leral.net | S'informer en temps réel

Tottenham : le casse-tête Lloris face au déroutant Villas-Boas

Titularisé contre Arsenal, Hugo Lloris a vécu un cauchemar sur la pelouse de l'Emirates Stadium, la faute à une défense passoire.


Rédigé par leral.net le Dimanche 18 Novembre 2012 à 11:42 | | 0 commentaire(s)|

Tottenham : le casse-tête Lloris face au déroutant Villas-Boas
Cela ressemble à un cadeau empoisonné. Titularisé pour la deuxième fois de la saison lors du choc face à Arsenal, Hugo Lloris a vécu un sale après-midi du côté de l’Emirates Stadium. Abandonné par une défense débordée, le gardien français est reparti du derby londonien avec une défaite, mais surtout pas moins de cinq buts encaissés (5-2), son dixième en sept matches avec les Spurs, toutes compétitions confondues.

Un bilan pas fameux qui ne lui sert pas alors que le Frenchie peine à reléguer l’Américain Brad Friedel sur le banc. Interrogé par L’Équipe, l’ancien Lyonnais ne savait d’ailleurs pas s’il sera titulaire ou non lors du prochain match de championnat. « Je ne sais pas, c’est à l’entraîneur qu’il faut poser cette question. On avait pourtant très bien entamé le match, mais le carton rouge a tout changé. À partir de là, Arsenal a mis le pied sur le ballon, et c’est devenu très difficile. »

Une situation qui semble miner de plus en plus le moral de l’international tricolore. Malheureusement pour lui, le discours de son coach, André Villas-Boas, n’est pas vraiment fait pour le rassurer. « Je suis dans une merveilleuse situation. J’ai deux très bons gardiens. Hugo travaille très bien, Brad (Friedel) aussi. J’ai un choix à faire. C’est une situation qui peut se reproduire tout au long de la saison. Aujourd’hui (hier), on avait décidé de faire jouer Hugo. »

Un coup l’un, un coup l’autre, Villas-Boas peut-il réellement se permettre d’interchanger ses gardiens quand bon lui semble ? Alors que ce poste réclame une hiérarchie fixe, le Portugais affiche une conduite déroutante. Un constat qui s’est d’ailleurs vérifié lorsqu’il a été interrogé sur la raclée reçue par son équipe. « Nous avons contrôlé la partie de la première à la 90e minute. Je suis très fier de mon équipe. Le score ne veut rien dire. » Lloris n’a pas fini d’avoir mal à la tête.

Matthieu Margueritte






Hebergeur d'image