Leral.net | S'informer en temps réel

Télécoms : le PDG d'Orange s'attend à une nouvelle fusion en France

le 13 Janvier 2015 à 19:13 | Lu 468 fois

Télécoms : le PDG d'Orange s'attend à une nouvelle fusion en France
A l'occasion de ses vœux à la presse, Stéphane Richard dresse un bilan sans concessions de la situation des télécoms en France.
«Il ne faut pas croire ceux qui disent que la situation est durable, qu'ils peuvent continuer à agir seuls. Même si certains sont contre la consolidation et pour la guerre des prix», Stéphane Richard, le PDG d'Orange n'a pas mâché ses mots ce mardi matin, lors de la présentation de ses vœux à la presse. Il en a profité pour dresser un état des lieux du secteurs de télécoms en France.
Première constatation, la situation du marché des télécoms français n'est pas viable. Pour le patron d'Orange, cela passe par une nouvelle consolidation du secteur, seul remède à la guerre des prix qui lamine les marges et grève les capacités d'investissement des opérateurs. «Le niveau de marges des opérateurs français est à la limite, voire pour certains inférieure aux standards européens du secteur», a-t-il affirmé. La marge d'Orange en France est «de cinq à dix points inférieurs à celui des autres opérateurs historiques européens, sur leur marché d'origine, comme Telefonica en Espagne, Deutsche Telekom en Allemagne….». Stéphane Richard enfonce le clou «personne ne peut démontrer que le marché est durable à quatre. Mais il est viable à trois». Les cibles sont à peine masquées. Le patron d'Orange épingle à mots couverts Bouygues Telecom, qui n'a de cesse de répéter qu'il peut continuer à exister «seul» et Free, pour ses tarifs agressifs.
Free épinglé
Stéphane Richard rappelle qu'«Orange a essayé de faire quelque chose en 2014», pour consolider le marché français. «Vue la position d'Orange, nous sommes les plus mal placés, en terme de concurrence. Si cela se passe en dehors de nous, c'est mieux». Une petite phrase qui peut relancer toutes les spéculations, notamment celles sur un rapprochement entre Numericable-SFR et Bouygues Telecom.
figaro