leral.net | S'informer en temps réel

«Touba pour des retrouvailles entre Me Wade et Macky Sall » ?

Plus exactement, le titre, c’est plutôt : « Serigne Bassirou Abdou Khadre souhaite et prie pour les retrouvailles entre Me Wade et Macky Sall et non Touba »


Rédigé par leral.net le Mardi 20 Octobre 2015 à 20:40 | | 23 commentaire(s)|

Mais, nous pensons objectivement et en toute honnêteté, que nos guides religieux musulmans devraient plus, se préoccuper à resserrer leurs rangs pour retrouver l’unité simple à défaut d’organique de la communauté musulmane sénégalaise, plutôt que de chercher ou vouloir résoudre une équation impossible. C'est-à-dire l’entente cordiale entre un pouvoir politique et son opposition.

D’abord, c’est une chose impossible à réaliser, parce que cela supposerait tout simplement, l’inexistence d’une opposition de fait dans notre pays. Ce qui n’est pas logique et, est inimaginable dans la réalité. Et puis, en quoi cela pourrait préoccuper sérieusement les Sénégalais, ou en quoi les avancerait-il dans leur vécu quotidien?

Nous devons encore beaucoup remercier le bon Dieu de nous avoir gratifiés d’un pays politiquement stable, ou plutôt, d’un pays où la classe politique n’est pas en train de s’entretuer ou de faire une guerre civile. Nous avons la chance d’avoir un pays où la volonté de vivre ensemble est une réalité incontestable. Mais, comme le plus normalement du monde, le pouvoir doit gouverner et, l’opposition doit s’opposer, en critiquant l’action gouvernementale et attendant son tour pour demain. A notre connaissance, il n’existe pas dans le monde, un pays où l’opposition et le pouvoir marche la main dans la main, en entente cordiale. Et ce n’est pas au Sénégal où cette impossibilité va se réaliser demain.

A notre avis, dans cette préoccupation toute particulière de Serigne Bassirou Abdou Khadre, il y a un paradoxe qui semble faire deux poids et deux mesures dans le landerneau politique sénégalais. Pourquoi des retrouvailles, seulement, entre Me Wade et Macky Sall ? Alors que le champ politique compte quelques 230 et même plus de partis politiques différents, qui sont donc, dans le principe, normalement, opposés. Qu’est ce qui explique le choix très sélectif et arbitraire de ces deux dirigeants seulement ? Ensuite, pourquoi maintenant, alors qu’hier, il y avait pourtant Diouf- Wade, qui ne s’entendait pas aussi, mais personne n’avait jamais cherché à les rapprocher ou les réunir ?

Nous croyons que la vie est ainsi faite, et Dieu a bien voulu que le monde soit fait de dualité pour progresser, ce qui se traduit par la lutte des contraires car, même pour procréer, il faut nécessairement la confrontation de deux contraires. Priez s’il vous plait Serigne Bassirou Abdou Khadre, pour que le Sénégal demeure et avance ainsi, dans cette exception, appelée par les autres, sénégalaise. C’est aussi cela la démocratie, qui doit permettre à chaque citoyen électeur de choisir librement, dans la paix et la tranquillité son camp, le moment venu. Beaucoup de pays aimeraient être dans la situation présente du Sénégal et, à cause de cela, ils nous envient.

Nous serions aujourd’hui plus heureux et applaudirions des deux mains, si l’initiative du porte parole du Khalife général des mourides allait dans le sens de la retrouvaille de toutes les familles religieuses musulmanes, afin d’arrondir les divergences qui font qu’elles ne peuvent pas célébrer en même temps et le même jour, les fêtes religieuses qui leur sont communes, et qui devraient forcément les unir sous la bannière de l’islam et direction du Saint Coran. C’est à cela, que nous nous attendions et non, de le voir s’atteler à vouloir réunir des familles politiques divergentes qui, quand elles le voudront par intérêt, se retrouveront sans que personne n’intervienne.

Nous assistons à longueur d’années et chaque jour au Sénégal, à la transhumance des politiciens qui n’est guidée par rien d’autre, que leurs intérêts personnels. Il en est de même pour les retrouvailles politiques, quelles qu’elles soient. Quand la nécessité de se retrouver les commandera, comme pendant les élections, elles ne solliciteront aucun médiateur, mais trouverons elles mêmes, les voies et moyens d’aller ensemble vers le même but.

Voilà pourquoi, nous estimons que Serigne Bassirou Abdou Khadre ne devrait pas perdre son temps précieux à s’immiscer dans des querelles politiques et politiciennes de bas étage. Cette question d’ailleurs, n’est point à l’ordre du jour pour les Sénégalais, qui ont d’autres préoccupations majeures quotidiennes relatives à leur existence même. Cela ne les préoccupe pas aussi , parce qu’ils sont bien habitués à observer les politiciens au pouvoir comme dans opposition se chamailler et se réconcilier par eux-mêmes sans aucun intermédiaire. Les Sénégalais, ou tout au moins un bon nombre, sont aussi bien instruits que certains politiciens font du cinéma, nous leurrent par des simulacres et veulent se jouer de nous parfois, mais fort heureusement ces derniers le comprennent bien et les regardent jouer leur comédie sans intervenir, avant le moment de vérité, c'est-à-dire le jour du choix.

Enfin, considérant toutes les confréries religieuses musulmanes comme étant des familles très larges, qui renferment, ou ont des fidèles éparpillés dans les différents partis politiques du pays, l’idéal recommandé serait, qu’elles s’abstiennent de s’afficher manifestement ou faire un parti pris quelconque en faveur de tel ou tel camp. Elles doivent se comporter comme une maman de jumeaux, à savoir que l’un quelconque ne s’aperçoive nullement qu’il y avait préférence entre les deux.

Par contre, les prières pour la paix, la tranquillité, le bienêtre économique et social, la stabilité sociale et politique pour le Sénégal et son peuple tout entier sont une nécessité absolue de la part de toutes les communautés religieuses musulmane comme chrétienne. C’est dans cette stature ou posture de protection et prières enveloppantes, sans conteste, que les Sénégalais sans exception, attendent leurs religieux. Et, c’est ce rôle, hautement spirituel, que les Sénégalais, dans leur majorité écrasante, aimeraient voir leurs religieux jouer, au lieu de vouloir arbitrer la bataille politique sans merci de nos politiciens, qui ne font que se battre tout le temps, même dans leur sommeil.

Et en fin, nous exprimons ici un vœu très ardent, qui nous est aussi cher et tient à cœur : c’est de voir, très prochainement, toute la communauté musulmane sénégalaise réunie, prier ensemble et le même jour, toutes les fêtes religieuses musulmanes. C’est une prière, et j’implore Allah Le Tout Puissant, de l’exaucer par sa grâce. Amine !

Mandiaye Gaye
Gaye_mandiaye@hotmail?com







Hebergeur d'image





Hebergeur d'image