leral.net | S'informer en temps réel

Transfert de personnel de Sentel Sénégal vers Ericsson : Le torchon brûle à Tigo

La mesure de transfert de 91 employés de l’opérateur téléphonique Sentel (Tigo) vers Ericsson n’est pas du goût du collège des délégués du personnel de la boite affilié au Snts. A travers un communiqué parvenu à notre rédaction, ceux-ci ont fustigé l’attitude de leur direction qui a envoyé des lettres de sommation aux personnes concernées par la mesure, tandis que des désaccords subsistent toujours quant aux mesures d’accompagnement proposées par le collège.


Rédigé par leral.net le Mercredi 22 Avril 2015 à 10:11 | | 1 commentaire(s)|

Transfert de personnel de Sentel Sénégal vers Ericsson : Le torchon brûle à Tigo
La direction a donné ainsi jusqu’au 24 de ce mois, délai de rigueur, aux dits employés pour donner leur consentement par rapport à l’offre de reprise automatique de leur contrat de travail par Ericsson. Au delà de cette date, ceux qui sont touchés par la mesure seront licenciés pour motif économique et se chargeront eux-mêmes d’envoyer leurs demandes d’emploi à Ericsson, qui se réservera le droit de les recruter, selon ses procédures internes de recrutement. Une attitude que le collège des délégués du personnel considère comme «une menace». Cela, d’autant plus qu’au sortir des négociations entre la direction, conduite par la Direction générale du travail et de la sécurité sociale ainsi que le ministère des Télécommunications, l’autorité gouvernementale a conclu le procès-verbal d’accord partie.

Selon eux, au lieu de poursuivre les négociations à l’interne, comme proposées par les autorités gouvernementales, dans la mesure où il n’y a toujours pas de consensus sur les 3 propositions faites par le collège, la direction a préféré «brandir des menaces».
Revenant par ailleurs sur les motifs du refus de ce transfert d’employés, les délégués ont trouvé tout d’abord que ce procédé est aux antipodes de la loi sénégalaise en vigueur.

Selon eux, il n’y a pas de dépendance juridique entre Sentel et Ericsson, car ce n’est ni un rachat ni une fusion. Pis, selon toujours les syndicalistes, le contrat qui lie les deux structures n’a qu’une durée de 5 ans. «Donc, transférer des contrats chez un repreneur, dont le contrat qui le lie au repreneur n’est que de 5 ans, il y a un problème. Si le contrat est rompu, c’est des emplois qui peuvent être menacés». Suffisant pour que le collège des délégués de Sentel demande des garanties fermes pour la sécurisation des emplois, une fois les employés arrivés à Ericsson, même si par ailleurs il leur a été promis un transfert des mêmes contrats, ainsi que la conservation de l’ancienneté et certains avantages acquis à Sentel.

Sud Quotidien






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image