leral.net | S'informer en temps réel

Travailleurs des ADS, indignez vous !

Dans la livraison du journal « Enquête » du Mercredi 24 Avril 2013 N° 561, il est publié un article à charge contre la direction de l’Agence des Aéroports du Sénégal (ADS). Stupéfaits et outrés par la partialité de cet article nous avons décidé de prendre la plume pour au moins rétablir l’orthodoxie des faits.


Rédigé par leral.net le Vendredi 26 Avril 2013 à 18:39 | | 0 commentaire(s)|

Nous respectons le choix de qualifier « le verre à moitié vide », mais aussi celui de le considérer comme « un verre à moitié plein » ! Toutefois, le respect scrupuleux de la déontologie journalistique implique un traitement équilibré de l’information et exclut que des organes de presse soient utilisés pour exprimer une haine primaire, un nihilisme froid et désespérant ou carrément une vulgaire tentative de lynchage médiatique. Tout cela est bien loin de la mission citoyenne d’une presse libre et indépendante qui doit être vecteur du débat démocratique, de la libre expression des opinions divergentes et d’éclairage des citoyens.

Le refus légitime du Directeur général des Aéroports de ne pas passer tout son temps à répondre aux dénigrements personnalisés, n’est pas une excuse pour tenir le crachoir à de sombres fielleux, engagés dans une dangereuse entreprise de règlement de compte politique. On ne gère pas une grande entreprise publique à coups d’interviews, ou de points de presse tous azimut ! Ces frustrés qui rêvaient de la direction des ADS, passent le plus clair de leur temps à faire le tour des rédactions pour commanditer le lynchage du Directeur Général des ADS dont l’unique tort et d’appliquer rigoureusement les règles de gestion sobre, vertueuse et rationnelle édictées par Macky Sall. D’ailleurs dans la transe de leur acharnement contre l’homme, en privé, dans un éclair de lucidité, ils font un aveu terrifiant: « Waji bougoul dara, do lék do bayi ken lék. » (Trop intègre ! Il ne se sert pas et il ne nous sert pas ! » Le PCO et tout nouveau Secrétaire Général des ADS ont rejoint la liste des cibles à abattre. A qui le tour ?

Au mois de juin 2012, le Président de la République conscient de la situation critique des ADS, a décidé de confier l’Agence à Monsieur Pape Maël DIOP. Ce dernier, qui tient cette confiance du chef de l’état à grand honneur, a pris les manettes d’une entreprise à genoux. L’Agence était engagée sur une pente abrupte et dangereuse par la folie d’un vieux satrape et de son rejeton. Wade père et fils voulaient tout simplement liquider les ADS ! Aujourd’hui nous rendons grâce à Dieu ! Le tout puissant qui nous a épargnés d’un tel désastre. Nous remercions le Président Macky d’avoir eu la clairvoyance de nommer un Directeur Général qui par une féroce détermination, s’évertue à redresser une entreprise que les libéraux ont pillée sans retenue et sans moindre parcelle de scrupule. Aucun travailleur des ADS, tant soit peu épris de justice et d’honnêteté, ne peut aujourd’hui contester la pertinence des choix stratégiques pour restaurer et rénover l’outil de travail.

En ce qui concerne les « recrutements » dits « abusifs », il s’agit tout d’abord de 80 agents temporaires dont certains opéraient dans des secteurs ultra sensibles de sûreté aéroportuaire depuis 2006 ! Quelle injustice ! Quel danger ! A-t-on idée, un seul instant, de confier à un travailleur temporaire la surveillance et l’entretien de l’unique EDS (Explosive Detection System) ou contrôle des bagages de soute par rayon X ? Il faut être un irresponsable compliqué d’un casse cou pour autoriser une telle bêtise ! Le Directeur Général nommé par Macky Sall a eu le courage et la responsabilité de régulariser 80 temporaires qu’il a trouvés dans l’entreprise. On peut convenir sans barguigner, que la grande plupart de ces temporaires étaient là, avant tout, par le fait du prince libéral. Une logique de discrimination ou de chasse aux sorcières, les aurait disqualifiés à bénéficier d’un CDI. Dans le Parking payant où il y’a eu aussi recrutement, les recettes qui doivent normalement tourner autour de 30 millions par mois, aux temps de pic du trafic aérien, avaient chuté jusqu’à 06 millions. Le recrutement d’un nouveau personnel a fait subitement remonter les recettes à 21 millions ! Est-ce là des recrutements utiles ou « abusifs » ?

