leral.net | S'informer en temps réel

Tribunal de Dakar : Un couple hors du commun devant la barre pour offre, cession et usage de drogue

Un couple hors du commun a comparu hier, devant le tribunal des flagrants délits de Dakar, pour offre ou cession de drogue en vue d’une consommation personnelle. La femme a été condamnée à un (1) an d’emprisonnement ferme, tandis que l’époux a été relaxé des faits au bénéfice du doute.


Rédigé par leral.net le Jeudi 23 Mai 2013 à 13:16 | | 0 commentaire(s)|

Tribunal de Dakar : Un couple hors du commun devant la barre pour offre, cession et usage de drogue
Mariés depuis trois ans seulement, le couple Diakhoumpa devra rester séparé pendant un an. Ayant comparu, hier, devant le tribunal des flagrants délits de Dakar pour offre ou cession de drogue en vue d’une consommation personnelle, l’époux M. Diakhoumpa, âgé de trente-six ans, s’en est tiré avec une relaxe au bénéfice du doute. Quant à sa seconde épouse Astou Faye, âgée de quarante-sept ans, Libération informe que les faits pour lesquels elle est poursuivie ont été requalifiés en détention de chanvre indien en vue d’une consommation personnelle. Elle a été condamnée à un an d’emprisonnement ferme. Ils échappent ainsi aux réquisitoires du représentant du parquet qui, convaincu que le couple s’adonne au trafic de chanvre indien, a requis deux ans de prison ferme pour chacun d’entre eux. Des arguments que le Procureur repose sur les éléments ressortis de l’enquête.

D’après le procès-verbal, les gendarmes ont reçu l’information selon laquelle un vaste trafic de chanvre indien est entretenu à la Cité pénitentiaire de la Zac Mbao. Après des investigations, selon Libération, ils ont procédé à l’arrestation d’Astou Faye et de son mari M. Diakhoumpa. Le procès-verbal indique qu'ils ont trouvé Astou Faye en possession de chanvre indien. De la drogue qu’elle a tenté de dissimuler dans ses pagnes à l’arrivée des enquêteurs. Quant à son époux, il a pris la poudre d’escampette à la vue des enquêteurs. Malgré tout, il a été appréhendé. A la barre, renseignent nos confrères, les prévenus ont versé dans des dénégations. M. Diakhoumpa, persistant dans ses déclarations, a soutenu qu’il n’a pas tenté de s’échapper. Il a également affirmé qu’il ne fume ni ne vend du chanvre indien. Quant à son épouse qui avait reconnu s’adonner avec son époux au trafic de l'herbe prohibé à cause de la conjoncture, elle a révélé, hier, que c’est un maçon qui a laissé le le produit illicite dans la chambre. L’époux a été relaxé des faits au bénéfice du doute tandis que sa femme a été condamnée à un (1) an d’emprisonnement ferme.







Hebergeur d'image