leral.net | S'informer en temps réel

Toute la vérité sur l’arrestation de Ndèye Gaye Cissé

Ouf ! Ndèye Gaye Cissé, ancienne députée libérale sous Me Abdoulaye Wade et vice-présidente du Conseil départemental de Kébémer, qui a été arrêtée et mise au box des accusés pour outrage, vient de recouvrer la liberté. En effet, tout est parti du chauffeur du véhicule chargé de convoyé les détenus de la Maison d’arrêt et de correction de Rebeuss au Palais de justice.


Rédigé par leral.net le Mercredi 27 Août 2014 à 22:44 | | 5 commentaire(s)|

Toute la vérité sur l’arrestation de Ndèye Gaye Cissé
Au début, le chauffeur du véhicule des détenus a légèrement heurté une femme et a raté de peu Ndèye Gaye Cissé et cie

Selon des sources de Actusen.com, le chauffeur en question a perdu le contrôle de son véhicule et a percuté légèrement une dame qui se trouvait aux abords de l’ex-parlementaire du Parti démocratique sénégalais. Ce n’est pas tout ! Car à peine a-t-il touché la dame qui est même tombée, selon des témoins présents sur place, le véhicule des gardes pénitentiaires s’est dirigé tout droit vers Ndèye Guèye Cissé, qui était en train de discuter sur le trottoir avec la Présidente du Conseil départemental de Bambey, Aïda Mbodj.

Ndèye Gaye Cissé : “tu ne peux pas regarder ce que tu fais. Tu veux nous tuer ou quoi ?”

Là, dépassée par la tournure des évènements, Ndèye Gaye Cissé a dit au chauffard : “tu ne peux pas regarder ce que tu fais. Tu veux nous tuer ou quoi ?”. Ce dernier, dans un calme olympien, et convaincu que le pire a été évité de justesse, lui a présenté ses plates excuses. Mais cela n’a pas calmé les nerfs de l’ancienne parlementaire libérale visiblement toujours sous le choc, après avoir échappé de peu à être renversée par le véhicule. A cet effet, il y a eu échanges de propos aigre-doux entre les deux parties.

Les choses se sont gâtées quand cet autre garde pénitentiaire, sorti d’on ne sait pas où, a hérité du problème

Dans la foulée, un garde pénitentiaire, qui n’a même pas assisté à la scène, selon toujours les sources de Actusen.com, et qui est fait partie des armoires à glace chargées de veiller sur la sécurité de Karim Wade et Cie, s’est transporté sur les lieux. Et a déboulé en ces termes : “amenons-la à la Cave !”. Au motif que Ndèye Gaye Cissé est coupable d’outrage à un garde pénitentiaire en service.


Ndèye Gaye Cissé et le garde pénitentiaire se seraient entre-noyés dans des injures à la Cave

Le garde pénitentiaire en question, sorti d’on ne sait pas où, s’est disputé avec l’ex-députée du Pds, quand il la conduisait dans la Cave, dit-on. Mais Ndèye Gaye Cissé n’ayant pas été nourrie au lait de ceux qui font profil bas, quand on les humilie, lui aurait appliqué la Loi du talion. Entre les deux parties, les mots ont volé bras, très bas même. Au détour de leurs échanges, le garde pénitentiaire et la femme se seraient même insultés, ajoutent nos mêmes sources. Et ce fut le clash !

Le Procureur de la République, mis au parfum des vrais faits, a relâché l’ex-députée libérale

Toutefois, tout est bien qui finit bien ! Car c’est à la tombée du crépuscule que le Procureur de la République, qui, dit-on, après avoir eu la bonne version des faits et de tous les faits qui se sont déroulés depuis la perte de contrôle du véhicule par le garde pénitentiaire qui conduisait celui-ci, a décidé de relâcher Ndèye Gaye Cissé, qui n’oubliera pas de si tôt la journée du 27 août 2014. Non pas parce que celle-ci a coïncidé avec le dixième jour du procès de Karim Wade, mais parce qu’elle a passé une bonne partie de son précieux temps à la Cave du Palais de justice.

Ces responsables libéraux qui ont bu le calice jusqu’à la lie, devant la Cave

Le Président du Groupe parlementaire du Parti démocratique sénégalais, Modou Diagne Fada par ailleurs Président du Conseil départemental de Kébémer dont Ndèye Gaye Cissé est la vice-Présidente, sa collègue et Présidente de la Commission “Communication et Culture” de l’Assemblée nationale, Aïda Mbodj, ainsi que la députée libérale Fatou Thiam ont bu le calice jusqu’à la lie. Au motif qu’ils ont passé la journée de ce mercredi au Palais de justice, jusqu’à ce que la dame soit élargie.

Auparavant, l’un des avocats chargés de défendre l’ancien ministre d’Etat Karim Wade sous le défunt régime de son père, s’était déjà constitué pour tirer d’affaire la vice-Présidente du Conseil départemental de Kébémer. Si, évidemment, celle-ci devait être jugée pour outrage à garde pénitentiaire. Pour rappel, elle s’était rendue au Palais de justice, aux fins d’apporter son soutien au fils de l’ex-Président de la République, dont le procès s’est ouvert, depuis le 31 juillet dernier, pour présumé enrichissement illicite de 117 milliards F Cfa.

Actusen.com






Hebergeur d'image