnu et dénoncé, à sa surprise, par une parente de la défunte qui habitait le village. Le ministère public estime que le prévenu ne peut se soustraire à la justice en niant à la barre de la Chambre criminelle ce qu'il avait reconnu auparavant. Suffisant donc pour qu'il requiert la prison à perpétuité.

Les tentatives de la défense de soulever l'inexistence d'éléments matériel, encore moins l'identité du tireur, n'infléchiront pas le glaive de la justice. La Chambre criminelle a, en effet, suivi le réquisitoire du parquet en condamnant Adama Diallo à la prison à perpétuité et à verser une amende 50 000 francs Cfa pour le meurtre de sa femme Djiba Diallo.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image