leral.net | S'informer en temps réel

Tentative d’assassinat du coordonateur du M23 de Tambacounda le 17 février 2012 : Plainte contre les principaux responsables : Khoureïchi THIAM et le PDS

Il y a un an, le 17 février 2012, à la veille de la venue du candidat Abdoulaye WADE à Tambacounda qui devait tenir un meeting de campagne électorale, j’ai été victime d’une tentative d’assassinat par un groupe de nervis, armés de machettes et d’un pistolet, parmi lesquels Bobo DIALLO (sur lequel nous reviendrons), dirigé par le responsable des jeunes de l’UJTL à Tambacounda Mamadou BA.


Rédigé par leral.net le Lundi 18 Février 2013 à 18:33 | | 0 commentaire(s)|

Tentative d’assassinat du coordonateur du M23 de Tambacounda le 17 février 2012  : Plainte contre les principaux responsables : Khoureïchi THIAM et le PDS
C’est en rentrant chez moi que ce groupe de nervis à bord d’une voiture 4X4 avec des photos à l’effigie de l’ancien président de la République Abdoulaye WADE m’a poursuivi. Quand ils m’ont rattrapé, ils m’ont encore poursuivi à pieds et m’ont roué de coups. Je n’ai du mon salut qu’à la présence des populations riveraines du « Garage Mouride » ameutées par les cris et le raffut créés par les nervis. Les nervis avec à leur tête Mamadou BA ont alors pris ma moto, mon sac contenant un ordinateur portable, un appareil photos numérique, une clé USB, un casque d’écoute et une somme d’argent de 225.000FCfa et sont partis.
Ils vinrent une deuxième fois. Le sieur Mamadou BA descendit de la voiture 4X4 en disant à ces hommes de main « il faut le tuer ». Cette fois-ci, je ne dus mon salut qu’à l’arrivée sur les lieux du commandant de brigade Urbaine MANE qui s’est interposé et m’a pris dans sa voiture pour m’amener au commissariat de police où nous avons rencontré le commissaire pour l’informer de la situation. Sortis du bureau du commissaire nous avons retrouvé la moto garée dans la cour et le sieur Mamadou BA, de l’extérieur, a jeté par-dessus le mur du commissariat mon sac qui ne contenait plus les éléments ci-dessus énumérés.
Ce qui est arrivé ce jour est extrêmement grave. Car rien, ni une compétition électorale ni la dénonciation par des citoyens de l’anti constitutionnalité d’une candidature, ne peut justifier cette tentative d’assassinat qui a finit par une agression physique et un vol. J’ai empêché des jeunes d’instaurer une vendetta à l’endroit de Mamadou BA. Et je n’ai pas répondu aux sirènes de ceux qui me conseillaient de me faire justice moi-même. C’est pourquoi j’ai porté plainte contre Mamadou BA et Bobo DIALLO. Mamadou BA a été condamné à une peine d’emprisonnement ferme de 06 MOIS et à me verser 2.500.000Fcfa. Il a fait appel et bénéficie d’une liberté provisoire. J’attends la sentence que la cour d’Appel de Kaolack va prendre concernant cette affaire. Bobo DIALLO n’a pas été retrouvé. Ce dernier avait été interpelé avec un autre jeune homme, tous deux portant des tee-shirts portés par la « sécurité » du PDS, une semaine avant, puis libéré par la police, avec une machette faisant de la provocation dans une manifestation du M23.
C’est fort de la conviction que Mamadou BA, Bobo DIALLO et leurs compères ne sont que des lampistes que j’ai pris la décision de porter plainte contre Khoureichi THIAM, responsable politique de Mamadou BA et leur Parti le PDS.
C’est fort de la conviction que ma tentative d’assassinat a été un plan savamment ourdi par le PDS et Khoureichi THIAM qui sont les donneurs d’ordre et ceux qui ont armé (voiture, machettes, pistolet, promesse d’impunité…) mes agresseurs et voleurs qui ont exécuté la basse besogne que je porte donc plainte contre le sieur Khoureichi THIAM et le parti politique PDS.
