leral.net | S'informer en temps réel

Technocrate froid, compassé, pincé et quelque peu distant, fait-il sa mue ? Le PM qu’il fallait à Macky (Mamadou Oumar Ndiaye, Le Témoin)

Abdoul Mbaye, le PM qu’il fallait à Macky. Technocrate froid, compassé, pincé et quelque peu distant, fait-il sa mue ? par Mamadou Oumar Ndiaye. Autant pour nous, le Premier ministre, M. Abdoul Mbaye, n’était pas allé à Lausanne pour présenter sa candidature au Comité exécutif du Comité International Olympique (CIO. S’il s’était rendu dans cette ville suisse la semaine dernière, c’était plutôt pour assister à une réunion de la commission marketing de cette organisation. Une commission dont on dit qu’elle serait l’une des plus prestigieuses du CIO. Il en aurait profité pour se faire accepter comme membre permanent du CIO. Et ce en attendant d’être coopté un jour dans le saint des saints, à savoir le Comité Exécutif. Celui-là même que Diagna Ndiaye, le président du Comité national olympique et sportif sénégalais (CNOSS), rêve lui aussi d’intégrer.


Rédigé par leral.net le Lundi 15 Juillet 2013 à 21:00 | | 10 commentaire(s)|

Technocrate froid, compassé, pincé et quelque peu distant, fait-il sa mue ? Le PM qu’il fallait à Macky (Mamadou Oumar Ndiaye, Le Témoin)
Simplement voilà, l’administrateur du Groupe Mimran voulait y accéder directement en prenant l’ascenseur tandis qu’Abdoul Mbaye, notre Premier ministre, lui, a choisi d’emprunter l’escalier et des voies détournées en espérant bien un jour parvenir à ses fins, c’est-à-dire entrer au Comité Exécutif du CIO. A dire vrai, pour les profanes que nous sommes, on voit mal la différence entre être membre d’une commission — du marketing pour Abdoul Mbaye, de l’éthique pour Diagna Ndiaye —, être membre permanent du CIO et trôner au Comité Exécutif de ce dernier. Dans ces subtilités, franchement, nous y perdons notre latin et, de toute façon, peu nombreux sont les Sénégalais que cette querelle — ce duel à fleurets mouchetés écrivions-nous la semaine dernière — de deux de nos compatriotes aux portes du CIO intéressent.

L’affaire était tout au plus anecdotique pour eux, ce qui explique que, pour notre part, nous ayons choisi d’en faire une sorte de billet d’humeur. Et ce même-ci, ne nous le cachons pas, cette querelle surréaliste autour d’un siège de membre du CE du CIO, a quand même fait mauvais genre pour le Sénégal. Surtout le fait de voir notre Premier ministre sembler présenter sa candidature contre celle d’un autre Sénégalais muni d’une lettre de soutien dûment signée par le président de la République. On nous dira certes que ce genre d’organisation, tout comme la FIFA et la Fédération internationale d’Athlétisme, tiennent jalousement à leur indépendance et ont horreur de voir les Etats s’ingérer dans leurs affaires, il n’en reste pas moins que M. Mamadou Diagna Ndiaye est quand même, et avant tout, le président du Comité national olympique et sportif sénégalais (CNOSS).

A ce titre, il peut parfaitement faire acte de candidature pour être membre du Comité Exécutif du CIO. Et ce même si, encore une fois, nous ne savons vraiment pas quelle importance un tel poste peut avoir. Mais enfin, Abdoul Mbaye et Diagna Ndiaye ayant tous les deux de l’argent, il ne leur reste plus qu’à courir derrière les honneurs… Ils peuvent s’en payer le luxe !

Encore une fois, cette querelle a le don d’amuser la galerie, sans plus. On peut également s’interroger sur l’opportunité pour le Premier ministre de laisser en rade les urgences sénégalaises pour aller courir derrière des fonctions honorifiques à Lausanne. Le fait d’avoir été chargé en parallèle d’une mission par le président de la République, comme il l’a expliqué, n’y change rien.