La maîtrise de l’information n’est pas une exclusivité des journalistes : Toutes professions, tous citoyens doivent se l’approprier. Et comme l’appétit vient en mangeant, le DG a tout simplement décidé d’automatiser le Parking, pour maximaliser la rentabilité et éradiquer la concussion immonde qui faisait chuter ses recettes. Les sources de l’article « bien au fait du dossier », pour ainsi reprendre l’expression utilisée, considèrent le nouveau plan de circulation qui doit accompagner l’automatisation des Parkings comme des « travaux d’embellissement ». Allez comprendre !

Si on pousse l’audace mensongère et la caricature jusqu’à dire que la restauration du deuxième EDS, qui était en panne depuis un peu plus de deux ans est une œuvre « d’embellissement », on nous accordera que là, on est plus dans le dénigrement funeste, mais plutôt dans une délirante entreprise d’exécution politique ! Quand un Aéroport, international de surcroît, n’a plus d’EDS fonctionnel, ne serait-ce que pendant quelques heures, les conséquences seraient désastreuses et le discrédit brutal. L’automatisation des banques d’enregistrement des passagers avec un énorme gain de temps est aussi un accessoire d’embellissement selon ces fameuses sources « bien au fait du dossier » ! L’unique câble d’électricité qui alimentait l’aéroport était vétuste et périlleux. Informé par les services techniques le DG a engagé les travaux idoines pour le réparer et installer un deuxième câble au cas où ! Des sources « bien au fait du dossier » considèrent ces travaux comme « embellissement ». Ah mauvaise foi quand tu nous tiens !

Le seul Directeur des ADS issu du milieu aéronautique dans l’histoire du management de cette entreprise, est aujourd’hui dans de beaux draps. Loin de nous le cynisme brutal de tirer sur une ambulance. C’est juste pour démontrer la nullité et la vacuité de l’argumentaire des sources « bien au fait du dossier » ! Etre issu du milieu aéronautique n’est pas le seul critère de compétence et d’efficience pour diriger avec des résultats probants, une entreprise comme les ADS.

La liberté fondamentale de critiquer, de déranger, de dénoncer, voire de railler n’affranchit pas du respect de la dignité des personnes visées. La limite n’est pas une entrave à la liberté, elle en est la condition. Dire que le PCO, le Directeur Général et le Secrétaire Général des ADS sont incompétents parce qu’ils ne sont pas issus du milieu, procède de la calomnie et de l’injure sanglante. Dans un pays où les réactions sont plus épidermiques que rationnelles, quand on est poursuivi par le dénigrement, les démentis véhéments n’y feront rien, le coup est déjà parti. Une fois l’affabulation lâchée plus moyen de s'en débarrasser. La calomnie reste à jamais associée au calomnié, dans le subconscient de l'opinion publique et puis dans la presse à scandale, quelle que soit l'énergie avec laquelle elle est réfutée. Macky Sall, « bien au fait de la gestion des ADS », lui ne prête pas « une oreille attentive » aux affabulations de syndicalistes croupions en cheville avec des conspirationistes à la ramasse pour débarquer Directeur Généraux rebelles à leurs fantaisies !

Nous, travailleurs des ADS, n’avons pas besoin des lunettes d’experts de l’ombre pour apprécier la bonne marche de l’entreprise. Nous ne sommes pas des cochons de paysans pour avaler au premier degré toutes les salades servies par de sombres personnages qui poursuivent un agenda personnel. Alors Messieurs soyez forts et ne vous laisser pas distraire par ces cassandres dégénérés ! Vous êtes sur le droit chemin et nous vous tenons à l’œil.

"Bien faire et laisser braire." est la règle de conduite à tenir.

Ass Malick NDOYE
Agent commercial aux ADS






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image