Dans le contexte de la campagne électorale de l’élection présidentielle de 2012, il avait été constaté que dans les localités où le PDS et ses responsables craignaient des contre manifestation de l’opposition, ces derniers attaquaient physiquement les dirigeants de l’opposition et du M23 dans le but sinon d’empêcher toute contre manifestation du moins de les intimider. C’est dans ce cadre, tactique du PDS et de ses responsables notée dans plusieurs localités à travers le Sénégal, qu’il faut aussi inscrire mon agression. C’est dire donc que ce n’est ni fortuit ni isolé.
Par ailleurs, plusieurs faits troublants et concordants confirment que mon agression a été planifiée en haut lieu (Khoureichi THIAM et le PDS).
Le 30 décembre 2011, Mamadou BA a demandé à une de mes connaissances, qui en informé un collègue de travail, là où j’élisais domicile.
L’ancien gouverneur Léopold WADE a tenté d’exercer des pressions psychologiques sur mon employeur, avant mon agression, pour me faire taire.
Le commandant MANE a donné l’information à une femme (amie de mon oncle) qui travaille à Ziguinchor qu’il se tramait quelque chose contre ma personne. Mon oncle m’en a informé le jour de mon agression entre 18 heures 30 et 19 heures 30.
Le préfet du département de Tambacounda Bamba KONE a tout fait pour annuler une manifestation pacifique que le M23 voulait organiser le samedi 18 février sur un itinéraire et à une heure ne coïncidant pas avec ceux du PDS. Jusqu’au 17 février à 17 heures, il y a avait un désaccord entre le préfet et moi au sujet de la raison qui expliquerait une interdiction de la manifestation du M23. Et comme par hasard, le même jour, quelques heures plus tard, j’étais poursuivi par les nervis de Khoureïchi THIAM et du PDS.
Khoureïchi THIAM, à l’interpellation de Mamadou BA par la Police de Tambacounda a contacté des membres du M23 pour un retrait de ma plainte contre un règlement à l’amiable incluant le remboursement de ce dont ses nervis m’avaient dépossédés.
Dans le commissariat de Police, Mamadou BA, qui était en constante communication téléphonique avec l’extérieur, m’a fait la même proposition.
Les quelques faits susmentionnés prouvent indubitablement, sans disculper Mamadou BA, Bobo DIALLO et leurs autres congénères, l’existence de manœuvres de Khoureïchi THIAM et du PDS dans cette affaire. Après le forfait du conseil constitutionnel corrompu, faire taire les patriotes et démocrates opposés au coup de force wadiste était la deuxième étape.
Les divergences politiques ne sauraient justifier pareils actes inacceptables en démocratie, en république et dans un Etat de droit. Et de pareils actes ne sauraient être banalisés tout simplement par ce qu’ils se seraient produits en période électorale. L’impunité et la sanction des seuls seconds couteaux font le lit de la vengeance médiévale, de la commission de tels actes lors de prochaines élections à problème, de la peur de nos concitoyens à exercer et à assumer leurs droits politiques…Ce qui serait grave.
C’est pourquoi, respectueux des lois de mon pays, soucieux de la paix qui a comme base la justice, armé de la volonté de prévenir de tels actes je porte plainte, aujourd’hui lundi 18 mars 2013 contre Khoureïchi THIAM et le PDS afin que le droit soit dit et que justice soit ainsi faite.
Je donne un nouveau cours à cette affaire en pensant à toutes les victimes de WADE et du PDS. En pensant aux animateurs polyvalents des cases des tout petits, qui ont été copieusement bastonnés par les sbires de WADE et du PDS lors de leur meeting du 18 février 2012 à Tambacounda pour avoir osé réclamer la fin du bagne qui leur est imposé : le bénévolat. En pensant à tous les autres damnés des politiques de WADE et du PDS qui attendent depuis bientôt 12 mois la satisfaction de leur revendication par Macky SALL. Pour Dire que les sacrifices consentis ne doivent pas rester vains. Ils exigent JUSTICE et REGLEMENT de leurs cahiers de doléances.

Le 18 février 2013

Guy Marius SAGNA
Coordonateur du M23 de Tambacounda






Hebergeur d'image