leral.net | S'informer en temps réel

Thiès - Pour défaut de pièces d'état civil - Des milliers d'élèves risquent la forclusion à l'éntrée en 6ème

A Thiès la situation de plus de 1000 enfants non déclarés à l’état civil, dont des élèves en classe de CM2 qui n’ont que jusqu’au 20 février pour trouver un extrait de naissance au risque d’être forclos pour le dépôt des dossiers de candidature à l’examen d’entrée en 6ème préoccupe des organisations de la société civil et autorités académiques et locales. Ces derniers plaident pour une audience spéciale pour rectifier le tir.


Rédigé par leral.net le Samedi 14 Février 2015 à 13:18 | | 0 commentaire(s)|

Thiès - Pour défaut de pièces d'état civil - Des milliers d'élèves risquent la forclusion à l'éntrée en 6ème
A moins d’un dizaines de jours de la date butoir pour le dépôt des dossiers de candidature à l’examen d’Entrée en 6ème la plate-forme des Acteurs non étatique (Ane), les autorités locales et des chefs d’établissement sont sur le qui-vive pour éviter la forclusion de plusieurs élèves faute d’extrait de naissance. A Thiès où il est recensé plus de 1000 enfants qui n’ont pas été déclarés à l’état civil, de nombreux élèves en classe de CEM2 ont jusqu’au 20 février pour trouver une pièce d’état civil extrait de naissance au risque d’être forclos pour le dépôt des dossiers de candidature à l’examen d’entrée en 6ème.

C’est avec un pincement au cœur qu’Assane Sow, Directeur de l’école élémentaire Takhikaw de Thiès, aborde le sujet au micro de nos confrères de Sud Fm. «Vraiment quand je voix une telle situation, c’est un pincement au cœur que j’ai parce que, comme disait le monologue de Don Diégue (dans Le Cid de Corneille) ‘’œuvre de tant de jours en un jour effacée’’, là aussi c’est une œuvre de tant d’années en quelques jours seulement effacée faute de pièce d’état civil».

Selon lui, l’enfant n’a pas demandé à naître, il n’a pas choisi ses parents. Donc pour une participation citoyenne «je croix que le premier acte c’est de déclarer son enfant à la naissance pour lui faire obtenir vraiment une pièce d’état civil pour qu’il puisse au moins jouir de ses droits civiques. Etre déclaré à la naissance est un droit pour lui tout comme l’obtention de l’extrait de naissance».

Et l’enseignant de regretter la forclusion de 4 élèves de son établissement l’année dernière faute d’extrait de naissance. «Malheureusement, pas plus tard que l’année dernière, dans mon établissement, au CEM2A, on a eu 4 enfants qui, à chaque fois réussissaient aux essais, mais ne ce sont pas présentés à l’Entrée en 6ème, faute de pièce d’état civil». Pour lui, cette situation est de la responsabilité des parents. «Ce n’est pas de la responsabilité des encadreurs, de l’enseignant titulaire de la classe, mais des parents, car on peut inscrire un élève au CI sans acte de naissance. On ne peut pas refuser un cas, on se fie à la bonne foi du parent qui se présente et déclare que son enfant à 6 ans. Donc il a 6 ans pour lui procurer cette pièce-là, mais, malheureusement, arrivé au CEM2, on continue toujours à courir derrière. Le directeur fait un recensement de tous les élèves inscrits et qui n’ont pas de pièces d’état civil. Les parents promettent et de jours en jours ils reportent toujours ce qu’ils peuvent faire aujourd’hui au lendemain. Et l’enfant arrivent en classe d’examen sans cette pièce» constitutive du dossier de candidature, se désole M. Sow.

Plaidoyer pour une audience spéciale pour sauver des élèves de CEM2

Suffisant pour que Ndèye Nar Bèye, la présidente de la plate de forme régionale des Ane de Thiès, membre de l’équipe Equitas Canada/Sénégal sollicite auprès des autorités judiciaires une audience spéciale. «Nous avons identifié un problème qui est celui des enfants en âge de scolarité et qui ne disposent pas d’actes de naissance. Le problème est d’une ampleur incommensurable. Si nous considérons le cas de la commune de Thiès-Nord il y a actuellement plus de 1000 dossiers d’enfants qui ne disposent pas de pièces d’état civil. Et, quand les gens ont été avertis, même Ngioundiane s’est présenté avec 647 cas d’enfants qui n’ont pas de pièce d’état civil. Parmi ces cas-là, il y a un grand nombre d’élèves». C’est pourquoi, la priorité, «c’est d’essayer de voir les élèves qui sont en classe d’examen parce que nous approchons de la date butoir pour le dépôt des dossiers de candidature. Nous voudrions vraiment solliciter l’appui du président du Tribunal qu’on a eu à visiter pour qu’une audience spéciale soit tenue afin que ces enfants là puissent disposer de leurs pièces d’état civil. Nous n’a pas vu personnellement le président du Tribunal, mais nous avons travaillé avec son staff, en l’occurrence Me Ousmane Diagne qui nous a promis qu’il fera son possible pour que cette audience se tienne dans les plus brefs délais et dans la meilleure des conditions», rassure-t-elle précisant qu’ils ont eu l’aval des autorités locales et académiques qui les accompagnent dans ce combat.
Sudonline.sn






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image