leral.net | S'informer en temps réel

Tottenham, Lloris : la girouette AVB a encore frappé !

Villas-Boas a mis un terme à la série de 310 matches consécutifs de Brad Friedel en Premier League pour installer Hugo Lloris. Un changement de cap étonnant au regard de ses précédentes déclarations.


Rédigé par leral.net le Lundi 8 Octobre 2012 à 08:56 | | 0 commentaire(s)|

Tottenham, Lloris : la girouette AVB a encore frappé !
« Nous avons prévenu Hugo que, même en cas de mauvais match de Brad (Friedel), nous ne l’enverrons pas sur le banc. Il est et reste le numéro 1. » Il y a quinze jours, André Villas-Boas, l’entraîneur de Tottenham, glaçait le sang des fans d’Hugo Lloris avec cette déclaration. Pourquoi recruter un gardien international pour 10 M€ si c’est pour le laisser sur le banc et lui faire jouer uniquement l’Europa Ligue ? Cette question, le président des Spurs Daniel Levy se l’est lui aussi posée et il a fait part de sa réflexion à son entraîneur.

Sur quel ton, on l’ignore. Mais la presse anglaise a rapporté hier que le président avait exprimé son incompréhension face aux choix d’AVB sur le sujet. Alors, hier, la titularisation d’Hugo Lloris en a fait sourire plus d’un du côté de White Hart Lane. Encore plus lorsqu’AVB a tenté de justifier sa décision, totalement contraire à ses précédentes déclarations sur le sujet. « Évidemment, la décision n’a pas été basée sur les performances. Brad (Friedel) a été immense pour cette équipe. Nous avons parlé avec lui. Il était évidemment déçu mais a accepté la décision comme le grand professionnel qu’il est. Après le match au Panathinaïkos (1-1, jeudi en Ligue Europa), nous avons décidé, avec le staff, qu’il serait logique d’habituer Hugo au type de match de Premier League. Il ne peut pas jouer seulement en Ligue Europa », a-t-il jugé. Pour la cohérence, on repassera…

Cela ne l’a pas empêché de continuer à jeter le trouble sur la hiérarchie des gardiens de but. Questionné sur le fait de savoir si Lloris était désormais le numéro 1, AVB a répondu : « non, non, non. Pour ce qui est de l’avenir, nous devrons décider ». Le flou n’est donc pas encore totalement dissipé et Lloris n’a pas fini de s’inquiéter pour son temps de jeu. Hier, il était en tout cas simplement heureux de découvrir enfin le championnat anglais. « C’était un match important car c’étaient mes débuts en Premier League. Cela a été un mois un peu particulier », a-t-il déclaré à L’Équipe.

L’international français, bien que surpris de son traitement, garde une ligne de conduite irréprochable et réfute le moindre problème avec son entraîneur. « C’est tout ce qui était autour qui a peut-être joué un mauvais rôle. Pour moi, que ce soit avec Brad (Friedel), l’entraîneur des gardiens (Tony Parks) ou même avec le manager (André Villas-Boas), tout se passe très bien. Mais lorsque vous signez à la dernière minute, ce n’est jamais évident. J’ai fait le choix de venir, il faut assumer. Normalement, on a toute la préparation pour apprendre à se connaître et avoir du temps de jeu en amical. Moi, je suis entré tout de suite dans la compétition et il me faut encore quelques matches pour retrouver le rythme et être à mon meilleur niveau », a-t-il assuré. Espérons pour lui que cela prendra le minimum de temps.

Aurélien Léger-Moëc






Hebergeur d'image