leral.net | S'informer en temps réel

Touba: Le Khalife des mourides accorde le pardon au Pr Sankharé

Le khalife général des mourides, par la voix de son porte-parole Serigne Bassirou Abdou Khadre Mbacké, demande aux musulmans de pardonner le Professeur Oumar Sankharé, auteur du l’essai ‘’Le Coran et la culture grecque’’ qualifié de ‘’blasphématoire’’ par beaucoup de musulmans.


Rédigé par leral.net le Mardi 27 Mai 2014 à 19:28 commentaire(s)|

Touba: Le Khalife des mourides accorde le pardon au Pr Sankharé
Le khalife général des mourides ‘’demande aux musulmans de lui pardonner puisqu’il a présenté ses sincères excuses’’, a dit son porte-parole, précisant que le guide religieux a pris bonne note de la lette d’excuse du Professeur Sankharé.

Serigne Bassirou Abdou Khadre Mbacké s’exprimait, mardi, lors de la cérémonie officielle du Kazou Rajab célébrant la naissance du deuxième Khalife général des mourides, Serigne Fallou Mbacké.

Dans un communiqué reçu à l’APS, vendredi dernier, le khalife général des mourides avait fait part de son ’’indignation’’ après la sortie du livre du Professeur Oumar Sankharé, condamnant ’’vigoureusement les propos au caractère regrettable et attentatoire au message du Coran, à la dignité du Prophète Mouhamad (PSL) et à la foi islamique’’.

Le khalife disait ‘’partager la peine de tous les musulmans et leur exprime (sa) détermination à œuvrer avec eux à la défense de l’Islam et de ses nobles idéaux’’.

L’universitaire et helléniste Oumar Sankharé soutient que son dernier livre publié aux éditions L’Harmattan et intitulé "Le Coran et la culture grecque’’ vise à lancer un débat universitaire sur ce thème, qui exclut de fait "ceux qui vivent de la religion" sans remettre en cause la sacralité du message coranique.

"Je ne récuse pas le Coran. Ce que je dis, c’est que ce qui se trouve dans le Coran, on le trouve déjà dans d’autres livres. La preuve qu’on connaissait déjà cela avant le Coran, on accuse le Prophète (Mouhamed, PSL) de ne réciter que des textes anciens", a-t-il déclaré, dans une interview parue dans l’édition de mardi dernier du quotidien L’As.

"Moi, j’ai lancé un débat universitaire. D’ailleurs, le professeur (et islamologue) Abdoul Aziz Kébé qui est professeur d’arabe ici (à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, UCAD), m’a dit qu’il souhaiterait organiser un débat, mais à l’université", a confié cet enseignant à l’UCAD, agrégé en grammaire et en littérature classique.

Ce débat souhaité "ne sortirait pas de l’université, parce que l’universitaire n’a pas la même perception du Coran que ceux qui ont étudié dans les daaras (écoles coraniques). Ceux qui sont dans les daaras, on leur dit quelque chose et ils y croient", a-t-il ajouté.

Les thèses qui font ce livre ne vont "pas plaire à ceux qui vivent de la religion", a reconnu le professeur Sankharé, dont l’essai a suscité des réactions passionnées, notamment à travers la presse.

Dimanche dernier, l’universitaire a rendu public un communiqué pour présenter des excuses, suite à l’indignation suscitée par son livre. Il se disait même prêt à faire le tour des familles religieuses, pour présenter ses excuses.





Hebergeur d'image





Hebergeur d'image