Abdoul Mbaye, un bon Premier ministre finalement

Tout cela étant dit, force est de se féliciter quand même du fait que, malgré l’intense matraquage médiatique orchestré autour de cette affaire somme toute mineure, le président de la République ait choisi de continuer à cheminer avec son Premier ministre, M. Abdoul Mbaye. Et qu’il ait refusé de lui couper la tête comme l’en conjuraient des membres très influents de son entourage. Nous l’avons rappelé dans ces colonnes à plusieurs reprises, M. Abdoul Mbaye n’est certainement pas le Premier ministre pour lequel nous aurions voté si nous avions eu notre mot à dire dans la décision présidentielle. Nous avions même écrit au lendemain de sa nomination — afin que nul n’en ignore — qu’il n’était pas l’homme de la situation.

Cela dit, à l’épreuve des faits, et plus d’un an après sa nomination, nous en sommes à nous demander si, finalement, le président Macky Sall aurait pu trouver un tout autre Premier ministre que lui. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, en effet, force est de reconnaître que M. Mbaye est un brillant sujet, une belle mécanique intellectuelle. Il s’est fondu dans le moule de la fonction et fait son job comme le lui demande le président de la République, avec la volonté évidente de réussir la mission qui lui a été confiée et qui consiste, en résumé, à améliorer les conditions de vie des Sénégalais. Apolitique, il ne passe pas son temps à faire des calculs, à soigner son image ou à préparer son agenda. Le président de la République peut être au moins sûr que ce Premier ministre-là ne songe pas à lui prendre son fauteuil tous les jours en se rasant !

Autre gros avantage : en homme moderne, bien au fait des affaires de son temps, M. Abdoul Mbaye sait que la société et l’économie sénégalaises traînent trop d’anachronismes, de goulots d’étranglement, de forces d’inertie, bref de handicaps structurels qu’il faut surmonter pour bâtir un pays tout simplement moderne avant de prétendre à l’émergence. Avec son collègue banquier Amadou Kane aux Finances, ils ont entrepris de redresser les finances publiques et d’appliquer un traitement de choc à une économie atone. Laquelle, apparemment, et les opérateurs qui la font tourner et en vivent avec, a bien du mal à supporter ces potions libérales, pour ne pas dire ce remède de cheval administré par des banquiers commerciaux !

Surtout, M. Abdoul Mbaye n’a pas eu peur de résister — à défaut de s’attaquer à eux ! — à de puissants lobbies qui tenaient en otages l’économie nationale et les consommateurs sénégalais. En particulier il a tenu tête aux lobbies du sucre, de la farine, du pétrole et du gaz. Il avait même entrepris courageusement de croiser le fer avec le lobby des maîtres coraniques exploitant des « daaras » suite à l’incendie de la Médina au cours duquel une dizaine de talibés avaient trouvé la mort. Hélas, dans cette croisade, il n’avait pas pu bénéficier du soutien du président de la République qui, après avoir menacé de ses foudres ces « marabouts », avait rétropédalé dès le lendemain suite à leur levée de boucliers !

Enfin, par deux fois, à l’Assemblée nationale, à l’occasion de sa Déclaration de Politique Générale (DPG), d’abord, puis lors du vote de la motion de censure déposée contre son gouvernement, il avait su tenir la dragée haute aux députés de l’opposition, faisant même par moments preuve d’un humour décapant qu’on ne lui connaissait pas auparavant. Mieux, il avait ridiculisé et administré une volée de bois vert à l’opposition qui avait eu l’outrecuidance — disons le toupet — de déposer une motion de censure contre lui au motif qu’il aurait contribué à « blanchir » l’argent prétendument sale que l’ancien Président tchadien, M. Hissène Habré, avait emmené avec lui en venant se réfugier avec sa famille et ses proches dans notre pays.

Ce jour-là, M. Abdoul Mbaye avait admirablement tourné en bourrique ses contempteurs ! A l’évidence, le technocrate froid, compassé, pincé et quelque peu distant avait fait place à un redoutable débatteur, un tribun de talent et un formidable politicien d’autant plus à l’aise que ses adversaires qui avaient déposé la motion de censure n’étaient pas eux-mêmes blancs comme neige dans la gestion des deniers de l’Etat…

Tout compte fait et à y bien réfléchir, oui, le président de la République a finalement raison d’avoir prolongé le bail de son Premier ministre. Pour combien de temps ? Lui seul le sait. Une chose est sûre : il n’y a pas urgence à le changer. Et ce même si on ne peut pas en dire de même pour certains membres de son gouvernement qui, eux, mériteraient d’être débarqués dès la prochaine gare. Et même avant que le train ne s’arrête… C’est devenu une exigence nationale !

