leral.net | S'informer en temps réel

Triste République : Macky en perdition


Rédigé par leral.net le Lundi 3 Août 2015 à 09:55 | | 10 commentaire(s)|

Ce qui s’est passé à l’UCAD est triste. Ce qui s’est passé à l’UCAD est désolant. Ce qui s’est passé à l’UCAD nous a fait honte à nous tous. Je ne puis le condamner cependant. Car, les victimes d’aujourd’hui de cette violence impertinente et disproportionnée sont les mêmes qui applaudissaient à tout rompre un pseudo rappeur insolent qui traitait Me WADE de menteur, à la Place de l’Obélisque.

Quand des vielles personnes censées être remplies de sagesse dont on attend qu’elles soient des références nationales traitent des camarades de parti d’imbéciles et j’en passe, quand MME Aminata TALL aux abois devant les caméras de la télévision a traité encore Me WADE de vieux menteur, personne n’a bronché. Au contraire l’autorité dans sa folie répressive a cru devoir faire un exemple avec MASSALY qui l’avait à son tour traitée de catin.

Je n’ai vu aucune personne réagir. Et maintenant, on demande aux Chefs religieux d’intervenir pour ramener les jeunes à la raison. Ces gens ne lèveront pas le plus petit doigt : on les a traités de personnes ordinaires, et eux aussi sont victimes de la folie répressive du régime mackyen. ASSANE MBACKE dort toujours en prison, et on interdit à sa famille de manifester contre ce diay doolé flagrant.

Le principal responsable du « caillassage » en règle qu’il a subi à l’Université, c’est MACKY lui-même, et ceux qui l’ont convaincu de faire un pied de nez aux étudiants. Alors qu’on vient à peine d’en emprisonner une dizaine, car ils ont commis la faute d’avoir étalé avec leurs tripes leur détresse matérielle et leur dénuement qui les ont poussés à choisir les couloirs du Pavillon A comme dortoir.

MACKY doit se ressaisir. Il en va de notre sécurité, et de notre sérénité à tous. Aujourd’hui, les institutions de la République sont tellement décrédibilisées que la majeure partie de nos concitoyens ont renoncé à croire en la capacité de ceux qui nous dirigent de les sortir de la misère dans laquelle ils sont englués chaque jour un peu plus.

Les solides inimitiés qui minent son équipe gouvernementale ont fini par installer un climat délétère qui est loin d’être favorable à un bon travail dans l’unité, et un état d’esprit apaisé.

Mankeur NDIAYE déteste Jules DIOP qui le méprise, Abdoulaye Daouda DIALLO vient de prouver à Fatick combien sa haine contre Mbaghick NDIAYE obstruait son espace vital. Ce monsieur a malheureusement étalé toute sa couardise et son manque de dignité, en choisissant ignominieusement la position de la victime éplorée espérant la protection d’un MACKY qui ne sait ni sanctionner, ni décider ni prendre parti.

Que dire de l’ambiance entre le jeune KANE sous fifre de FARBA et le sieur SALL dont le retour au gouvernement sonne comme une revanche, et a le gout d’une victoire remportée contre cet homme envahissant à la voix haute et à la bêtise brillante qui se croit une lumière dans l’obscurité de la galaxie makyenne ?

Il y a trop de contentieux que les hommes de MACKY doivent vider entre eux. Il y en a tellement que ces gens n’ont pas le temps de s’occuper des dossiers de notre pays, et des urgences de notre peuple.

JULES DIOP a rappelé sournoisement à Mankeur NDIAYE son passé. Son attitude, sa posture renseignent à suffisance sur la véritable nature de l’homme. Il est vrai qu’une pensée bien de chez nous dit fort à propos que « lou rére si joudou fégne si jiko ».

Mais le sot court toujours vers sa disgrâce éhontée et demain il fera jour, cher M. CHAUPIN.

Ces relations alimentées par une adversité qui a transformé les rapports entre responsables de l’APR en des rapports entre ennemis mortels nourrissent des manœuvres sinistres contre eux-mêmes, dont les victimes collatérales sont les sénégalais, assurément.

MACKY n’aurait donc pas dû aller à l’Université comme HITLER paradant dans PARIS vaincue sans combattre. Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude ; il faut libérer ces étudiants plutôt, au lieu de pousser l’exagération jusqu’à les menacer de les traduire devant une Cour d’Assises.

Il est temps que MACKY se rebiffe. Enfin ! Et qu’il mette fin à la pagaille dans son parti, et au plus haut sommet de l’Etat.

La déliquescence totale qui infecte notre état n’augure en rien de lendemains meilleurs.

M. Mame Mbaye NIANG subitement réveillé de sa longue hibernation a, dans un élan révisionniste de notre récente histoire déclaré péremptoirement que MACKY était le premier président en exercice à se rendre à l’Université.

Hé bien, l’Histoire, la vraie retiendra que les premières huées qui ont valu à MACKY de se recroqueviller au fond de son véhicule pour se protéger en plus des jets de pierres qui le visaient directement-autant de gestes annonciateurs de l’enclenchement d’un déclin irrémédiable-ont été essuyés lors de sa visite mouvementée et particulièrement humiliante à l’UCAD.

J’ai eu comme je l’ai dit par ailleurs pitié de MACKY. Il ne mérite pas ce traitement, si l’on juge l’homme à sa volonté, à ses déclarations d’intention qui expriment un souhait très fort d’aller de l’avant, et de changer le SENEGAL.

Simplement, MACKY est mal entouré. La preuve, plus aucun ministre, plus aucun directeur, plus personne parmi tous ceux qu’il a promus ne le défend désormais. Ils ont tous fui l’espace politique, comme ils ont cessé depuis longtemps de servir de boucliers contre ses attaques. Seules les décharges puissantes et féroces d’IDY arrivent à les extirper quelquefois de leur douillet confort. Ils auraient dû être les premiers défenseurs des grandes décisions de MACKY et les vulgarisateurs éclairés de sa vision politique. Ils se sont au contraire emmurés dans un silence profond qui renseigne à suffisance sur leur désertion.

Peut être qu’ils sont occupés par autre chose. Ou simplement ils profitent de leur sinécure en regardant MACKY ramasser les coups et en prendre tellement qu’il n’a plus la lucidité de penser à leur sort.

Mais qu’ils se rassurent ; il ne leur arrivera rien. MACKY est amorphe. MACKY est tétanisé par l’enjeu de sa réélection. MACKY est dépassé par les événements.

Telle une feuille morte qui attend le vent qui l’emportera. Espérons que ce ne sera pas dans la fange.

Cissé Kane NDAO
Président de l’A.DE.R







Hebergeur d'image