Macky-abdoul-Mbaye-parle-625x400

seneplus.com



1.Posté par abdallah le 15/07/2013 19:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vendu !

2.Posté par Abdou DIOUF le 15/07/2013 21:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Sénégal n'a pas besoin de PM POLITICIEN ou de PM FOLKLORIQUE ou de PM ARRIVISTE.Macky peut cheminer encore avec Abdoul MBAYE .Beaucoup de loups de politiciens rodent autour du fauteuil du PM et c'est à Macky d’être vigilent pour ne pas se faire manipuler.

3.Posté par Bigue Samba le 15/07/2013 21:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour l'action du PM je vous suggére de lire cette contribution : http://www.leral.net/Un-Premier-Ministre-reformateur-Par-Alioune-Badara-SY_a88741.html

4.Posté par fall le 16/07/2013 00:57 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mon est un maitre-chanteur corrompu. Il n'est pas crédible

5.Posté par fall le 16/07/2013 00:57 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mon est un maitre-chanteur corrompu. Il n''est pas crédible

6.Posté par Am le 16/07/2013 06:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MAIS QUI VOUS DIT QUE ABDOUL MBAYE N'EST PAS L'HOMME DE LA SITUATION? AU NOM DE QUOI AVIEZ VOUS DIT CELA?
QUAND ON LIT UN ARTICLE AUSSI NUL QUE CELA ON NE PEUT PAS S'EMPECHER DE SE DEMANDER SI VOUS ETES UN JOURNALISTE ET QUELLE FORMATION VOUS AVEZ FAIT. CAR LE PROBLEME DES JOURNALISTES SENEGALAIS, TOUT LE MONDE LE DIT, ILS SONT NULS.
VOUS PAR EXEMPLE VOUS MESUREZ AVEC DES APPROXIMATIONS QUI NE CONVAINQUENT PERSONNE.
JE CROIS QUE CE DEBALAGE SUR LA PERSONNE DE MONSIEUR ABDOU MBAYE EST INDIGNE DE VOTRE RANG ET PUBLIER DES ARTICLES COMME CELA SUR CE SITE PLUS HYPOCRITE QUE JAMAIS N'EST PAS HONORABLE.
QUI AU SENEGAL EST PLUS COMPETENT QUE ABDOUL MBAYE? PEUT-ETRE PREFEREZ VOUS IDRISSA SECK, CE VOLEUR QUE LE MONDE ENTIER A VOMIT!

7.Posté par Leuz le 16/07/2013 09:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout à fait d'accord avec vous M. Sakho! ces patrons de presse sont des hommes d'affaires qui gagnent de l'argent et donc, doivent payer des impôts comme tous les citoyens. Au nom de quoi Macky fait passer ces 7 milliards pour pertes et profits au détriment du fisc et donc de l'économie sénégalaise? et qui lui a permi? Cette manne financière ne lui appartient pas! ce sont des deniers du peuple! Pourquoi cette faveur? Pour qu'ils ne vous critiquent pas vous et votre gouvernement? Non, non et non!!!!

8.Posté par Almamy le 16/07/2013 10:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout Dakar attendait l'édito de MON.
Oui, il faut donner des gages de fidélité à Diagna le Mécéne !!!
Après Madiambal (le plus zélé), Laye Bamba Diallo, Pape Samba Kane, Thierno Talla..., MON était attendu et naturellement, il a déçu avec cet article morne, décousu et désarticulé.
Qu'ils sont decevants ces affidés de Diagna Ndiaye.
Madiambal a renvoyé ses principaux collaborateurs (Biaye, Soro et Aminatou) car ils ont refusé de mener le combat mesquin et puéril contre Abdoul Mbaye.
Revenant à MON, nous attendons son enquete sur le foncier à Bambilor (EGBOS) et à Cerf Volant.
C'est ça notre presse !!! Des maitres chanteurs, des lobbyeurs, des anti modèles qui NE PAIENT PAS...... L'IMPOT

9.Posté par bra le 16/07/2013 10:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ils ne payent pas l'IMPÔT ce ne sont pas de bons citoyens. et la 2S on la rembourse? ou c'est un credit d'impot pour 2014?

10.Posté par max le 16/07/2013 12:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On veut un bon prémier ministre les sénégalais apprécient Abdoul Mbaye pourquoi le changer.
La patrie d’abord , le parti est relégué au second plan on veut abdoul mbaye un point c'est tout

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image